GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: le mouvement de contestation sociale ne faiblit pas

    media Le Liban face à une grosse contestation sociale. À Dora, les manifestants ont brûlé des pneus sur la route ce 18 octobre 2019. REUTERS/Mohamed Azakir

    Pour la deuxième journée consécutive, les Libanais ont laissé éclater leur colère contre la corruption de la classe politique et l’augmentation des taxes. Deux personnes sont mortes.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Écoles, banques, commerces et administrations publiques étaient fermés ce vendredi 18 octobre au Liban. Le pays est comme figé, paralysé. La plupart des artères principales, coupées par des groupes de manifestants à l’aide de bennes à ordures et de pneus brûlés, sont impraticables. Difficile de circuler d’une région à l’autre, voire d’un quartier à l’autre.

    Deux personnes, des travailleurs syriens, ont trouvé la mort asphyxiées par la fumée d’un incendie allumé par des manifestants et des dizaines de personnes ont été blessées dans des heurts avec les forces de l’ordre. Devant la colère des Libanais, les autorités semblent totalement démunies. À peine une route est ouverte par les forces de l’ordre qu'une autre est coupée par les manifestants.

    L’armée de plus en plus visible

    Très discrète depuis l’explosion de violence jeudi soir, l’armée libanaise est davantage visible ce vendredi. Des patrouilles sillonnent les rues sans pour autant se frotter aux jeunes en colère. Le gouvernement, qui devait se réunir cet après-midi sous la présidence du chef de l’État Michel Aoun a finalement annulé sa réunion. Cette décision montre des fissures dans le gouvernement d’union nationale, clairement apparues avec les appels à la démission du Premier ministre Saad Hariri lancés par deux poids lourds de l’Exécutif, le chef chrétien Samir Geagea et le leader druze Walid Joumblatt.

    Le mouvement de contestation, provoque à l’origine par l’imposition d’une taxe sur les conversations par WhatsApp et d’autres messageries électroniques, est en train de muer en conflit politique, et peut-être en crise gouvernementale.

    Les Libanais attendent leur Premier ministre qui doit s’exprimer en début de soirée pour essayer de deviner de quoi sera fait leur lendemain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.