GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Contestations en Irak: une coalition proche de l'Iran se propose d’intervenir

    media Des membres de la police fédérale irakienne dans une rue de Bagdad. Le 7 octobre 2019. REUTERS/Wissm al-Okili

    « Il faut mettre un terme à l'escalade de violence ». C'est le message qu'a souhaité faire passer le président irakien dans son discours télévisé lundi soir, une semaine après que l'Irak est secoué par un mouvement de contestation inédit. Alors que le bilan est de plus de 100 morts, une coalition paramilitaire chiite proche de l'Iran s'est dite prête à intervenir pour empêcher un coup d'État si le gouvernement lui ordonne.

    Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

    Les violences continuent dans les rues de Bagdad, elles interviennent particulièrement en fin de journée et se concentrent désormais dans le quartier de Sadr City, ce qui donne l’impression d’un relatif retour à la normale dans les autres quartiers de la ville. La stratégie des forces de sécurité est de regrouper tous les manifestants dans ce quartier chiite et surtout de les empêcher d’accéder au grand point de ralliement depuis le début des manifestations, la place Tahrir.

    Les forces de l’ordre accusées…

    Face aux accusations d’une répression sanglante de la contestation, le porte-parole du ministère de l’Intérieur Saad Maan a déclaré que les forces de sécurité n’avaient jamais tiré sur les manifestants et que des mains malveillantes étaient derrière ces attaques. Il a ajouté qu’une enquête était en cours pour identifier les responsables. Du côté des manifestants, beaucoup accusent les forces de mobilisation populaire d’être derrière une partie de ces attaques à leur encontre, des accusations qui restent sans preuve aujourd’hui.

    Cette coalition de groupe armé, proche de l’Iran et récemment intégrée à l’appareil sécuritaire irakien, n’a pas directement réagi, mais dans un communiqué l’un des porte-paroles a annoncé qu’il se tenait prêt à intervenir si besoin.

     

    ► À écouter: Manifestations sanglantes: « le gouvernement actuel n'a pas de légitimité électorale »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.