GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Décembre
Mercredi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    État islamique: le destin des 11 combattants français renvoyés de Turquie

    media Dans le camp de Roj, en Syrie, juillet 2019. RFI/Noé Pignède

    Le renvoi de combattants étrangers du groupe État islamique de la Turquie à la France se fera dans le cadre d’un protocole signé entre Paris et Ankara.

    Onze combattants étrangers du groupe État islamique actuellement en Turquie, majoritairement des femmes, vont être renvoyés en France. Cette opération fait suite au renvoi de plusieurs jihadistes d’autres nationalités. Elle aura lieu dans le cadre du protocole Cazeneuve, négocié avec la Turquie en 2014, et qui permet à la France de prendre en charge ces combattants, qui seront arrêtés dès leur sortie de l'avion.

    « Ils sont placés immédiatement en garde à vue auprès de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure, NDLR) pour interrogatoire. Ensuite, le dossier qui les accompagne est examiné de très près. Puis la DGSI essaie de voir s’il y a matière à les présenter à un juge d’instruction pour qu’ils soient mis en examen, voire en détention, en fonction des faits qui leur sont reprochés », explique le directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), Alain Rodier.

    Mineurs étrangers

    Si la procédure est assez similaire pour les hommes et les femmes majeurs, pour les mineurs, la situation est plus délicate. Lorsqu’il s’agit d’un enfant, la procédure tend plus à les réinsérer dans la société française, comme l’explique le spécialiste du renseignement.

    « Pour les mineurs, c’est différent. Ils ne sont pas lâchés dans la nature. Ils sont remis aux organismes spécialisés qui doivent s’occuper de leur dossier. D’abord, de vérification d’identité, de savoir vraiment qui sont leurs parents, voire les grands parents qui sont en France, de façon à gérer au mieux leur avenir sur le territoire français », détaille M. Rodier.

    Cette opération de renvoi menée par Ankara fait suite à une offensive menée par l’armée turque dans le nord-est syrien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.