GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu mis en examen

    media Le chef du gouvernement israélien Benyamin Netanyahu, ici le 30 mai 2019. REUTERS/Ronen Zvulun

    Le procureur général d'Israël a annoncé ce jeudi soir la mise en examen du Premier ministre Benyamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans différentes affaires. Il est le premier chef de gouvernement de l'histoire du pays à être mis en examen alors qu'il est toujours en fonctions.

    Benyamin Netanyahu ne se laissera pas faire. Sa mise en examen est une « tentative de coup d'Etat », a-t-il déclaré vindicatif.

    Ce soir, nous sommes témoins d’une tentative de coup d’Etat contre le Premier ministre sous des prétextes fallacieux et à l’aide d’un système d’enquêtes pollué et tendancieux. Je dois vous dire que c’est un jour très difficile. Et je sais que c’est difficile aussi pour beaucoup d’Israéliens qui me soutiennent et qui m’aiment. Je ne permettrai pas le triomphe du mensonge. Je continuerai à diriger le pays comme le préconise la loi. Et il faut faire une chose : il faut finalement enquêter sur les enquêteurs

    «Il faut enquêter sur les enquêteurs !» 22/11/2019 - par Michel Paul Écouter

    Les trois affaires du dossier judiciaire de Benyamin Netanyahu

    Ilan Greilsammer : «il n'est pas concevable qu'on accepte d'avoir un nouveau gouvernement dirigé par B. Netanyahu»

    Ilan Greilsammer, professeur de sciences politiques à l'université Bar-Ilan de Tel-Aviv, est au micro de Raphaël Delvolvé

    22/11/2019 - par RFI Écouter

    Cette mise en examen est une première pour un chef du gouvernement israélien en exercice. Benyamin Netanyahu est inculpé dans trois différentes affaires. Le dossier le plus sensible, le « dossier 4000 », concerne celui de la compagnie de télécommunications Bezeq. La justice soupçonne le Premier ministre d'avoir accordé des faveurs gouvernementales qui auraient pu rapporter des millions de dollars au patron de l'entreprise Shaul Elovitch, en échange d'une couverture médiatique favorable par l'un des médias du groupe, le site d'informations Walla. Benyamin Netanyahu est visé dans ce dossier par trois chefs d'accusation : corruption, fraude et abus de confiance.

    La deuxième affaire, baptisée « dossier 2000 » est également relative aux médias. Les enquêteurs soupçonnent le Premier ministre d'avoir tenté de s'assurer une couverture favorable dans le plus grand quotidien payant d'Israël, le Yediot Aharonot. Benyamin Netanyahu aurait essayé de mettre en place un accord avec le patron du journal, Arnon Moses. En retour, le chef du gouvernement aurait évoqué la possibilité de faire voter une loi qui aurait limité la diffusion d'Israel Hayom, quotidien gratuit et principal concurrent du Yediot. Bien que l'accord n'ait finalement jamais été conclu, Benyamin Netanyahu est mis en examen pour fraude et abus de confiance.

    Dernière affaire : le « dossier 1000 ». Le Premier ministre et des membres de sa famille sont soupçonnés d'avoir accepté de façon illicite quelque 200 000 dollars de cadeaux de la part de richissimes personnalités en échange de faveurs financières ou personnelles. Accusé de fraude et d'abus de confiance dans ce dossier, Benyamin Netanayhu nie avoir commis la moindre infraction.

    Pas d'obligation légale de démissionner

    La loi en Israël n'oblige pas le Premier ministre à démissionner en cas de mise en examen. Ce n'est qu'en cas de condamnation qu'il pourrait être contraint à le faire, précise notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. Mais cela pourrait prendre des années. Alors que le Parlement israélien est désormais mandaté pour choisir un nouveau candidat au poste de Premier ministre, après l'échec de Benyamin Netanayhu et de Benny Gantz à former un gouvernement, Gideon Sa'ar s'est dit prêt à prendre la tête du Likoud face à M. Netanyahu.

    Ce qui est dangereux, c’est ce que le premier ministre peut encore faire parce qu’il a toujours le pouvoir d'exercer des pressions qui peuvent détruire la démocratie israélienne. Nous sommes à un carrefour très dangereux

    Des Israéliens réagissent à l'annonce de la mise en examen de Netanyahu

    Reportage devant la résidence du Premier ministre

    22/11/2019 - par Michel Paul Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.