GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Congo

    media

    DR

    Situation géographique
    Pays d'Afrique centrale ouvert sur l'océan Atlantique, le Congo est frontalier du Gabon à l’ouest, du Cameroun et de la Centrafrique au nord, de la République démocratique du Congo à l’est et de l’Angola (enclave de Cabinda) au sud. Sa superficie est de 342 000 km².

    Capitale : Brazzaville (1,5 million d'habitants)

    Régime politique : République

    Démographie
    Population : 4,3 millions d'habitants
    Densité : 12,69 hab./km²
    Indice de fécondité : 5
    Croissance démographique : 2,8 %
    Espérance de vie : Femmes : 59,7 ans - Hommes : 56,9 ans

    Société
    Ethnies : Kongos, Tékés, Laris, Mbochis…
    Langues : français (off.), lingala
    Religions : chrétiens (50 %), animistes (48 %)
    Alphabétisation : 85 %
    Développement humain : 140e / 187 pays (PNUD 2014)

    Economie
    Monnaie : franc CFA
    Croissance : 6 % (2014)
    Inflation : 5,3 % (2013)
    PIB par habitant : 3 154 $
    Dette publique : 35,79 % du PIB (est.)

    Chronologie
    15 août 1960 : indépendance de la République du Congo, ancienne colonie française, sous la présidence de l’abbé Fulbert Youlou.
    1969 : le capitaine Marien Ngouabi est porté au pouvoir. Proclamation de la République populaire du Congo et naissance du Parti congolais du travail (PCT), qui deviendra parti unique en 1973.
    1977 : assassinat de Marien Ngouabi. Le pays est dirigé par un Comité militaire du Parti présidé par le général Joachim Yhombi Opango.
    1979 : le colonel Denis Sassou Nguesso prend la présidence du Comité militaire et devient chef de l'Etat.
    1990 : instauration du multipartisme.
    1991 : conférence nationale sur l’avenir du pays.
    1992 : Pascal Lissouba est élu président.
    1997 : Denis Sassou Nguesso reprend le pouvoir à l'issue d'une guerre civile. Il sera réélu en 2002.
    2009 : réélection de Denis Sassou Nguesso avec 78 % des voix.
    2010 : le 18 mars, le Club de Paris annule la totalité de la dette du pays. Entre octobre et février, une épidémie de poliomyélite provoque 204 morts.
    2012 : le 4 mars, des explosions dans un dépôt de munitions d'un régiment de blindés au quartier Mpila (est de Brazzaville) font au moins 282 morts, plus de 2 300 blessés et des milliers de sinistrés.

    2013
    22 août : le général de division Norbert Dabira est mis en examen à Paris pour crimes contre l'humanité.
    16 décembre :  perquisition au domicile du colonel Marcel Ntsourou, soupçonné d'être l'instigateur de l'explosion de la caserne de Mpila en 2012.

    2014
    4 avril : début d'une vaste opération d'"assainissement" qui se transforme en une opération d'expulsion des "Zaïrois", en règle ou non, baptisée "Mbata ya mokolo", "la gifle des aînés" en lingala. Le ministre de l'Intérieur de la RDC, Richard Muyej, accuse le Congo d'avoir procédé à des "expulsions massives sans aucun respect des droits humains". Début juin, le chiffre montait à 137 000 expulsions et retours contraints.
    11 septembre : la justice condamne aux travaux forcés à perpétuité l'ancien chef-adjoint des services de renseignements de Brazzaville, Marcel Ntsourou, critique du président Denis Sassou Nguesso, et dont la milice avait combattu violemment les forces de l'ordre en décembre.
    12 octobre : le Parti congolais du Travail (PCT), parti au pouvoir, et ses alliés remportent sans surprise 36 des 38 sièges qui étaient en jeu, sur les 72 que compte le Sénat.

    2015
    4 août : création de l'«Initiative pour la démocratie au Congo», mouvement de résistance pacifique au projet du pouvoir de changer la Constitution, en vue de l'élection présidentielle de 2016.
    10 août : le président Denis Sassou-Nguesso remanie son gouvernement.
    29 septembre : les juges français en charge de l'enquête dans l'affaire des « biens mal acquis » saisissent plusieurs propriétés soupçonnées d'appartenir à un neveu du président Denis Sassou-Nguesso.
    5 octobre : le gouvernement annonce la tenue le 25 octobre prochain du référendum en vue de changer la Constitution, ce qui permettrait au président Denis Sassou-Nguesso de briguer un nouveau mandat en 2016. Cette annonce provoque de nombreuses manifestations, certaines violentes comme celle du 20 octobre dans la capitale, avec 4 morts.
    25 octobre : les Congolais approuvent à plus de 92 % un projet de nouvelle constitution, faisant sauter les deux verrous interdisant à Sassou-Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016 : la limite d'âge et celle du nombre des mandats. Elle sera promulguée le 6 novembre. Présidentielle le 20 mars.

    2016
    25 janvier : le Parti congolais du travail (PCT), au pouvoir, désigne le président Denis Sassou-Nguesso comme son candidat à la présidentielle anticipée du 20 mars.
    20 mars : Denis Sassou-Nguesso est réélu au 1er tour de la présidentielle avec un peu plus de 60 % des voix. Résultats contestés par Guy-Brice Parfait Kolélas, crédité d'un peu plus 15 % des suffrages, et le général Jean-Marie Michel Mokoko arrivé 3ème avec un peu plus de 13 % des voix.
    27 mars : l'opposition, qui conteste la victoire du président sortant Denis Sassou-Nguesso, au pouvoir depuis plus de 30 ans, estime que sa victoire a été volée et appelle le peuple à la revendiquer par des actions légales et pacifiques.
    3 avril : 15 jours après la présidentielle et la réélection contestée du président Denis Sassou-Nguesso, Brazzaville est le théâtre de combats entre les forces de sécurité congolaises et des hommes armés.
    4 avril : 17 personnes sont tuées dans "l'attaque terroriste" ayant visé les quartiers sud de Brazzaville et l'"intervention rapide" de la force publique pour rétablir l'ordre, selon une déclaration du gouvernement.

    Documentation RFI, avril 2016

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.