GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attaque de Strasbourg: une troisième victime est morte (préfecture)
    • Cisjordanie: deux Israéliens ont été tués dans une attaque à l'arme à feu (armée)
    • France: piratage de «données personnelles» enregistrées sur un site du ministère des Affaires étrangères (officiel)
    • Automobile: la justice européenne juge les nouvelles limites d'émissions pour les moteurs diesel «trop élevées»
    • RDC: un mort à Mbuji-Mayi en marge d’une visite attendue du candidat Félix Tshisekedi
    • «Gilets jaunes»: «Il faut maintenant que le mouvement s'arrête», dit Richard Ferrand (LREM), président de l'Assemblée nationale
    • Jérusalem: un attaquant touche deux membres des forces de sécurité avant d'être tué (police)
    • Un «gilet jaune» tué après avoir été heurté par un camion à Avignon (parquet)
    • Turquie: quatre morts et 43 blessés lors d'un accident de train à Ankara (gouverneur)

    Egypte

    media

    Situation géographique

    Latifa Mouaoued/RFI

    L’Egypte est un pays au climat semi-désertique de plus d’un million de kilomètres carrés. Située au carrefour de l’Afrique et de l’Asie, l’Egypte possède deux façades maritimes, l’une sur la Méditerranée, l’autre sur la mer Rouge. Elle partage une frontière avec Israël et la bande de Gaza au nord-est, avec la Libye à l’ouest et le Soudan au sud.

    Capitale : Le Caire (16 millions d’habitants)

    Régime politique : République

    Démographie
    Population : 80,7 millions d’habitants
    Densité : 80,6 hab./km²
    Indice de fécondité : 2,8
    Croissance démographique : 1,6 %
    Espérance de vie : Femmes : 73,3 ans - Hommes : 68,3 ans

    Société
    Ethnies : Arabes, Turcs, Berbères
    Langues : arabe (officielle), anglais, français
    Religions : musulmans (90 %), chrétiens coptes (9 %)
    Alphabétisation : 72 %
    Développement humain : 110e / 187 pays (PNUD 2014)

    Economie
    Monnaie : Livre égyptienne
    Croissance : 1,96 % (2012)
    Inflation : 6,92 %
    PIB par habitant : 3 187 dollars
    Dette publique : 89 % du PIB

    Chronologie
    28 février 1922 : fin du protectorat britannique sur l'Egypte.
    1952 : le coup d'Etat des "officiers libres" renverse le roi Farouk.
    1953 : le général Mohamed Neguib proclame la République.
    1954 : Gamal Abdel Nasser prend le pouvoir, qu’il conservera jusqu’à sa mort en 1970. Il signe avec la Grande-Bretagne un traité sur l’évacuation de la zone du canal de Suez.
    1956 : nationalisation du canal de Suez, qui entraîne une attaque israélienne et une intervention militaire franco-britannique.
    1967 : guerre des Six Jours. Israël attaque l’Egypte, la Syrie et la Jordanie, et s'empare du Sinaï.
    1970 : mort de Nasser. Anouar el-Sadate lui succède à la tête de l'Etat.
    1973 : "guerre du Kippour", déclenchée par l’Egypte et la Syrie contre Israël.
    1978 : signature des accords de Camp David entre l’Egypte, Israël et les Etats-Unis.
    1979 : traité de paix entre l’Egypte et Israël, qui prévoit notamment la restitution du Sinaï, effective en 1982.
    1981 : Assassinat de Sadate. Hosni Moubarak lui succède.
    2005 : Moubarak est réélu pour un cinquième mandat. Elections législatives marquées par la percée de la confrérie des Frères musulmans.
    2010 : élections législatives, entachées de fraudes, dont le second tour est boycotté par l'opposition. Le Parti national démocratique (PND, au pouvoir), remporte plus de 80 % des sièges.

    2011
    25 janvier : début de manifestations massives contre Moubarak.
    11 février : après 18 jours de manifestations, Hosni Moubarak remet ses pouvoirs à l'armée et quitte le pouvoir après 30 ans d'un règne sans partage.
    28 novembre : première phase des élections législatives, remportées largement par les islamistes, notamment les Frères musulmans.

    2012
    31 mai : l'armée lève l'état d'urgence en vigueur depuis 30 ans.
    14 juin : la justice invalide l'Assemblée nationale et trois jours plus tard l'armée s'arroge le pouvoir législatif et budgétaire.
    24 juin : Mohamed Morsi, des Frères musulmans, remporte la présidentielle (51,73 %) et devient le premier islamiste à la tête du pays.
    30 juin : Mohamed Morsi prête serment. Il est le premier chef d'Etat égyptien issu d'un scrutin libre, et aussi le premier civil à présider le pays.
    12 août : Morsi écarte Tantaoui, ministre de la Défense qui fut chef d'Etat de fait après la chute de Moubarak, et annule les larges prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires.
    22 novembre : Morsi renforce ses pouvoirs par un décret contesté, qu'il annule le 8 décembre.
    15 et 22 décembre : la Constitution défendue par les islamistes au pouvoir est approuvée au terme d'un référendum entaché, selon l'opposition, d'irrégularités.

    2013
    24 janvier : début d'une nouvelle vague de violences entre manifestants et policiers. Une soixantaine de morts en une semaine, dont plus de 40 à Port-Saïd (nord-est) après la condamnation à mort de 21 supporteurs du club de football local pour leur implication dans des violences après un match (74 morts en février 2012).
    2 juin : la justice invalide le Sénat et la commission qui a rédigé la Constitution.
    30 juin : des millions de manifestants réclament le départ de Morsi, lui reprochant de ne pas avoir su gérer le pays et de n'avoir servi que les intérêts des Frères musulmans, dont il est issu.
    3 juillet : l'armée destitue et arrête Morsi. Le général Sissi annonce qu'Adly Mansour, président du Conseil constitutionnel, est nommé chef de l'Etat par intérim. Suspension de la Constitution, violente répression des manifestations pro-Morsi.
    14 août : plus de 700 manifestants pro-Morsi sont tués au Caire par les policiers et les militaires lors d'une manifestation place Rabaa Al-Adawiya.
    23 septembre : interdiction des activités des Frères musulmans, qui seront déclarés "organisation terroriste" trois mois plus tard.

    2014
    14 et 15 janvier : référendum sur un projet de nouvelle Constitution. Le oui l'emporte à 98,1% et 38,6 % des électeurs ont participé au scrutin.
    25 février : Ibrahim Mahlab, un cacique du parti de Hosni Moubarak, est nommé Premier ministre.
    4 mars : l'Egypte interdit le mouvement palestinien Hamas, le soupçonnant de s'allier avec les Frères musulmans pour commettre des attentats.
    24 mars : 529 partisans du président déchu Morsi sont condamnés à mort pour des violences commises durant l'été.
    28 mars : cinq personnes, dont une journaliste égyptienne, sont tuées au Caire dans des heurts entre des policiers et des islamistes manifestant contre la candidature du maréchal Abdel Fattah al-Sissi à l'élection présidentielle.
    15 avril : les Frères musulmans sont interdits par un tribunal de se présenter aux élections prévues fin mai.
    28 avril : Mohamed Badie, Guide suprême des Frères musulmans, est condamné à mort, avec 683 partisans présumés du président islamiste destitué Mohamed Morsi. Le Mouvement du 6 Avril, principal groupe de la jeunesse égyptienne ayant mené la révolte contre Hosni Moubarak en 2011, est interdit, accusé de "diffamer" le pays et de "collusion" avec des mouvements étrangers.
    21 mai : la justice condamne l'ancien président Hosni Moubarak à trois ans de prison pour détournement de fonds publics.
    2 juin : l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi est proclamé officiellement président, avec 96,9 % des suffrages, suite aux élections des 27 au 29 mai. Prestation de serment du nouveau président le 8 juin. Le Premier ministre sortant Ibrahim Mahlab est chargé le 9 de former le prochain gouvernement.
    21 juin : un tribunal confirme les condamnations à mort de 183 partisans présumés du président islamiste déchu Mohamed Morsi, dont le chef de sa confrérie désormais interdite des Frères musulmans, Mohammed Badie.
    30 juin : deux officiers de police décèdent en tentant de désamorcer plusieurs bombes devant le palais présidentiel au Caire, tandis que plusieurs personnes sont blessées par ces explosions.
    13 juillet : la Cour de cassation acquitte Hicham Qandil, ex-Premier ministre de Mohamed Morsi, condamné à un an de prison. Le lendemain, un tribunal condamne 101 partisans de l'ex-président à trois années de prison pour des violences commises peu après l'éviction du chef d'Etat islamiste il y a un an.
    24 octobre : au moins 26 soldats sont tués dans un attentat à la voiture piégée visant un barrage de l'armée au nord-ouest d'Al-Arich, chef-lieu de la province du Nord-Sinaï.
    26 novembre : le gouvernement adopte un projet de loi antiterroriste qui lui permettra d'interdire toute organisation soupçonnée de porter atteinte à l'unité nationale ou à l'ordre publique.
    29 novembre : un tribunal égyptien abandonne l'accusation de complicité de meurtre de centaines de manifestants contre l'ex-président Hosni Moubarak, chassé du pouvoir en 2011 par une révolte.
    2 décembre : un tribunal égyptien condamne à mort 188 personnes pour le meurtre de 13 policiers, le dernier d'une série de procès de masse lancés par les autorités dans leur répression des partisans de l'ex président Mohamed Morsi.
    3 décembre : le cheikh d'Al-Azhar au Caire, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite, condamne les "crimes barbares" commis par le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, lors d'une conférence internationale.

    2015
    1er février
    : expulsion du journaliste australien d'Al-Jazeera Peter Greste, emprisonné depuis plus d'un an et condamné à 7 ans de prison pour avoir "diffusé des fausses informations en soutien" aux Frères musulmans.
    16 février : l'armée de l'air bombarde des positions de l'Organisation Etat islamique en Libye, au lendemain de la diffusion d'une vidéo montrant la décapitation de 21 Égyptiens de confession copte.
    7 mars : la justice exécute pour la première fois l'une des centaines de condamnations à mort prononcées contre des partisans du président islamiste destitué Mohamed Morsi, en procédant à la pendaison d'un homme reconnu coupable de violences.
    14 mai : le gouvernement impose des restrictions pour les Egyptiennes voulant se rendre en Turquie, quelques mois après l'avoir fait pour ses citoyens masculins, concernant les femmes de 18 à 40 ans. Les autorités s'inquiètent des mariages sur internet avec des jihadistes de l'EI.
    16 mai : Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en 2012, est condamné à mort en première instance.
    31 mai : le gouvernement entame la démolition du siège du parti de l'ex-président Hosni Moubarak, incendié durant la révolte populaire de 2011 qui le chassa du pouvoir.
    29 juin : assassinat du procureur général Hicham Barakat dans un attentat spectaculaire.
    1er juillet : des combattants du groupe Etat islamique (EI) lancent une série d'attaques sans précédent contre l'armée dans le nord du Sinaï, faisant des dizaines de morts. Le gouvernement approuve une nouvelle loi antiterroriste.
    6 août : le président Abdel Fattah al-Sissi inaugure l'élargissement du canal de Suez.
    7 septembre : le ministre de l'Agriculture, Salah Helal, est arrêté suite à une enquête sur une affaire de corruption au sein de son ministère.
    12 septembre : le gouvernement présente sa démission. Le président Abdel Fattah al-Sissi charge le ministre démissionnaire du Pétrole, Chérif Ismaïl, de former une nouvelle équipe, un remaniement sur fond d’opération «mains propres» contre la corruption.
    31 octobre : un avion civil russe s'écrase dans la péninsule du Sinaï, peu après son décollage de la cité balnéaire de Charm el-Cheikh. A son bord, 224 personnes, aucune n'a survécu. L'attentat est revendiqué par l'Etat islamique qui aurait posé une bombe dans une canette de boisson gazeuse. Le 5 novembre, le Royaume-Uni décide de suspendre tous les vols britanniques au départ ou à destination de l'aéroport égyptien de Charm el-Cheikh, par «précaution». Le 10, les touristes russes et britanniques continuent de quitter l'Egypte. Un peu plus de 100 000 touristes sont en cours de rapatriement et la suspension des vols fait peser, à court terme, un risque majeur sur l'industrie du tourisme.
    24 novembre : attaque suicide perpétrée par le groupe Etat islamique (EI) dans un hôtel de la péninsule du Sinaï provoquant sept morts, dont deux juges et quatre policiers, au lendemain du permier tour des élections législatives.
    4 décembre : au moins 16 morts à la suite de l’incendie criminel d’une boîte de nuit dans le quartier résidentiel d'Agouza, à l’ouest du Caire.

    2016
    9 janvier : deux policiers sont tués dans un attentat à l’arme automatique à l’ouest du Caire, revendiqué par le groupe Etat Islamique. La veille, un hôtel de la mer Rouge avait été attaqué par deux jihadistes qui avaient blessé trois touristes, et le 7, un car de touristes avait essuyé des tirs près des Pyramides au Caire.
    21 janvier : l'explosion d'une bombe tue six personnes dont trois policiers lors d'une descente dans un appartement du Caire, attentat revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).
    3 février : la découverte du cadavre de l'étudiant italien Giulio Regeni, 28 ans, disparu le 25 janvier, provoque une tension entre Rome et Le Caire. La ministre italienne du Développement économique a interrompu une visite en Egypte après l'annonce de la mort de l'étudiant dans des circonstances obscures. L'Italie est un des principaux partenaires économiques de l'Egypte.
    12 février : plusieurs milliers de médecins manifestent devant le syndicat des médecins pour exiger de la police qu'elle cesse de violenter les personnels de santé. Une semaine plus tard, des centaines de personnes protestaient devant le bâtiment de la direction de la sécurité du Caire. Quelques instants plus tôt, un policier venait de tuer d'une balle dans la tête un citoyen avec lequel il avait eu un différend. Le président a dû intervenir et demande au Parlement des lois plus dures concernant les violences policières.
    3 mars : les autorités extradent le Français Christophe Naudin vers Saint-Domingue, en République dominicaine, suite à un mandat d'arrêt international délivré dans le cadre de l'affaire «Air Cocaïne», suspecté d'avoir participé à l'évasion de deux de ses compatriotes déjà condamnés dans cette affaire.
    6 mars : le ministre de l'Intérieur, Magdy Abdel Ghaffar, accuse le mouvement palestinien Hamas d'être impliqué dans l'attentat qui a coûté la vie au procureur général Hicham Barakat, en juin dernier.
    10 mars : une résolution est votée au Parlement européen sur les cas de violation des droits de l'homme en Egypte, et notamment sur le cas de Giulio Regeni, cet étudiant italien retrouvé assassiné dans des circonstances suspectes le 3 février dans la banlieue du Caire.
    14 mars : la banque centrale dévalue de 14,3 % la livre et promis d'adopter "une politique de change plus souple".
    23 mars : remaniement ministériel touchant principalement les portefeuilles économiques avec l'entrée au gouvernement de dix nouveaux ministres.
    31 mars : la cour correctionnelle confirme la condamnation de l'intellectuelle Fatma Naout à trois ans de prison pour mépris de l'islam. Elle avait dénoncé la cruauté exercée lors de l'égorgement des animaux à l'occasion du Aïd al-Adha, la fête du sacrifice.
    7 avril : Rome rappelle son ambassadeur en Egypte, Maurizio Masseri, un geste voulant démontrer l'irritation des autorités italiennes et leur volonté d'obtenir la «vérité» sur la mort de Giulio Regeni, torturé à mort fin janvier au Caire.
    10 avril : l’Egypte cède deux îles stratégiques de la mer Rouge à l’Arabie saoudite: Sanafir et Tiran, au grand dam d'une partie de l'opinion, viennent d'être reconnues saoudiennes par le gouvernement égyptien qui les administrait jusqu'alors. C'est par elles que doit passer le pont que l’Arabie saoudite projette de bâtir entre les deux pays.
    25 avril : manifestation au Caire contre le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi, organisée par plusieurs mouvements laïcs et de gauche, à l'occasion de la date du 25 avril, qui commémore la restitution du Sinaï par Israël en 1982, pour protester contre la remise par l’Egypte de deux îles de mer Rouge à l’Arabie saoudite. Le 14 mai, 152 personnes sont condamnées à des peines allant de deux à cinq années de prison ferme pour «manifestation sans permis». 79 des condamnés écopent aussi d’une peine supplémentaire de 10 000 euros d’amende.
    7 mai : l’ex-président Mohamed Morsi échappe à la peine capitale dans un procès pour espionnage. Toutefois six autres co-accusés sont condamnés à mort par contumace par la cour d’assises du Caire. Morsi et dix autres personnes étaient accusées d’avoir livré des informations classées secret-défense au Qatar quand les Frères musulmans étaient au pouvoir en 2012-2013.
    18 mai : parti de Paris à destination du Caire, un Airbus A320 de la compagnie EgyptAir, le vol MS804, disparait des radars en mer Méditerranée, dans l'espace aérien égyptien. Il y avait 66 personnes à bord, dont 30 Egyptiens et 15 Français. Le 15 décembre, la commission d’enquête égyptienne annonce que des traces d’explosifs ont été trouvées sur des victimes.
    21 juin : le tribunal administratif annule le traité délimitant les eaux territoriales signé entre les gouvernements égyptien et saoudien en avril, prévoyant que l’Egypte allait rétrocéder deux îles de la mer Rouge à l’Arabie saoudite. Il avait provoqué une vague de protestations et d’arrestations et de condamnations de manifestants en Egypte.
    12 juillet : selon un rapport d'Amnesty International, les disparitions forcées sont devenues un des instruments clés de la politique d'Etat. Depuis qu'il a destitué son prédécesseur islamiste, le président Abdel Fattah al-Sissi est régulièrement accusé d'avoir instauré un pouvoir ultra-répressif dans le pays.
    15 novembre : la Cour de cassation annule la peine de mort de l’ex-président Frère musulman Mohamed Morsi, du guide suprême de la confrérie, Mohamed Badie, et de l'un de ses adjoints, ainsi que les peines de prison à perpétuité pour plusieurs hauts responsables Frères musulmans.
    11 décembre : 23 morts et 49 blessés dont de nombreux dans un état grave après l'attentat contre l'église Botrossiya située dans l'enceinte de la cathédrale copte orthodoxe du Caire. L'attentat sera revendiqué deux jours plus tard par le groupe Etat islamique.

    2017
    9 janvier : 17 personnes ont trouvé la mort dans des attentats terroristes ou des bombardements militaires dans le nord du Sinaï, près de la frontière avec Gaza.
    16 janvier : la Haute cour administrative réaffirme l'égyptianité de deux îles de mer Rouge et confirme l'invalidation d'un accord signé en avril 2016 entre les gouvernements égyptien et saoudien. En vertu de cet accord délimitant les eaux territoriales, l'Egypte remettait à l'Arabie les îles de Tiran et Sanafir.
    16 février : surnommée « la dame de fer », Nadia Abdou va diriger la province de Beheira dans le nord du pays. Une première en Egypte qui avait déjà connu des femmes ministres mais  jamais de femmes gouverneurs.
    2 mars : Hosni Moubarak est acquitté de toute implication dans le meurtre de manifestants en 2011, lors de la révolte qui avait mis fin à ses 30 années de pouvoir. Depuis 2013 et le coup d’Etat du chef de l’armée Abdel Fatah al-Sissi, la plupart des responsables de l’ancien régime poursuivis ont, eux aussi, été acquittés. Le 13, le procureur général ordonne la libération de l’ex-président Hosni Moubarak après l’accomplissement de sa peine de trois années de prison pour corruption dans l’affaire de la rénovation des palais présidentiels. Il sera libéré le 24 mars.
    25 mars : le tribunal correctionnel de Rosette a infligé des peines allant jusqu'à 14 années de prison à 56 personnes jugées coupables d'avoir provoqué la pire catastrophe maritime de l'histoire de l'émigration clandestine égyptienne. En septembre 2016, un bateau transportant plus de 400 émigrés clandestins vers l'Europe avait chaviré au large de Rosette en Méditerranée.
    9 avril : dimanche des Rameaux meurtrier pour les chrétiens coptes d'Egypte. Une bombe a d'abord explosé dans une église de la ville de Tanta, dans le centre du delta du Nil, faisant des dizaines de morts. Une autre église à Alexandrie a été visée par un attentat. Le bilan provisoire est de 44 morts et de nombreux blessés. Des attentats revendiqués par le groupe Etat islamique. Le président al-Sissi a convoqué le Conseil national de sécurité comprenant notamment les ministres de la Défense et de l’Intérieur pour un renforcement des «infrastructures vitales». Etat d'urgence décrété pour 3 mois.
    25 mai : au moins 28 coptes sont tués dans une fusillade visant un bus transportant des chrétiens dans la province de Minieh, à 350 km au sud du Caire. Ils étaient en route vers un monastère lorsque plusieurs assaillants ont tiré à l’arme automatique sur le bus. Le lendemain, l’armée de l’air effectue une série de raids contre une base jihadiste dans l’est de la Libye qui, selon le gouvernement, serait liée à l’attentat contre des pèlerins coptes.
    30 mai : le gouvernement soudanais décrète un embargo sur tous les produits agricoles venus d'Egypte, qu'ils soient réexportés depuis ce pays ou qu’ils y soient produits. En mars dernier un premier embargo ne concernait que les produits égyptiens. Ce nouveau tour de vis traduit la tension qui existe actuellement entre les deux pays qui s'opposent sur plusieurs sujets d'importance. Khartoum accuse Le Caire d'armer des rebelles pour renverser le président el-Béchir tandis que le différend frontalier entre les deux pays empoisonne les relations bilatérales.
    14 juin : le Parlement approuve un accord de délimitation des frontières maritimes entre l'Egypte et l'Arabie saoudite, en vertu duquel deux îles stratégiques à l'entrée du golfe d'Aqaba sont rétrocédées à Riyad. L'accord, qui avait été annulé par la Haute Cour administrative, provoque une vive opposition depuis sa signature en avril 2016. Cet accord sera ratifié par le président le 24 juin.
    14 septembre : Giampaolo Cantini prend ses fonctions d'ambassadeur italien en Egypte, en concomitance avec l’arrivée à Rome d’un nouvel ambassadeur égyptien, Hisham Badr. Ce retour à la normalisation des relations italo-égyptiennes ravive les craintes d’ensablement des enquêtes sur les responsables de la mort par torture de l'étudiant Giulio Regeni, fin janvier 2016 au Caire.
    22 septembre : 7 personnes sont arrêtées et accusées de «pousser au stupre» pour avoir brandi des drapeaux arc-en-ciel durant une soirée musicale.
    20 octobre : plusieurs dizaines de policiers et une quinzaine de terroristes islamistes sont tués dans de violents accrochages dans le désert libyque. Le groupe extrémiste Hasm, issu des Frères musulmans selon les autorités, a revendiqué l’opération.
    31 octobre : entre le 22 septembre et le 31 octobre, au moins 66 homosexuels présumés ont été arrêtés, mis en détention, et accusés de «débauche» ou d’«incitation à la débauche», l’homosexualité n’étant pas officiellement criminalisée en Egypte. Selon l’ONG égyptienne EIPR, 27 ont déjà été condamnés à des peines allant de six mois à six ans de prison, et plus de de 280 homosexuels ont été condamnés depuis 2013.
    3 novembre : l'animatrice télé Doaa Salah est condamnée à trois ans de prison pour avoir consacré une émission aux mères célibataires le 28 juillet. La sexualité hors mariage reste un sujet tabou en Egypte.
    24 novembre : au moins 235 personnes sont tuées et 109 autres blessées dans une attaque contre une mosquée du Nord-Sinaï. La présidence déclare trois jours de deuil national, et le président Abdel Fattah al-Sissi convoque une réunion d'urgence de ses ministres chargés de la sécurité. Le chef de l'Etat promet une réponse «brutale».
    11 décembre : Le Caire et Moscou signent un accord pour la construction d’une centrale nucléaire en Egypte.
    26 décembre : 15 personnes sont exécutées par pendaison, condamnées à mort par un tribunal militaire pour leur participation à des attaques terroristes contre la police et l'armée dans le Nord-Sinaï, une région en proie à une guérilla entre le groupe Etat islamique (EI) et les forces de sécurité.
    29 décembre : au moins dix personnes sont tuées dans un attentat contre une église au sud du Caire.
    31 décembre : le tribunal correctionnel d'Alexandrie condamne la militante des droits de l'homme Mahienour al-Masry à deux années de prison pour «participation à une manifestation non autorisée» contre la cession de deux iles de la mer Rouge à l'Arabie saoudite. Trois autres militants de gauche ont été condamnés à des peines allant de deux à trois ans de prison.

    2018
    11 janvier :
    la tension monte entre le Soudan et l'Egypte. En deux ans, les relations n'ont jamais été aussi tendues entre Le Caire et Khartoum qui s'accusent mutuellement d'atteinte à la sécurité.
    28 janvier : la Haute Commission électorale annonce qu’aucun candidat n’a présenté ses papiers pour l’élection présidentielle de mars prochain en dehors du chef de l’Etat Abdel Fatah al-Sissi. Les candidats potentiels se sont tous retirés ou ont été retirés. Le lendemain, juste avant l'heure limite, le dirigeant du petit parti Ghad Moussa Moustafa Moussa présente sa candidature, lui qui faisait jusqu’alors campagne en faveur du président, et qui semble avoir pour principal objectif d’éviter au chef de l’Etat de rester seul en lice après le retrait forcé de ses rivaux et un appel au boycott d'opposants.
    9 février : lancement d'une grande opération antiterroriste baptisée «Sinaï 2018».
    5 mars : l'Egypte et l'Arabie saoudite annoncent la création d'un fond de dix milliards de dollars qui seront investis dans la péninsule du Sinaï.

    Service de la Documentation RFI, mars 2018

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.