GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
    • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
    • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
    • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants
    Moyen-Orient

    En Syrie, le retrait américain recompose le paysage militaire

    media Des militaires des forces armées syriennes dans la base de Tabqa, dans la région de Raqqa, en Syrie, le 14 octobre 2019. SANA / AFP

    Le retrait des troupes américaines de Syrie contraint les pays membres de la coalition internationale contre le groupe État islamique, dont la France, à se retirer également, et les forces kurdes à nouer de nouvelles alliances.

    Des forces américaines présentes en Syrie, il ne devrait plus rester que les quelque 150 militaires qui contrôlent la base d'Al-Tanf, située dans le sud du pays. Selon un responsable américain qui requiert l'anonymat, ordre a en effet été donné au millier de soldats présents dans le nord de quitter la Syrie. Dimanche, le ministre de la Défense, Mark Esper, avait annoncé que Washington allait retirer jusqu'à 1 000 soldats du nord de la Syrie, sans préciser s'ils quittaient le pays ou s'ils se retiraient simplement des zones de combat.

    Les soldats américains « resteront dans la région » pour éviter un retour du groupe État islamique, assure Donald Trump. Mais ce départ modifie considérablement la physionomie des forces présentes dans le pays et fait craindre la résurgence de l'organisation État islamique.

    Macron s'est entretenu avec Trump et Erdogan...

    Emmanuel Macron a insisté auprès de Donald Trump, au cours d'un entretien téléphonique lundi soir, sur la « nécessité absolue d'empêcher une résurgence » du groupe État islamique (EI), à l'occasion de l'opération turque contre les forces kurdes en Syrie, a indiqué l'Élysée lundi soir. Le président français s'est également entretenu dans la soirée avec ses homologues turc Recep Tayyip Erdogan et irakien Barham Saleh, a précisé la présidence.

    L'échange entre Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan a « confirmé une profonde divergence de vues sur les conséquences prévisibles de l'offensive turque dans le Nord-Est syrien », a indiqué l'Élysée.

    La conversation entre les présidents français et irakien a surtout porté « sur les risques au plan humanitaire et sécuritaire de la situation actuelle », ainsi que « sur les mesures à prendre dans le cadre de la Coalition internationale contre Daech, qui devra faire face à ses responsabilités ».

    Fin de l'intervention française

    À l'issue d'un Conseil restreint de défense, l'Élysée a ainsi indiqué ce lundi matin qu'il allait prendre « dans les prochaines heures » des mesures « pour assurer la sécurité des personnels français militaires et civils » présents dans le nord-est de la Syrie. L'état-major des armées, invoquant des raisons de sécurité, n'a rien ajouté. Mais dans les faits, c'en est fini de l'intervention française en Syrie.

    Quelques centaines de forces spéciales y épaulaient les forces kurdes au sein d'une coalition internationale contre les combattants du groupe État islamique. Sans la présence américaine, impossible de rester. Il en va de même pour le Royaume-Uni, autre contributeur de la coalition. En Syrie, Paris et Londres étaient totalement dépendants de l'allié américain pour le renseignement ou la logistique. Le retrait de Washington va donc obliger les troupes françaises à évacuer, probablement côté irakien afin d'éviter de se retrouver prises en étau dans l'offensive turque.

    Moscou renforce son image dans la région

    Abandonnés par les forces occidentales, les Kurdes ont, quant à eux, été contraints de nouer de nouvelles alliances avec Damas et son soutien russe pour contrer l'offensive turque. Les forces du régime syrien sont entrées ce lundi soir dans la ville clé de Manbij et des unités d'infanterie ont été dépêchées dans plusieurs secteurs du nord de la Syrie.

    Pour Moscou, le retrait américain est du « pain béni », estime Arnaud Dubien, chercheur à l'Observatoire franco-russe de Moscou. Alors que la réputation des États-Unis au Moyen-Orient, déjà érodée depuis 2011, est désormais sérieusement mise à mal, celle de la Russie se trouve renforcée. « La Russie, qui était déjà perçue comme incontournable, va devenir absolument majeure », analyse le chercheur.

    À l'évidence, les Russes tirent les ficelles.

    Arnaud Dubien sur le rôle de la Russie dans l'accord entre Damas et les FDS

    Chercheur à l'Observatoire franco-russe

    14/10/2019 - par Daniel Vallot Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.