GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: Moubarak blanchi de l'accusation de complicité de meurtre

    media L'ancien président Hosni Moubarak entouré de ses partisans lors de son transfert de l'hôpital vers le tribunal au Caire, en Egypte, le 29 novembre 2014. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

    En Egypte, la cour d’assises du Caire a blanchi, en appel, l’ex-président Hosni Moubarak des accusations de responsabilité dans la mort de centaines de manifestants au cours de la révolution de janvier 2011. Moubarak avait été condamné à la prison à vie en première instance. Le tribunal a blanchi, par ailleurs, l'ex-raïs des accusations de corruption qui lui étaient aussi imputées, soit pour manque de preuve, soit par prescription.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Pas d’accusation, pas de condamnation. Le tribunal a, en effet, rejeté les charges contre Hosni Moubarak estimant qu’il s’agissait d’accusations politiques n’ayant pas leur place devant une cour d’assises. Le parquet avait accusé l’ex-raïs de responsabilité politique dans la mort de centaines de manifestants lors de la révolution du 25 janvier 2011. Près de 850 personnes avaient alors perdu la vie.

    Les avocats divergent maintenant sur la possibilité de libération de Moubarak qui a été condamné dans une autre affaire à trois ans de prison mais qui a déjà passé plus de trois années en réclusion.

    La cour a par ailleurs blanchi l’ex-ministre de l’Intérieur de Moubarak, Habib al-Adly, du fait des non-lieux prononcés par d’autres tribunaux en faveur des policiers accusés du meurtre de manifestants.

    Premières réactions

    Les parents des victimes présents devant le tribunal ont accueilli le jugement par des hurlements de colère, dénonçant une justice inique. Les partisans de Moubarak ont par contre dansé de joie et la police a dû intervenir pour séparer les deux parties. Le jugement doit encore être confirmé en cassation.

    Simultanément, Hosni Moubarak a été acquitté dans une affaire de corruption liée à la vente de gaz à Israël. Ses deux fils, Gamal et Alaa, ont également été blanchis.

    Des partisans de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak devant l'hôpital militaire attendent son transfert vers le tribunal au Caire, le 29 novembre 2014. REUTERS/Asmaa Waguih

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.