GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Moyen-Orient

    Crimes d’honneur: indignation après la mort suspecte d’une Palestinienne

    media Des palestiniennes manifestent à Ramallah le 2 septembre 2019 après la mort suspecte d'une jeune femme en Cisjordanie. RFI/Marine Vlahovic

    #WeareIsraa, « Nous sommes Israa », c’est un hashtag qui est apparu sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à Israa Ghrayeb, morte dans des conditions suspectes le 22 août et victime d’un présumé crime d’honneur.  La jeune femme de 21 ans, originaire de Beit Sahour, au sud de la Cisjordanie, aurait été battue par sa famille après avoir posté un selfie en compagnie de son petit ami. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances du décès, mais l’affaire suscite une vague d’indignation sans précédent dans les Territoires palestiniens occupés. Une manifestation était organisée ce 2 septembre à Ramallah pour demander justice pour Israa.

    Avec notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

    Agglutinés derrière une banderole, ils sont une centaine à crier d’une seule voix le nom d’Israa dans les rues de Ramallah. Amal Khreishe, directrice d’une ONG, est rouge de colère : « Israa est comme ces centaines de Palestiniennes et comme ces milliers de femmes dans le monde arabe qui ont été tuées par des membres de leur famille ou leurs compagnons en raison du soi-disant honneur familial. On en a marre ! ».

    La famille d’Isra affirme qu’elle a été victime d’un arrêt cardiaque, mais pour ces manifestants, cela ne fait aucun doute. Après avoir posté un selfie avec son copain, la jeune esthéticienne a été battue par sa famille, et aurait de nouveau été attaquée sur son lit d’hôpital. Une vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, laisse entendre ses cris stridents.

    Pour Dima Tadrouz, 23 ans, l’Autorité palestinienne doit prendre des mesures au plus vite. « Il n’y a pas de loi qui protège les femmes et les adolescentes, dit-elle, et ceux qui ont commis ce crime doivent être reconnus coupables sinon les femmes en Palestine ne seront pas en sécurité, car on ne se sent pas en sécurité quand il n’y a pas de loi qui tient les familles responsables de tels crimes. »

    Car la Cisjordanie a hérité d’une loi jordanienne qui donne des circonstances atténuantes aux meurtriers en cas de crime d’honneur. En moyenne, une vingtaine de femmes sont tuées chaque année dans des circonstances similaires dans les Territoires palestiniens.

    À (re)lire : Pourquoi certains pays exonèrent les violeurs s'ils épousent leur victime?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.