GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: à Sanaa, la vie suit son cours malgré 5 années de guerre

    media Un membre des forces de sécurité houties montant la garde dans un parc d'attractions à Sanaa. Le 13 août 2019. Mohammed HUWAIS / AFP

    Il y a 5 ans jour pour jour les rebelles houthis prenaient le contrôle de Sanaa, la capitale du Yémen. Depuis, le conflit dans le pays a été influencé par différents acteurs étrangers dont l'Iran, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Les habitants de la capitale vivent pris au piège au milieu cette guerre aux dimensions internationales.

    Malgré les longues années de guerre, Shams Shamsan raconte une population volontaire qui tente de survivre et de faire entendre sa voix par-dessus le bruit des bombardements.

    « Il y a de nombreuses initiatives communautaires menées notamment par les jeunes. Ils essaient de résoudre les problèmes du quotidien, dégager des rues, distribuer de l’aide, de la nourriture ou des médicaments. Ils essaient de réunir de l'argent pour aider les familles. Mais ces initiatives n'existent pratiquement plus car les autorités houthies y ont mis fin en imposant des permis », renseigne la chercheuse yéménite basée à Sanaa.

    « Nous demandons la levée du blocus économique »

    Les déplacements sont devenus extrêmement compliqués avec la multiplication des check-points tenus par différentes milices. Au-delà des obstacles les plus évidents, l'écroulement de l'économie du pays est également au cœur de la souffrance des Yéménites, selon Shams Shamsan.

    « A Sanaa, les fonctionnaires ne sont plus payés. L'effondrement économique a détruit les Yéménites. Parce que ça veut dire que la guerre toque à toutes les portes. Ce n'est plus seulement des avions qui nous bombardent mais ils prennent tout ce que nous avons, le salaire qui nourrit notre famille. Ça veut dire la faim, ça change les dynamiques domestiques et ça fait naître plus de violence au sein de la société. Ce que nous demandons avant tout, c'est la levée du blocus, le blocus économique sur le Yémen. »

    Le blocus imposé par l'Arabie saoudite est censé empêcher l'armement des rebelles Houthis. Shams Shamsan et ses collègues chercheurs du Sanaa Center dénoncent une pénurie de nourriture, des manques au quotidien, alors que les armes, elles, ne font que se multiplier.

    Les femmes ont même un rôle militaire...

    Shams Shamsan: «la voix des femmes dans le travail pour la paix» 20/09/2019 - par Oriane Verdier Écouter

    ■ La très convoitée Hadramaout, la région du pétrole

    Mohammed al-Khateri vient de la région d'Hadramaout, 35% du territoire yéménite, à l'est du pays. C'est de là qu’est extraite la grande majorité du pétrole et du gaz du pays. C'est aussi une région convoitée par les groupes terroristes.

    « Entre 2015 et 2016, les habitants de Hadramaout sont arrivés à chasser les jihadistes d'al-Qaïda et de Daesh, notamment de la ville portuaire de Mukalla, avec l'aide de la coalition arabe. Mais ils n'ont pas reçu suffisamment d'aide et continuent d'être négligés. »

    Ces dernières années, la coalition arabe s'est principalement concentrée sur sa lutte les rebelles houthis. Mohammed al-Khaetri raconte une population abandonnée à la plus grande pauvreté, assise pourtant sur la fortune du Yémen. Une proie facile pour les organisations terroristes.

    « Aujourd'hui al-Qaïda et Daesh bénéficient d'une sorte de repos. Ils sont dans la montagne en train de regarder ce qu'il se passe et ils préparent leur coup pour le futur. Ce qui me fait peur, c'est que si l'État finit par s'effondrer ou si les forces émiriennes et saoudiennes partent de manière soudaine, le vide sera rempli par al-Qaïda et Daesh. Moi, je sais que je serai enterré, mais vous, les Occidentaux serez aussi impactés par la hausse du prix du pétrole et même vos tasses de cafés coûteront 50 euros. »

    En plus d'être riche en pétrole, le gouvernorat d'Hadramaout est en effet connecté au golfe d'Aden, lieu de passage pour le commerce maritime international.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.