GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: deux mosquées sunnites attaquées, un muezzin abattu

    media Le leader radical chiite irakien Moqtada Sadr, lors d'un prêche à la mosquée de Kufa, le 11 décembre dernier. Le prédicateur a appelé à des manifestations ce lundi pour dénoncer la mort du cheikh al-Nimr. REUTERS/Alaa Al-Marjani

    La mort de Nimr al-Nimr, dignitaire chiite saoudien exécuté samedi dans son pays, a déclenché de nombreuses manifestations dans plusieurs pays de la région. Notamment en Iran, à Bahreïn, au Liban, au Yémen et en Irak, où les relations entre communautés chiite et sunnite sont très instables. Ce lundi 4 janvier 2016, des attentats à la bombe ont visé deux mosquées sunnites dans le centre de l'Irak. Et le chef chiite radical irakien Moqtada Sadr appelle à de nouvelles manifestations.

    La colère des chiites gronde dans toute la région. Et en Irak, peut-être encore un peu plus qu'ailleurs. Passage à l’acte la nuit dernière avant l'aube : au sud de Bagdad, dans la région de Hilla, deux mosquées sunnites ont été attaquées. Un muezzin sunnite a également été abattu par des hommes armés à Iskandariy.

    Aucune revendication n'a été formulée pour le moment. Mais en Irak, vise un lieu de culte par un attentat est un message assez clair. Les communautés chiite et sunnite se connaissent suffisamment. Ces frères ennemis se sont déjà entretués lors de la guerre civile. Un conflit interconfessionnel achevé en 2008.

    L'appel de Moqtada Sadr aux chiites d'Irak

    Ce lundi, les tensions pourraient s’accentuer. Le puissant dignitaire chiite Moqtada Sadr a en effet appelé à de nouvelles manifestations. Une journée de la colère. Or, malgré son retrait de la vie politique irakienne il y a près d’un an, Moqtada Sadr n’a rien perdu de son influence. Il peut rassembler les masses.

    Surtout qu'il s'agit, dans le cas présent, de défendre une cause jugée importante, face à l’ennemi saoudien. Pour rappel, l'Irak est un pays majoritairement chiite, mais où vit une importante communauté sunnite. Dans ce pays et dans plusieurs autres endroits de la région, on voit donc poindre un rassemblement général des chiites après l’exécution de cheikh Nimr Baqr al-Nimr.

    → à (re)lire : Chiites et sunnites de A à Z

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.