GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Burkina Faso: 32 «terroristes neutralisés» lors de deux opérations de l'armée
    • Iran: un policier a été tué par des «émeutiers» dans l'ouest (média d'Etat)
    • Washington et Séoul reportent leurs manoeuvres aériennes conjointes en «signe de bonne volonté» (Esper)
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    Moyen-Orient

    Contestations sociales et répression policière en Irak

    media Deux manifestants sont morts mardi 1er octobre, à Bagdad et dans la province de Zi Qar (300 km au sud), et il y a eu plus de 200 blessés recensés par les responsables de la Santé. REUTERS/Thaier Al-Sudani

    D’importants mouvements de contestation secouent Bagdad et plusieurs autres villes irakiennes. C’est la contestation sociale la plus importante depuis la mise en place du nouveau gouvernement il y a près d’un an. Et la répression est violente. Un couvre-feu a été mis en place à partir de 3h TU.

    Un manifestant et un policier ont été tués mercredi soir à Nassiriya, au sud de Bagdad, portant à sept le nombre de morts depuis le début mardi en Irak de la contestation. Les balles sifflent dans les rues de Bagdad. On entend des tirs de sommation. Les forces de l’ordre cherchent à tout prix à disperser la foule. Mais les Irakiens sont en colère et les tirs à balles réelles ne les arrêtent pas. Leur mouvement, inédit à Bagdad, et dans les autres villes du sud du pays n’est pas né de l’appel d'un parti politique ou d'un leader religieux.

    Le fruit du mécontentement

    C’est au contraire le fruit du mécontentement. Les manifestants dénoncent l’inefficacité des services publics ou encore le chômage galopant. La richesse pétrolière de l’Irak tranche avec la pauvreté de sa population. La jeunesse n’a aucune perspective d’avenir. Presque seul et unique choix pour les jeunes Irakiens : s’engager dans l’armée.

    La police anti-émeute a d’abord utilisé des canons à eau, des grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Puis, à Bagdad, le son des armes automatiques a commencé à résonner. L’usage de la force est excessif. Mais le gouvernement irakien se justifie, il accuse « des saboteurs » de vouloir propager la « violence ».

    Appel à la retenue

    Au sommet de l’État, le président irakien Barham Saleh appelle à la retenue. Il écrit également sur Twitter. « Nos jeunes veulent des réformes et du travail, c'est notre devoir de satisfaire ces demandes légitimes ». 

    Ces manifestations sont spontanées. Il y a des jeunes, des vieux, des femmes, des gens éduqués… Et on demande juste nos droits. Ici il n’y a pas d’emploi et les secteurs de l’éducation et de la santé sont déplorables...

    Reportage à Bagdad 03/10/2019 - par Lucile Wassermann Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.