GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Grèce

    media

    Situation géographique
    Pays d'Europe méridionale bordé par la mer Ionienne et la mer Egée, la Grèce (131 957 km²) est frontalière de l'Albanie, de la Macédoine et de la Bulgarie au nord, et de la Turquie à l'est. Elle est composée d'une partie continentale (81 % du territoire) et de deux mille îles, dont la plus importante est la Crète au sud.

    Capitale : Athènes (762 000 habitants)

    Régime politique : République

    Démographie :
    Population totale : 11,09 millions d'habitants
    Indice de fécondité : 1,3
    Densité : 84,06 hab./km²
    Espérance de vie : femmes : 83,4 ans - hommes : 78 ans

    Société :
    Langues : grec
    Religions : orthodoxes (98 %), musulmans (1 %)
    Développement humain : 29e / 187 pays (PNUD 2014)

    Union européenne :
    Année d'adhésion : 1981
    Nombre de députés au Parlement européen : 22 / 736

    Economie :
    Monnaie : euro (depuis 2001)
    Croissance : - 4 % (2013)
    Dette publique : 174,9 % du PIB
    PIB par habitant : 39 772 $
    Inflation : 0,99 %

    Chronologie :
    1830 : indépendance de la Grèce, sous domination ottomane depuis le XVe siècle, après neuf ans de conflit.
    1913 : à l'issue des guerres balkaniques, la Grèce double son territoire.
    1920-1923 : guerre gréco-turque, qui se solde par la défaite de la Grèce.
    1924 : proclamation de la République.
    1935 : restauration de la monarchie.
    1936-1941 : dictature du général Metaxas.
    1941-1944 : occupation allemande et italienne.
    1946-1949 : guerre civile entre les communistes et le gouvernement, soutenu par les Etats-Unis.
    1952 : adhésion de la Grèce à l'OTAN.
    1967 : coup d'Etat militaire, début de la «dictature des colonels».
    1973 : abolition de la monarchie et proclamation de la République. Révolte étudiante.
    1974 : invasion du nord de Chypre par l'armée turque. Chute de la dictature.
    1981 : adhésion de la Grèce à la CEE.
    1993 : victoire aux élections législatives du Pasok («Mouvement socialiste panhellénique», social-démocrate). Andréas Papandréou devient Premier ministre.
    1996 : démission pour raisons de santé d'Andréas Papandréou, remplacé par Costas Simitis. Victoire aux élections législatives du PASOK, reconduit en 2000.
    2001 : entrée de la Grèce dans la zone euro.
    2004 : victoire aux élections législatives du parti Nouvelle Démocratie (ND, conservateur). Costas Caramanlis devient Premier ministre.
    2007 : courte victoire de la Nouvelle Démocratie aux élections législatives anticipées, un mois après des incendies de forêt meurtriers pour lesquels la gestion de la crise par les autorités avait été critiquée.
    2008 : émeutes en décembre suite à la mort d'un adolescent tué par la police.
    2009 : dégradation de la situation économique et financière. Victoire en octobre du PASOK aux élections législatives anticipées, Georges Papandréou devient Premier ministre.
    2010 : face à l'explosion de ses déficits publics et ses conséquences sur la zone euro, la Grèce signe en mai un accord avec l'UE pour un plan de sauvetage financier associant le FMI, qui prévoit un prêt de 110 milliards d'euros sur trois ans en contrepartie de mesures d'austérité et d'assainissement de ses finances.
    2011 : nouvelles mesures d'austérité, qui provoquent un mouvement de protestation de grande ampleur. Deuxième plan de sauvetage adopté le 27 octobre par les Etats de la zone euro, prévoyant notamment un prêt de 100 milliards d'euros et l'effacement d'une partie de la dette grecque. L'annonce par Georges Papandréou d'un référendum sur ce plan d'aide déclenche une crise politique et sa démission, le 9 novembre. Le 11 novembre, Lucas Papademos est désigné Premier ministre d'un gouvernement d'union nationale.

    2012
    10 février : le gouvernement approuve le plan d'austérité imposé par l'Union européenne et le FMI, ce qui provoque la démission de 5 ministres de la coalition gouvernementale.
    12 février : plus de 100 000 personnes manifestent à Athènes contre la politique du gouvernement.
    28 février : le Parlement adopte un nouveau plan de réduction des dépenses pour un montant total de 3,2 milliards d'euros.
    7 mai : victoire du parti conservateur Nouvelle Démocratie qui remporte 18,85 % des suffrages aux législatives anticipées.
    10 mai : le chef du parti socialiste Pasok, Evangelos Venizelos, est chargé de former un gouvernement de coalition.
    15 mai : suite à l'échec de la formation d'un gouvernement de coalition, de nouvelles élections législatives sont prévues fin juin.
    17 juin : nouvelles élections législatives, la droite sort vainqueur.
    20 juin : le chef du parti conservateur Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras, est nommé Premier ministre.

    2013
    11 juin : la Grèce perd son statut de pays développé, devient un pays émergent.
    24 juin : remaniement ministériel.
    16 juillet : grève nationale pour protester contre un plan restructuration de la fonction publique.
    8 août : le taux de chômage pour le mois de mai atteint un nouveau record, touchant 27,6 % de la population, soit plus du double du taux moyen de la zone euro.
    7 octobre : l'ancien ministre Akis Tsohatzopoulos est condamné à 20 ans de prison pour blanchiment d'argent.

    2014
    9 avril : une voiture piégée explose dans le centre d'Athènes devant un bâtiment de la Banque de Grèce sans faire de victime.
    10 avril : retour de la Grèce sur les marchés d'emprunt à moyen et long termes via une émission d'obligations sur cinq ans qui coïncide avec une grève générale de 24 heures dans le privé et le public.
    10 juin : l'économiste et banquier expérimenté Guikas Hardouvelis prend le portefeuille clef du ministère des Finances, après un profond remaniement gouvernemental, avec la charge de poursuivre le redressement économique du pays.
    28 décembre : 7 morts dans l'incendie à bord d'un ferry-boat italien affrété par la compagnie grecque Anek transportant 478 passagers et membres d'équipage en mer Adriatique.
    29 décembre : l’ancien Commissaire européen Stavros Dimas, candidat du gouvernement, perd l'élection présidentielle devant le Parlement, ce qui implique l’organisation de législatives anticipées.

    2015
    25 janvier
    :  victoire historique du parti de gauche radicale Syriza, lors des élections législatives anticipées. Le parti d’Alexis Tsipras obtient 36,34 % des voix et trouve un accord pour gouverner avec le parti de la droite souverainiste « Grecs Indépendants ».
    18 février : l'ex-ministre conservateur Prokopis Pavlopoulos, européen convaincu, est élu président de la République par le Parlement, un poste au rôle honorifique mais aussi fédérateur dans un pays en crise. Investiture le 13 mars.
    5 juillet : les Grecs rejettent, lors d'un référendum, les propositions formulées fin juin par les créanciers du pays (BCE, UE, FMI), le non l'emportant avec 61,31 % des voix.
    Le lendemain, démission du ministre des Finances Yanis Varoufakis, remplacé par le vice-ministre des Affaires étrangères, Euclide Tsakalotos.
    20 août : le Premier ministre Alexis Tsipras démissionne après avoir perdu sa majorité parlementaire lors d'un vote au Parlement sur le nouveau plan de sauvetage.
    20 septembre : le parti de gauche radicale Syriza arrive en tête des élections législatives anticipées avec un peu plus de 35 % des voix, ce qui permet à Alexis Tsipras de redevenir premier ministre. Trois jours plus tard, il forme un gouvernement de coalition avec des membres du parti souverainiste Grecs indépendants et maintient Eucleide Tsakalotos aux Finances.
    7 octobre : le second gouvernement d'Alexis Tsipras obtient la confiance du Parlement.
    16 octobre : les 154 députés adoptent sans surprise la loi-balai qui rassemble les mesures d'austérité, demandées par les créanciers de la Grèce.
    20 octobre : l'arrivée massive de migrants et réfugiés se poursuit dans les îles grecques de la mer Egée. Le cap des 500 000 arrivées sur les côtes grecques est  franchi ce 20 octobre, selon des chiffres délivrés par le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés.
    12 novembre : grève générale contre les nouvelles mesures d'austérité.

    2016
    21 janvier : le port du Pirée, au sud d'Athènes, passe sous pavillon chinois. Une étape cruciale dans la droite ligne des engagements du pays envers ses créanciers : procéder à de nombreuses privatisations, pour recapitaliser ses banques et rembourser sa dette publique.
    4 février : nouvelle grève générale, la troisième depuis que le Premier ministre de gauche, Alexis Tsipras, dirige le gouvernement.
    1er mars : la Grèce adresse un plan «d'urgence» à l'Union européenne, estimant à 480 millions d'euros ses besoins financiers, dans le dossier de la gestion lourde de l'accueil des réfugiés sur son territoire. Bruxelles, dès le lendemain, annonce débloquer la somme de 700 millions d'euros pour répondre à la crise migratoire. Une somme à répartir entre les différents Etats membres en première ligne, face à l'afflux de migrants.
    4 avril : entrée en vigueur de l'accord conclu le mois dernier entre l'Union européenne et la Turquie, avec pour objectif de stopper le flux de migrants qui arrivent sur les côtes grecques.
    22 mai : le parlement adopte de nouvelles mesures de rigueur exigées par ses créanciers, espérant que l'adoption de ces mesures permettra la reprise du plan d'aide accordé l'été dernier par la zone euro, mais bloqué depuis plusieurs mois.
    26 octobre : le Conseil d’Etat invalide la réforme audiovisuelle du gouvernement Tsipras.
    8 décembre : 33 personnes sont arrêtées à Athènes et dans plusieurs villes d'Angleterre dans le cadre d’une grande enquête européenne contre l'immigration illégale. Elles sont soupçonnées d'avoir voulu faire entrer illégalement des migrants iraniens au Royaume-Uni.
    10 décembre : le Parlement adopte le budget 2017 à une courte majorité de 152 voix sur 146. Tous les partis d'opposition ont voté contre, ainsi que les députés indépendants.

    2017
    6 février : plusieurs dizaines de personnes logées sur le site d’Hellinikon, l’ancien aéroport d’Athènes, protestent contre leurs conditions d’accueil et bloquent le ministre grec de l’Immigration aux portes du site en demandant à ce que leurs requêtes soient écoutées. Près de 1 400 personnes, principalement des Afghans, sont sur place, parfois depuis plus d'un an.

    Documentation RFI, février 2017

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.