GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Un avion russe abattu par la Turquie à la frontière turco-syrienne

    media L'avion abattu par la Turquie à la frontière turco-syrienne est un Sukhoï Su-24. REUTERS/Shamil Zhumatov/Files

    Un avion de chasse a été abattu, ce mardi 24 novembre, à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Ankara assure que l’appareil avait violé son espace aérien et qu’elle va saisir l’Otan et l’ONU. Moscou a de son côté fait savoir par la voix de son ministre de la Défense que l'avion lui appartenait et qu'il « se trouvait exclusivement dans l'espace aérien syrien ». Vladimir Poutine est ensuite à son tour monté au créneau, dénonçant un « coup de poignard dans le dos », menaçant la Turquie de « conséquences sérieuses ».

    L'aviation turque a abattu ce mardi 24 novembre un avion de combat à la frontière turco-syrienne, au sud de la province d’Antioche.Cartes radar à l'appui, la Turquie lui reproche d'avoir violé son espace aérien. Des sources auprès de la présidence turque citées par l'Agence France-Presse (AFP) indiquent que l'appareil a « été abattu conformément aux règles d'engagement après avoir violé l'espace aérien turc malgré les avertissements ». L'état-major turc a confirmé que sa cible avait été mise en garde « dix fois en l'espace de cinq minutes ». Ankara a prévenu qu'elle allait saisir l'ONU et l'Otan. Cette dernière a indiqué qu'elle « suit la situation de près », « en contact avec les autorités turques ». Une « réunion extraordinaire » de l'Otan se tiendra cet après-midi « à la demande de la Turquie ».

    Selon l'armée russe, il s'agirait d'un Sukhoï Su-24 lui appartenant. L'appareil « se trouvait exclusivement dans l'espace aérien syrien », indique-t-il. « Aujourd'hui, sur le territoire syrien, à cause de tirs présumés venant du sol, un avion Su-24 appartenant aux forces aériennes russes déployées en Syrie s'est écrasé », a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

    L'un des deux pilotes aux mains de rebelles turkmènes

    Les deux pilotes à son bord se seraient éjectés et auraient atterri en parachute en territoire syrien, a fait savoir Moscou. Selon notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion, l'un d'eux serait entre les mains des rebelles turkmènes. Ces rebelles soutenus par Ankara sont depuis trois ou quatre jours la cible d’intenses bombardements de la part de l’armée syrienne, au point que la Turquie a demandé la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies pour protester contre ce qu’elle considère comme une agression, qui a poussé des milliers de civils à se réfugier en territoire turc. Le porte-parole d'un groupe rebelle syrien a annoncé mardi, vidéo à l'appui, la mort du second pilote, rapporte l'agence Reuters.

    L’avion a été visé sur ordre du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu. Ce n’est pas la première fois qu'un F16 turc réplique par la manière forte à la violation présumée de son espace aérien. Dans cette région, un hélicoptère syrien avait déjà été abattu il y a deux ans et ses pilotes capturés par des rebelles turkmènes avant d'être assassinés.

    Le chasseur russe Su-24 s'écrasant à la frontière entre la Turquie et la Syrie, le 24 novembre 2015. REUTERS/Sadettin Molla

    « Coup de poignard dans le dos »

    Les incidents de frontière entre Moscou et Ankara sont fréquents depuis le début de l'engagement militaire russe en Syrie, le 30 septembre dernier. Le 3 octobre déjà, l'aviation turque avait contraint un appareil russe à faire demi-tour alors qu'il avait pénétré son espace aérien prétextant de « mauvaises conditions météo ». Le 16 octobre, c'est un drone de fabrication russe qui avait été détruit dans le ciel turc. Il s'agit en revanche du premier avion russe touché depuis le début de l'intervention militaire de Moscou.

    C'est un coup de poignard dans le dos pour les forces qui luttent contre le terrorisme.
    Vladimir Poutine 24/11/2015 Écouter

    Mais cette fois-ci, Vladimir Poutine est vivement monté au créneau. Le président russe, qui reçoit en ce moment-même le roi de Jordanie, a dénoncé un « coup de poignard dans le dos » porté « par les complices des terroristes ». Les avions russes assure-t-il « ne menaçaient pas la Turquie ». Poutine s’étonne également que cette dernière se tourne aussitôt vers les instances de l’Otan et ne s’adresse pas à la Russie, comme si elle souhaitait qu’il y ait une opposition entre deux blocs.

    Pour justifier la présence de son aviation dans cette région frontalière, il avance que d’importantes quantités de pétrole sont écoulées par les insurgés syriens via la Turquie. Poutine menace enfin la Turquie de « conséquences sérieuses ». Des mots déjà prononcés par Ankara qui avait convoqué vendredi l'ambassadeur de Russie après des bombardements russes visant, selon elle, des villages de la minorité turcophone de Syrie.

    Les deux pilotes de l'avion russe seraient en vie et la Turquie essayerait actuellement de les récupérer selon un responsable turc.

    Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a annulé sa visite prévue mercredi à Ankara. Et Moscou déconseille aux Russes les voyages en Turquie.

    Les deux pays sont opposés sur le dossier syrien. Alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan réclame le départ de son homologue syrien Bachar el-Assad, la Russie demeure un fidèle allié du régime syrien.


    ECLAIRAGE SUR LA NOTION D'ESPACE AERIEN
    Il y a toujours des moyens de discuter si l'avion était ou n'était pas dans l'espace aérien qui relève de la Turquie. Là dessus, il y a des relevés radar des deux côtés. Chacun va sortir ses éléments pour dire 'là, je n'étais pas dans l'espace aérien turc' et l'autre 'si, si, il était dans notre espace aérien'. En plus, la zone en question est particulièrement délicate au niveau politique parce qu'il y a à la fois le territoire kurde, les Syriens, les Turcs, l'Iran n'est pas loin. L'intervention de la Russie est aussi sujette à cautions sur pas mal de sujets. Donc à ce stade, c'est très difficile pour un occidental de distinguer le vrai du faux.
    Jean Serrat, ancien commandant de bord 24/11/2015 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.