GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Turquie: des maires pro-kurdes remplacés par des fonctionnaires

    media Ahmet Türk, comme deux autres maires pro-kurdes du sud-est turc, élus lors des élections municipales du 31 mars, a été démis de son mandat dans la nuit de dimanche à lundi 19 août. ILYAS AKENGIN / AFP

    L'AKP avait perdu les municipales le 31 mars, après avoir fait rejouer l'élection à la mairie d'Istanbul. Mais l'opposition a pris dans la nuit de dimanche à lundi 19 août un nouveau coup dur : trois maires pro-kurdes élus dans d'importantes villes du sud-est de la Turquie ont été démis de leurs fonctions, accusés d'activités « terroristes », moins de cinq mois après leur élection.

    Diyarbakir, Mardin et Van. Ces trois villes importantes du sud-est de la Turquie avaient élu leur maire - respectivement Adnan Selçuk Mizrakli, Ahmet Türk et Bedia Özgökçe Ertan - à une large majorité, entre 54 et 63%. Ces élus du HDP sont désormais remplacés par des fonctionnaires.

    Dans un communiqué, le HDP a dénoncé ce lundi un « geste clairement hostile à la volonté politique du peuple kurde ». Il a été soutenu par le maire d'Istanbul :  Ekrem Imamoglu, élu d'un autre parti d'opposition le CHP a critiqué « une pratique » qui « ne peut être associée à des pratiques démocratiques ». « Ignorer la volonté du peuple, a-t-il écrit sur Twitter, est inacceptable. »

    → Lire aussi : Ekrem Imamoglu, l’anti-Erdogan élu maire d'Istanbul

    Remplacer des élus par des fonctionnaires choisis par le pouvoir, la pratique est connue : aux municipales de 2014 déjà, le parti pro-kurde avait remporté 102 municipalités ; 95 sont ensuite passées sous contrôle direct du gouvernement…

    À chaque fois, la même rhétorique : les élus sont accusés d'appartenance au PKK. L'organisation est classée terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Europe.

    La répression s'est en tout cas accentuée depuis trois ans. Les dirigeants du parti sont derrière les barreaux et à la présidentielle de juin 2018, son candidat avait fait campagne… de sa prison.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.