GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 20 Janvier
Mardi 21 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: des milliers de partisans pro-iraniens investissent la place Tahrir

    media Un manifestant tenant le portrait de l'ayatollah chiite Ali Sosteni sur la place Tahrir à Bagdad le 5 décembre 2019. AHMAD AL-RUBAYE / AFP

    La contestation ne faiblit pas après la démission du Premier ministre et les campagnes d'intimidation contre les manifestants non plus. Ce jeudi 5 décembre, des milliers de partisans de paramilitaires pro-iraniens ont rejoint la place Tahrir, l'épicentre des manifestations depuis deux mois, suscitant l'inquiétude dans les rangs des protestataires.

    Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wasserman

    Ils étaient des milliers à défiler tôt ce jeudi matin dans les rues de la capitale irakienne. Pour la première fois depuis le début de la contestation, les partisans des groupes paramilitaires pro-iraniens ont battu le pavé ce jeudi jusqu'à la place Tahrir.

    Une marche organisée sous le regard interrogateur, sinon désapprobateur des manifestants, qui ont d’ailleurs immédiatement fermé l'immeuble symbolique tenu sur la place Tahrir, pour empêcher ces partisans d'y entrer.

    Sur leurs pancartes, on pouvait voir des portraits de combattants tués pendant la guerre contre l'État islamique ou le visage du grand ayatollah Ali Sistani. Leurs slogans, étaient principalement dirigés contre les États-Unis, l'Arabie saoudite, ou encore, l'ancien Parti Baas de Saddam Hussein. Le but de leur présence selon eux : « déloger les saboteurs infiltrés dans les manifestations ».

    De quoi semer la confusion dans les rangs des protestataires, qui dénoncent eux la corruption et l'influence de l'Iran dans le pays, accusant même une partie de ces groupes paramilitaires d'être derrière les tirs de snipers, qui ont fait de nombreuses victimes au début du mois d'octobre.

    Beaucoup sur la place Tahrir ont vu leur présence comme une énième technique d'intimidation. Car en Irak, outre les centaines de victimes, des dizaines d'activistes ont été menacés, enlevés, voire même assassinés depuis le début des manifestations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.