GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: face au silence et à la répression, la rue appelle à l’aide internationale

    media Des manifestants sur une barricade à Bagdad, le 11 novembre 2019. SABAH ARAR / AFP

    Plus de 40 jours de mobilisation populaire contre le gouvernement en Irak et le mouvement populaire anti-gouvernemental s'affaiblit en Irak. Peu de réaction des principaux responsables du pays, ni les partis politiques au pouvoir, alors que la rue en appelle à l’aide internationale.

    La dernière apparition à la télévision du Premier ministre contesté remonte à une semaine. Silence radio du côté des chefs des principaux partis au pouvoir également, ils avaient pris l’habitude de s’exprimer via les réseaux sociaux. Le dernier tweet de Moqtada Sadr concernant la situation interne du pays remonte au 30 octobre. Le leader nationaliste irakien a réagi toutefois aux déclarations américaines. Washington appelle Bagdad à faire cesser les violences et à organiser des élections législatives anticipées.

    « Arrêtez de vous mêler des affaires de l’Irak », écrit Moktada Sadr. En attendant l’unique réponse de Bagdad aux revendications populaires, c’est la répression. Les manifestants sont barricadés place Tahrir, au centre de la capitale, derrière des murs en béton mis place par les autorités. La moindre tentative de quitter cet endroit pour se rendre sur les ponts qui mènent vers la Zone verte où siège le pouvoir déclenche immédiatement une nouvelle vague de répression menée par les forces anti-émeutes.

    « Chaque nuit, les portes de l’enfer s’ouvrent ici »

    « Dans vos pays, le moindre incident entraîne une vague d’indignation, des condamnations en chaîne et une surmédiatisation, mais ici, personne ne semble se soucier de nous, dénonce Ahmed, un manifestant rencontré à Bagdadpar nos envoyés spéciaux, Sami Boukhelifa et Boris Vichith. Nous avons des milliers de blessés, des centaines de morts et pourtant cela ne semble émouvoir personne. Je ne sais pas, peut-être que la vie d’un Irakien vaut moins que celle des autres. »

    À lire aussi : Irak: tirs intenses à Bagdad après un accord pour en finir avec la contestation

    Amer, Ahmed en appelle à l’aide internationale, comme d'autres manifestants. « La communauté internationale doit faire quelque chose pour nous. Regardez nos banderoles dans les manifestations, elles sont écrites en anglais pour que notre message parvienne au monde entier. » « Les Nations unies doivent intervenir en Irak, poursuit-il. Chaque nuit, les portes de l’enfer s’ouvrent ici à Bagdad. La répression est épouvantable : des tirs à balles réelles, des tueries, des enlèvements. L’ONU doit agir pour stopper ce bain de sang. »

    Depuis le 1er octobre, 319 personnes ont été tuées, principalement des manifestants, selon un bilan officiel. Et un accord politique conclu la semaine dernière sous l'impulsion de l'émissaire de l'Iran en Irak pour mettre fin à la contestation a fait redouter « un bain de sang ». Alors que le nombre de morts recommençait à grimper et que le centre de Bagdad se transformait en champ de bataille, les Nations unies ont multiplié annonces et rencontres.

    Usage de balles réelles

    Lundi, la cheffe de l’Unami, la mission d'assistance de l'ONU en Irak, Jeanine Hennis-Plasschaert, s'est rendue à Najaf, où siège le grand ayatollah Sistani. Là, elle a annoncé que la plus haute autorité religieuse pour la majorité des chiites d'Irak avait endossé sa feuille de route, qui prévoit notamment une révision de la loi électorale sous deux semaines.

    Elle sera reçue au Parlement ce mercredi 13 novembre pour une séance au cours de laquelle des réformes pourraient être examinées. La commission parlementaire des droits humains, critique des autorités, a annoncé qu'elle dresserait lors de cette séance un bilan de la gestion de la crise.

    L'ONU et des défenseurs des droits humains se sont eux insurgés contre l'usage de balles réelles, la mort d'une vingtaine de manifestants touchés par des grenades lacrymogènes ayant réduit leur crâne en lambeaux et des arrestations, enlèvements et autres techniques d'intimidation utilisées pour faire cesser les manifestations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.