GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Russie propose un texte à l'ONU contre les violences en Syrie

    media La Russie a surpris le Conseil de sécurité de l'ONU en proposant un texte de résolution condamnant les violences en Syrie. Mario Tama/Getty Images

    Surprise hier jeudi 15 décembre au Conseil de sécurité de l'ONU : la Russie, hostile jusque-là à toute condamnation du régime de Bachar el-Assad, vient de proposer un texte de résolution contre les violences en Syrie. Paris a salué cet « événement extraordinaire, puisque la Russie a enfin décidé de sortir de son inaction », par la voix de l'ambassadeur de France à l'ONU. Washington, pour sa part, s'est déclaré prêt à travailler avec la Russie sur son projet.

    Il y a ces mots que les autres pays membres du Conseil de sécurité n'arrivaient pas à faire dire à la Russie, l'alliée de Damas, et ces mots sont : « nous condamnons les violences en Syrie ». Mais les diplomates russes ne font qu'un demi-pas car ils condamnent toutes les violences, c'est-à-dire à la fois « l'usage disproportionné de la force par les autorités syriennes, mais aussi l'utilisation d'armes illégales par des groupes armés », autrement dit les déserteurs de l'armée syrienne.  Le projet de résolution exhorte « le gouvernement syrien à cesser de réprimer ceux qui exercent leur droit à la liberté d'expression, de rassemblement pacifique et d'association » et demande une enquête interne auprès des autorités syriennes.

    La Russie, ne change pas tout à fait sur le fond, mais elle change de stratégie : elle ne fait plus d'opposition systématique à une résolution comme elle l'a fait au cours des derniers mois mais elle accompagne le mouvement au Conseil de sécurité.

    Le texte est un texte qui mérite beaucoup d'amendements

    Gérard Araud, ambassadeur de France à l'ONU 16/12/2011 - par Karim Lebhour Écouter

    La Russie avait l'air jusque-là si entêtée dans son soutien total au pouvoir syrien qui réprime son peuple depuis neuf mois maintenant, que les autres grands pays sont très satisfaits. La France a parlé d'un événement extraordinaire, et les Etats-Unis ont bien noté que le texte russe est une première. Il faut dire que a position russe de défenseur coûte que coûte du régime syrien, devenait de plus en plus intenable.

    Une base de travail

    Toutefois, les membres du Conseil de sécurité, à part sans doute la Chine qui, avec la Russie, avait voté contre un précédent projet de résolution en octobre, pensent que le projet russe est seulement une base de travail, et qu'il faut le corriger, parce qu'il est déséquilibré.

    En mettant sur le même plan les violences des uns, qui attaquent avec des armes lourdes, et des autres, qui se défendent, la Russie commet une injustice.

    Les violences doivent cesser des deux côtés. Nous sommes inquiets du trafic d'armes dans la région.

    Vitali Tchourkine, ambassadeur de Russie à l'ONU 16/12/2011 - par Karim Lebhour Écouter

    En outre, le texte russe ne prévoit aucune menace de sanction, comme le souhaitaient plusieurs pays occidentaux. Moscou continue à s'y opposer fermement. Le ministre des Affaires étrangères a répété à l'agence ITAR Tass que des sanctions seraient contre-productives.

    Les autorités russes insistent aussi sur le fait que leur résolution ne doit pas être interprétée comme un feu vert donné à une intervention armée. Pas question de suivre un scénario libyen en Syrie. Pas question non plus de lâcher l'allié syrien auquel Moscou continue de livrer des armes. Parallèlement, la diplomatie russe reste active dans la région : le vice-président syrien, Farouk al-Charaa est à Moscou et il doit rencontrer Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères.

    À l'ONU, les discussions ne font que commencer. On va sans doute négocier paragraphe par paragraphe le texte russe mais le Conseil de sécurité va pouvoir enfin sortir de sa paralysie sur la question syrienne.

    Depuis le 15 mars 2011, date du début de la révolte populaire syrienne, la répression menée par le régime de Bachar el-Assad,  a fait plus de 5 000 morts, selon l'ONU.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.