GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Au Liban, une fête de l'indépendance marquée par la ferveur populaire

    media Une grande parade civile a été organisée place des Martyrs à Beyrouth, ce 22 novembre 2019, à l'occasion du 76e anniversaire de l'indépendance. Patrick BAZ / AFP

    Le Liban célébrait ce vendredi 22 novembre le 76e anniversaire de son indépendance. Une fête marquée par le mouvement populaire qui se poursuit depuis plus d'un mois.

    Avec nos correspondants à Beyrouth, Laure Stephan et Paul Khalifeh

    La rue était au peuple ce 22 novembre au Liban. De Beyrouth à Tripoli, en passant par Saïda et d’autres villes, le mouvement de contestation, qui se poursuit depuis le 17 octobre a gagné son pari. La forte mobilisation populaire a éclipsé la célébration officielle organisée le matin au ministère de la Défense, dans une banlieue de la capitale.

    La journée s’est déroulée sans incident et a été marquée par de nombreuses activités qui ont attiré des foules nombreuses. Le point d’orgue des célébrations populaires a été le « défilé civil » dans le centre-ville de Beyrouth et celui de Tripoli, la deuxième ville du pays, au Nord.

    L'heure était à la fête ce vendredi soir dans le centre de Beyrouth. Des milliers de personnes étaient rassemblées places Riad el-Solh et des Martyrs au rythme de la musique et des feux d'artifice.

    Vers 18h, les manifestants ont allumé une bougie symbolisant la paix et l'indépendance. Dans la foule, un couple de retraités confiait son émotion de célébrer pour la première fois cette fête nationale de façon populaire. Ils n'étaient encore jamais descendus rejoindre le mouvement de contestation qui dure depuis cinq semaines.

    Le mouvement avait appelé à une grande parade civile à laquelle se sont jointes différentes professions. Cette marche restera comme le moment fort de la journée.

    Autre point fort, la marche des expatriés. Des dizaines de Libanaises et de Libanais venus spécialement des quatre coins du monde, ont eu droit à un accueil triomphal dans le centre de la capitale.

    La diaspora, comme on a quitté pour ne plus entendre parler de ces problèmes de partis politiques, j'espère qu'en revenant vraiment d'une façon qui n'est pas liée à aucun parti, ça peut aider un peu à changer cette idée qu'on a ici.

    Yorgo Saad

    jeune Libanais parti faire son master en France

    23/11/2019 - par Oriane Verdier Écouter

    En fin de journée, l’emblème de la révolte, un poing géant fermé, incendié à l’aube par des inconnus, avait de nouveau repris sa place, sous les acclamations de la foule.

    En fin de journée, l’emblème de la révolte, un poing géant fermé, incendié à l’aube par des inconnus, avait de nouveau repris sa place, sous les acclamations de la foule, à Beyrouth, le 22 novembre 2019. REUTERS/Andres Martinez Casare

    En soirée, la fête nationale qui a pris des airs de grande kermesse s’est transformée en concert en plein air, animé par le plus célèbre DJ du pays, Rodge

    Le traditionnel défilé militaire organisé chaque année dans le centre-ville de Beyrouth, occupé depuis plus d'un mois par les manifestants, a quant à lui été annulé. À la place, les responsables politiques ont assisté à un défilé symbolique dans une caserne de la banlieue est de la capitale, indique notre correspondant

    L'hymne national a résonné tout au long de la journée. « Ce n'est pas un moment de revendication, mais un moment de fête », expliquait un étudiant, néanmoins déterminé à poursuivre la mobilisation alors que la crise s'aggrave dans le pays.

    Vraiment, c’est la première fois qu’on a une vraie indépendance. Avant, on était plusieurs peuples, désormais, les Libanais sont un seul peuple. La rue est déterminée pour que le pays s’améliore, pour que la vie de chacun soit meilleure. D’ordinaire, la célébration de l’indépendance concerne les dirigeants, les députés, le gouvernement. Là, vraiment, c’est le peuple qui a célébré.

    Les manifestants se réapproprient la fête nationale

    Reportage à Beyrouth.

    23/11/2019 - par Laure Stephan Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.