GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: la stratégie de défense de Benyamin Netanyahu critiquée jusqu’à droite

    media La manifestation de soutien à Benyamin Netanyahu, à Tel Aviv, le mardi 26 novembre. REUTERS/Amir Cohen

    « Stop au coup d’État », c’était le nom d’une manifestation organisée à Tel Aviv mardi 26 novembre, en soutien au Premier ministre Benyamin Netanyahu. Le chef du gouvernement israélien a été mis en examen la semaine dernière pour fraude, abus de confiance et corruption dans trois affaires distinctes. Lui rejette ces accusations et dénonce une tentative de le renverser. Et c’est avec ce mot d’ordre qu’il tente de mobiliser ses partisans.

    de notre correspondant à Jérusalem,

    Une heure après l’annonce de sa mise en examen par le procureur général, Benyamin Netanyahu avait fait une allocution télévisée dans laquelle il se présentait comme une victime. Les enquêtes le visant sont biaisées et basées sur de fausses allégations, assure le chef du gouvernement. À ses yeux, elles ont pour but de « renverser un Premier ministre de droite », un Premier ministre qui n’a pas été battu dans les urnes depuis dix ans.

    ►À lire aussi : Mise en examen de Benyamin Netanyahu en Israël: un séisme politique

    Benyamin Netanyahu désigne les médias et les magistrats comme responsables de cette mise en examen. Il pointe même nommément deux procureurs en charge de ces dossiers et appelle à l’ouverture d’une « enquête sur les enquêteurs ». Et ses partisans reprennent ces accusations. « Le système judiciaire est la victime d’un complot de la gauche et des médias », a assuré mardi soir lors de la manifestation Miki Zohar, un des députés du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahu. Certains manifestants arboraient des pancartes appelant à l’arrestation des deux procureurs ciblés par le Premier ministre.

    De nombreuses critiques

    Mais cette stratégie de défense lui vaut de nombreuses critiques, de la part de l’opposition tout d’abord. Son principal rival, Benny Gantz, juge que « dans une démocratie saine, chacun a le droit d’exprimer ses opinions librement ». « Mais dans une démocratie saine, poursuit-il, un Premier ministre n’organiserait pas une manifestation contre le système judiciaire qu’il préside ».

    Le procureur général a aussi sévèrement critiqué ces attaques. « J'entends des menaces, des mensonges, des dénigrements sans fondement : c’est une honte » a dit Avichaï Mandelblit. Et pour ce haut magistrat, il est également « inconcevable » que les deux procureurs critiqués soient contraints désormais de se déplacer avec des gardes du corps. Parmi les opposants de Benyamin Netanyahu, certains dénoncent un climat de peur et plusieurs vont jusqu’à faire un parallèle avec la situation de 1995, les mois qui ont précédé l’assassinat du Premier ministre de l'époque, Yitzhak Rabbin.

    Une stratégie qui ne plaît pas à tout le monde

    Mais la stratégie de Benyamin Netanyahu ne plaît pas non plus à tout le monde au sein de la droite, le camp même du Premier ministre. Et la manifestation de mardi 26 novembre l’a d’ailleurs souligné. Le nombre de manifestants est estimé à 5 000 par la presse israélienne, ce qui est peu alors même que le Likoud avait mis en place des bus depuis plusieurs villes du pays. Le bureau du Premier ministre avait également invité les députés et les ministres du Likoud à venir mais seuls trois députés sur 32 avaient fait le déplacement.

    Depuis sa mise en examen, l’autorité de Benyamin Netanyahu n’est ouvertement défiée que par un seul cadre du Likoud. Il a pour l’instant réussi à conserver l’unité du parti autour de lui. Mais selon la radio publique israélienne, plusieurs cadres lui ont ouvertement exprimé leurs réticences quant à sa stratégie, lui demandant de cesser ses attaques contre le système judiciaire, craignant que cela nuise finalement au parti. Et hier mercredi, dans une vidéo, Benyamin Netanyahu a remercié ses partisans mais affirmé « nous respectons la loi et les tribunaux ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.