GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Turquie annonce le renvoi de jihadistes étrangers, dont onze Français

    media L'entrée du camp Roj, dans le nord-est de la Syrie, où sont rassemblées des familles de jihadistes. GIHAD DARWISH/AFP

    Ankara a entrepris, ce lundi, de renvoyer dans leur pays d'origine des membres étrangers du groupe État islamique. Un citoyen américain détenu dans le pays a été renvoyé ce matin et d’autres devraient suivre. C’est notamment le cas de onze Français arrêtés en Syrie.

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    La Turquie met ses menaces à exécution. En plus de ce citoyen américain présenté comme un « combattant terroriste étranger », le ministère turc de l’Intérieur a annoncé le renvoi imminent d’un ressortissant allemand et d’un autre danois. Tous trois étaient détenus dans un centre dit « de renvoi », ce qui signifie qu’ils étaient voués à être rapatriés.

    Ce serait aussi le cas de sept autres Allemands que la Turquie prévoit de renvoyer jeudi 14 novembre. Les autorités ne précisent pas si ces renvois ont lieu dans le cadre d’accords avec les pays d’origine, comme c’est en principe le cas. Fin octobre, la Turquie avait annoncé détenir 813 étrangers suspects de liens avec le terrorisme dans 12 centres de renvoi répartis sur son territoire.

    Arrêtés en Syrie

    Ankara a aussi annoncé le renvoi prochain d’étrangers arrêtés cette fois en Syrie. Le ministère de l’Intérieur turc cite le cas de deux Irlandais, deux Allemands et onze Français pour lesquels des procédures sont en cours.

    Ces cas sont plus problématiques, car la plupart des États européens refusent de rapatrier leurs citoyens qui ont rejoint les rangs du groupe État islamique en Syrie. Contactés par RFI, des responsables du ministère de l’Intérieur refusent pour l’instant d’en dire plus sur l’identité de ces personnes, sur les conditions de leur arrestation et surtout sur la procédure envisagée pour leur renvoi.

    ► À lire aussi : Syrie: l'offensive turque relance le débat sur le sort des jihadistes français

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.