GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Energie: le baril de Brent au-dessus de 50 dollars pour la première fois de l'année
    Moyen-Orient

    Exécution du pilote jordanien: Amman promet une riposte «terrible»

    media Un pilote de l'armée de l'air jordanienne photographié le 12 mai 2014 sur le point de décoller. AFP PHOTO HANDOUT-US AIR FORCE / SSGT Brigitte N. Brantley

    Le groupe Etat islamique a diffusé ce mardi 3 février une vidéo d’un homme en train d’être brûlé vif. Il affirme qu’il s’agit du pilote jordanien capturé en décembre après le crash de son avion en Syrie. La Jordanie a confirmé officiellement la mort de son pilote, précisant qu'il avait été tué il y a un mois.

    « La réponse de la Jordanie sera ferme, terrible et forte », a prévenu à la télévision publique ce mardi 3 février le ministre de l'Information jordanien Mohammad Momami. « Le sang du martyr ne coulera pas en vain et (...) la vengeance (...) sera proportionnelle à cette catastrophe qui a frappé l'ensemble des Jordaniens », a également promis l'armée. Quelques heures plus tôt, le groupe Etat islamique annonçait dans une vidéo avoir brûlé vif le pilote jordanien capturé en décembre, photos à l'appui.

    Ces photos montrent un homme dans une cage, aspergé d’essence puis brûlé vif. Le groupe Etat islamique affirme qu’il s’agit de Moaz Kasasbeh, le pilote jordanien qu’il menaçait d’exécuter depuis plusieurs jours. La télévision jordanienne a confirmé officiellement la mort du pilote. Elle dit qu'il a été tué il y a un mois, le 3 janvier. 

    On a appris cependant que les services de renseignements jordaniens qui ont scruté les photos confirmaient leur authenticité, nous indique notre correspondante à Amman, Angélique Férat. Publiées aujourd’hui sur un site de l’organisation Etat islamique, elles montrent un homme habillé d’une combinaison orange, enfermé dans une cage. On voit que ses habits sont mouillés. Une autre photo le montre la tête penchée. Une dernière image montre ce même homme dévoré par le feu.

    La jihadiste irakienne détenue en Jordanie exécutée ce mercredi

    Le groupe EI prétendait encore la semaine dernière que le pilote était en vie. Il menaçait de l'exécuter avec l’otage japonais si la prisonnière Sajida al-Rishawi n’était pas libérée. Le gouvernement jordanien avait sursis à l’échange, l’organisation Etat islamique n’ayant jamais donné de preuves de vie du pilote de chasse. Selon une source de sécurité rapportée par l'AFP, Amman exécutera ce mercredi cette jihadiste irakienne, condamnée à mort pour les attentats de 2005 qui ont fait 60 morts dans le royaume.

    Le pilote était retenu en otage depuis décembre dernier. Son avion de chasse s’était écrasé en Syrie alors qu’il effectuait un raid aérien contre les combattants de l’organisation Etat islamique. La Jordanie fait en effet partie de la coalition anti-jihadiste emmenée par les Etats-Unis. « Si cette vidéo est authentique, il s'agit d'une nouvelle indication de la cruauté et de la barbarie de cette organisation (le groupe EI, ndlr) », a estimé le président Barack Obama, qui doit recevoir ce mardi soir à la Maison Blanche le roi Abdallah II de Jordanie. Dans un communiqué, François Hollande a pour sa part condamné un « assassinat barbare » et assuré que « la France et la Jordanie contineront d'agir ensemble contre les terroristes et pour la paix au Moyen-Orient ».

    Brûlé vif

    Jusqu'à présent les jihadistes avaient choisi d'égorger leurs détenus. Cette fois le pilote a été brûlé vif. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette différence de traitement.

    Le prisonnier, cette fois, ce n'était ni un journaliste américain, ni un soldat américain, c'était un musulman sunnite jordanien qui participe à une coalition occidentale pour combatte l'Etat islamique. Donc il était évident qu'il y aurait un traitement très particulier qui lui serait réservé.
    Romain Caillet Spécialiste des mouvements jihadistes 04/02/2015 - par Daniel Vallot Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.