GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Crash dans le Sinaï: la commission d'enquête n'en dit pas plus

    media Un débris de l'A321 de Metrojet qui s'est écrasé en Egypte samedi 31 octobre 2015. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

    Une semaine après le crash de l'A321 de la compagnie russe Metrojet en Egypte, le chef de la commission d'enquête a donné une conférence de presse ce samedi 7 novembre après-midi au Caire. Conclusion : plusieurs hypothèses, mais « pas encore de conclusions » sur la cause de la dislocation de l'appareil.

    Une semaine après, le mystère demeure. Les raisons du crash de l'A321 de la compagnie russe Metrojet dans le Sinaï sont toujours inconnues. Samedi 7 novembre, lors d’un rapport d’étape dans l'enquête - une enquête laborieuse -, les Egyptiens se sont encore une fois montrés très prudents. Aucun élément nouveau n’a été dévoilé, et la possibilité qu’une bombe ait pu exploser dans l’avion n’a même pas été évoquée.

    « Les premières observations ne permettent pas d'identifier l'origine de la dislocation de l'appareil », a déclaré ce samedi le chef de la commission d'enquête, Ayman el-Mokaddem, lors de cette conférence de presse qui avait lieu au Caire. Le choix des mots semblait important : à la dernière seconde de l’enregistrement du Cockpit Voice Recorder, les enquêteurs n'ont pas entendu une « explosion » mais un « bruit ».

    « Une analyse spectrale est à venir pour déterminer l'origine de ce bruit », a déclaré le chef des enquêteurs. Et en attendant les résultats, Ayman el-Mokaddem avance, pour expliquer la dislocation de l'appareil, la possibilité de l'explosion d'une batterie au lithium, d'une déflagration dans le circuit de carburant ou encore d'une usure de la carlingue.

    Ainsi, alors que Londres et Washington évoquent la thèse de l'attentat, que Moscou a suspendu ses vols civils vers l'Egypte et ordonné le rapatriement de ses ressortissants, les autorités du Caire le répètent : aucune piste n'est privilégiée pour expliquer le crash. « Nous n'avons écarté aucune possibilité, mais il n'y a pas encore d'hypothèse avant que l'enquête soit finie et qu'un rapport complet soit prêt », a affirmé plus tôt ce samedi le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri.

    Samedi 31 octobre dernier, 23 minutes après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet s'écrasait dans le Sinaï. A son bord, 217 passagers et 7 membres d'équipage. Quelques heures plus tard, la branche égyptienne de l'organisation Etat islamique affirmait être à l'origine du crash. Si cette revendication a été rapidement rejetée par les autorités russes, la répartition des débris sur une distance de plus de 13 kilomètres indiquait que l'avion s'était disloqué en vol, pouvant faire penser à l'explosion d'une bombe à bord.

    Puis, une source proche du dossier a indiqué vendredi 6 novembre à l'Agence France-Presse que l'analyse des deux boîtes noires confirmait le caractère « brutal, soudain » de l'événement précédant le crash  et, croisée avec des relevés sur les lieux, permettait de « privilégier fortement » l'hypothèse d'un attentat à la bombe.

    C'est très facile de profiter du chargement pour faire rentrer quoi que ce soit, il suffit de payer, et même la police est corruptible. Ce n'est pas un manque de sécurité, il n'y a tout simplement pas de sécurité.
    Un employé de l'aéroport de Charm el-Cheikh Responsable du trafic depuis 20 ans 08/11/2015 - par François Hume-Ferkatadji Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.