GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Moyen-Orient

    Syrie: Bachar el-Assad décrète une nouvelle amnistie générale

    media Le président syrien Bachar el-Assad, en mai 2019 à Damas. SANA / AFP

    Le président syrien Bachar el-Assad a prononcé ce dimanche 16 septembre une nouvelle amnistie qui s'applique à la fois à des détenus de droit commun, des personnes accusées de complicité de « terrorisme », et des déserteurs de l'armée.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Cette « amnistie générale » n'est pas la première décrétée par le président Bachar el-Assad depuis le début du conflit dans son pays, en mars 2011, mais c’est la plus vaste. Le décret-loi promulgué ce dimanche prévoit de gracier les détenus accusés de participation à un « complot » ou la non-dénonciation d'un acte « terroriste ».

    Les autorités syriennes qualifient de « terroristes » tous ceux qui ont porté les armes contre l’État, qu’ils soient jihadistes, islamistes ou rebelles de différentes tendances.

    L'amnistie concerne aussi les déserteurs de l'armée. Ceux qui se trouvent en Syrie disposent d’un délai de trois mois pour profiter des termes de la loi, et ceux qui vivent à l'étranger disposent de six mois.

    Un décret-loi très détaillé

    Très détaillé, le décret-loi signé par le chef de l’État syrien propose de gracier les auteurs de kidnappings à condition qu'ils libèrent sans contrepartie leur victime d'ici un mois. La loi prévoit aussi d’importantes réductions de peine, sauf certaines exceptions. La peine de mort peut notamment être transformée en travaux forcés à perpétuité.

    Les condamnés qui souffrent d'une maladie incurable et sont âgés de plus de 75 ans peuvent bénéficier d'une amnistie. Par contre, les condamnés à la peine capitale dont les actions ont entraîné la mort d'une ou plusieurs personnes, ne peuvent être graciés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.