GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 20 Janvier
Mardi 21 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    À Jérusalem, un quartier palestinien visé par du vandalisme anti-arabes

    media Plus de 160 voitures ont été vandalisées dans un quartier palestinien de Jérusalem. L’acte est dénoncé comme un «crime de haine». RFI/Guilhem Delteil

    Une série d'actes anti-arabes a été perpétrée dans un quartier palestinien de Jérusalem dans la nuit du 8 au 9 décembre avec de nombreuses voitures vandalisées et des graffitis haineux aux murs. Ce type d'incidents est appelé en Israël la politique du « prix à payer ».

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Sur des images de vidéosurveillance, trois personnes, visages masqués et capuches sur la tête, sont vues en train de crever les pneus de plusieurs voitures. Les auteurs de ces dégradations ont agi vers 4 heures du matin, profitant de l'obscurité de la nuit et de fortes pluies pour passer inaperçus.

    En tout, plus de 160 voitures ont été endommagées et des inscriptions affirmant que les Arabes sont des ennemis ou « quand un juif est poignardé, on ne reste pas silencieux » ont été peintes sur des murs.

    Des « crimes haineux graves »

    De nombreux policiers étaient présents lundi dans ce quartier de Shuaffat, situé dans la partie orientale annexée par Israël de la ville, afin de recenser l'ensemble des actes. Dans un communiqué, elle affirme rechercher les suspects. Mais un député arabe israélien, Youssef Jabareen, a dénoncé le laxisme des forces de l'ordre face à ce type d'incidents, qualifiant les actes de lundi matin de « crime haineux grave ».

    Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, appelle la police à tout faire pour retrouver les auteurs de ces dégradations. « Jérusalem est une ville diverse pour tous ses résidents », dit-il. « Ce type d'incidents est grave : ils ont des conséquences directes sur le tissu de la vie dans la ville ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.