GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)
    Moyen-Orient

    La Turquie met un pied dans la guerre contre le groupe Etat islamique

    media Un convoi de militaires turcs le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie, près de Kilis, le 30 juillet 2012. REUTERS/Umit Bektas

    Un soldat turc a été tué et plusieurs autres blessés ce jeudi dans le sud de la Turquie par des tirs venus d’une région syrienne tenue par le groupe Etat islamique. L’armée turque a répliqué en bombardant des positions jihadistes. Ankara a donné son accord pour qu'une de ses bases soit utilisée par les Etats-Unis pour mener des frappes contre l'organisation jihadiste en Syrie.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    L’histoire retiendra sans doute la date du 23 juillet comme étant celle où la Turquie, à défaut d’être vraiment entrée en guerre, sera en tous cas au moins entrée de plain-pied dans la coalition internationale contre l’organisation Etat islamique. Le même jour où elle commençait à verrouiller totalement sa frontière, après un coup de téléphone entre les présidents Obama et Erdogan, des combattants de l'organisation Etat islamique ont pour la première fois ouvert le feu sur des militaires turcs. L’armée turque s’est alors retrouvée engagée dans un duel d’artillerie avec des unités jihadistes. La Turquie a par ailleurs décidé ce jeudi de permettre aux Etats-Unis de mener des frappes aériennes le groupe Etat islamique à partir de la base aérienne américaine d'Incirlik.

    C’est en milieu d’après-midi ce jeudi que des tirs partis d’une zone occupée par l'organisation jihadiste en Syrie ont visé des militaires turcs. Certaines sources affirment que des militants du groupe EI ont ouvert le feu sur eux lorsque ceux-ci leur ont refusé l'accès au territoire turc. Un sous-officier a été tué et plusieurs soldats blessés.

    L’armée turque a immédiatement riposté, tirant plusieurs obus sur les positions jihadistes. Cet accrochage a eu lieu à proximité de la ville de Kilis, à la frontière turco-syrienne. Le combattant de l'EI auteur du coup de feu mortel a été tué et que du petit matériel et un véhicule ont été détruits, signale l'armée dans une déclaration publiée sur son site internet. Des blindés et des avions F-16 ont été envoyés en renfort à Kilis.

    Plusieurs sources concordantes rapportent que l'armée turque a exercé son droit de poursuite en envoyant des tanks turcs jusqu'à plusieurs kilomètres à l'intérieur du territoire syrien. Cette information n'a pas été confirmée par Ankara où une nouvelle réunion d’urgence consacrée à la crise a été convoquée au palais présidentiel à Ankara a été convoquée.

    Il s'agit du plus sérieux incident depuis que l’organisation Etat islamique a pris le contrôle de larges zones du territoire syrien il y a plus d’un an. Jusqu'ici le gouvernement islamo-conservateur d'Ankara fermait les yeux sur les activités de l'Etat islamique sur son sol et était même accusé par les kurdes de complaisance vis à vis des jihadistes. Ces échanges de tirs interviennent trois jours après l’attentat de Suruç, attribué au groupe Etat islamique, qui a fait 32 morts et une centaine de blessés. Depuis, le gouvernement turc a annoncé un renforcement des mesures de sécurité le long des 900 km qui séparent la Turquie de la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.