GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Plusieurs centaines de morts dans un mouvement de foule à La Mecque

    media Des secouristes saoudiens viennent en aide aux blessés, après le mouvement de foule meurtrier de ce jeudi 24 septembre à La Mecque. REUTERS/Directorate of the Saudi Civil Defense/Handout

    Alors que près de deux millions de pèlerins se pressent à La Mecque, le premier jour de l’Aïd al-Adha a été endeuillé par un gigantesque mouvement de foule, ce jeudi matin sur le site de Mina. Plus de 700 personnes ont été tuées et plus de 800 autres blessées, selon un dernier bilan fourni par les autorités saoudiennes à 11h30 TU. Le prince héritier d'Arabie saoudite a ordonné une enquête.

    La gigantesque bousculade s’est produite ce jeudi matin, sur le site de Mina, un village de toile érigé pour accueillir les pèlerins. Les premiers bilans délivrés par les autorités saoudiennes faisaient état d’au moins 100 morts, mais ont très vite été revus à la hausse. Un dernier bilan fait état de 717 morts et 805 blessés.

    La Défense civile a déployé plusieurs équipes de secours sur le terrain et mis en place des « routes alternatives » pour écarter le flot de pèlerins. Plus de 220 ambulances et 4 000 secouristes ont été déployés sur place.

    Le prince héritier Mohammed ben Nayef, en sa qualité de chef de la Haute Commission du pèlerinage, a diligenté une enquête, rapporte notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez. Les conclusions seront ensuite soumises au roi Salman qui prendra toutes les mesures appropriées pour remédier aux conséquences de cette tragédie.

    Un ministre saoudien accuse les pèlerins de manque de discipline

    Peu d'information ont pour l’instant été fournie sur les circonstances de ce drame. Le site de Mina avait fait l’objet de nombreux travaux, notamment de sécurisation. Selon un responsable de la sécurité saoudienne, cité par l'Agence France-Presse, la bousculade est intervenue au moment où les pélerins pratiquaient le rituel de la lapidation de Satan, lors duquel des cailloux sont jetés sur des stèles le représentant. « Si les pèlerins avaient suivi les instructions, on aurait pu éviter ce genre d'accident », a déclaré à la télévision publique saoudienne Khaled al-Falih, ministre saoudien de la Santé. Le prince héritier d'Arabie saoudite, lui, a ordonné une enquête.

    L'Iran pointe la responsabilité saoudienne

    L’Iran, dont au moins 90 ressortissants figurent parmi les victimes, a pointé la responsabilité des services de sécurité saoudiens. « L’incident d'aujourd'hui est le résultat d'une mauvaise gestion et d'un manque de sérieux concernant la sécurité des pèlerins. Il n'y a pas d'autre explication. Les responsables saoudiens doivent être tenus responsables », a déclaré Saïd Ohadi, chef de l'organisation iranienne du pèlerinage.

    « Selon les étapes du pèlerinage, il y a des espaces suffisamment larges et vastes qui reçoivent plus d'un million de personnes d'un seul coup. Certains sont plus étroits comme l'endroit où on lapide Satan. Les gens ne savent pas ce qui se passe devant les stèles et donc il peut y avoir un mouvement de panique qui peut être fatal pour beaucoup de monde », analyse Malek Chebel, anthropologue des religions. D'après lui, si les lieux de passage ont déjà été élargis, cela semble « insuffisant ». « En réalité les structures gigantesques qui existent déjà sur place ne suffisent plus pour contenir la foule », estime-t-il.

    Selon l'anthropologue, le rite du pèlerinage est effectivement devenu un véritable tourisme religieux pour les autorités en place qui ne s'occupent que d'agrandir les lieux pour avoir le plus de monde possible, sans veiller tout à fait aux conditions humaines des pèlerins dans les lieux saints. « Il s'agit d'une manne extraordinaire qui rentre dans les caisses de l'Etat. C'est encore plus fort que le pétrole lui-même », souligne-t-il.

    Des drames récurrents

    Le 11 septembre dernier, l’effondrement d’une grue sur le site de la Grande Mosquée de La Mecque avait déjà provoqué la mort de 111 personnes et plus de 400 blessés. L’accident avait entraîné une vive émotion et poussé les autorités saoudiennes à prendre des sanctions très dures à l’encontre du groupe Ben Laden, qui était maître d’oeuvre des travaux.

    Selon les bilans, très évolutifs, la bousculade de ce jeudi est l’une des plus meurtrières à La Mecque depuis celle qui avait endeuillé le pèlerinage en 1990, lors de laquelle 1 426 personnes avaient été tuées, sur le site de Mina, déjà. Plus récemment, en 2006, 364 pèlerins avaient été tués dans un mouvement de foule à La Mecque, où ce type de drame est malheureusement récurrent. (270 morts en 1994, 118 morts en 1998, 251 morts en 2004). 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.