GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Israël

    media

    Situation géographique
    Situé le long de la côte orientale de la Méditerranée, Israël s’étend sur environ 21 000 km², bordé par le Liban, la Syrie, la Jordanie, l’Egypte, la bande de Gaza et la Cisjordanie (occupées depuis 1967). Israël a annexé Jérusalem-est en 1967 et le plateau syrien du Golan en 1981 (non comptabilisés dans sa superficie).

    Villes : Jérusalem (capitale, 783 700 hab.), non reconnue par la communauté internationale ; Tel-Aviv (390 700 hab.)

    Régime politique : République

    Démographie
    Population : 8,3 millions d’habitants
    Densité : 359 hab./km²
    Indice de fécondité : 3,05
    Croissance démographique : 2 %
    Espérance de vie : femmes : 83,6 ans, hommes : 79,9 ans

    Société
    Langues officielles : hébreu et arabe
    Religions : juifs (76 %), musulmans (16 %)
    Alphabétisation : 97 %
    Indice de développement humain : 19ème/187 (PNUD 2014)

    Economie
    Monnaie : nouveau shekel
    Croissance : 2,8 % (2014)
    Inflation : 3,5 %
    PIB par habitant : 36 7210 $
    Dette publique : 68 % du PIB

    Chronologie
    1948 : proclamation de l’Etat d’Israël. Première guerre israélo-arabe.
    1956 : nationalisation du canal de Suez. Israël attaque l'Egypte avant une intervention militaire franco-britannique.
    1967 : guerre des Six Jours. Israël attaque l’Egypte, la Syrie et la Jordanie, et s'empare du Sinaï.
    1973 : "guerre du Kippour", déclenchée par l’Egypte et la Syrie contre Israël.
    1979 : signature d'un traité de paix avec l'Egypte.
    1981 : annexion du plateau syrien du Golan.
    1982 : invasion du Liban par l’armée israélienne au Liban. Les troupes se retirent en 1985, Israël gardant dans le sud une "zone de sécurité" qu’il quittera en 2000.
    1987 : première Intifada (guerre des pierres) en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.
    1993 : accords d'Oslo. Signature avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) d’une déclaration de principes sur le début de l’autonomie dans les territoires occupés.
    1994 : signature d'un traité de paix avec la Jordanie.
    1995 : assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin par un extrémiste juif.
    1996-2006 : succession de responsables à la tête du gouvernement : Shimon Peres (travailliste), Benjamin Netanyahu (Likoud), Ehud Barak (travailliste), Ariel Sharon (Likoud) et Ehud Olmert (Kadima).
    2000 : deuxième Intifada.
    2002 : début de la construction du mur israélien en Cisjordanie.
    2005 : retrait israélien de la bande de Gaza et de quatre colonies juives de Cisjordanie, mettant fin à 38 ans d’occupation.
    2006 : le 4 janvier, le Premier ministre Ariel Sharon est plongé dans un coma profond suite à une attaque cérébrale. Il est démis de ses fonctions le 14 avril et remplacé par Ehud Olmert. Le soldat israélien Gilad Shalit est enlevé en juin par des groupes armés palestiniens. Il sera libéré en octobre 2011 en échange de prisonniers palestiniens.
    2007 : élection de Shimon Peres à la présidence de l’Etat d’Israël.

    2008
    8 janvier : rencontre entre le Premier ministre israélien Ehud Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas, avant la visite du président américain George Bush deux jours plus tard pour des entretiens portant sur l'extension des colonies juives dans les territoires palestiniens.
    15 au 18 mars : visite de la chancelière allemande Angela Merkel, première chef de gouvernement allemand à tenir un discours devant le parlement.
    2 mai : le Premier ministre Ehud Olmert est entendu par la police dans le cadre d'enquêtes sur 3 affaires de corruption dont il fait l'objet. Il sera inculpé le 8 mai.
    5 juin : le parlement vote, avec 58 voix pour et 12 contre, un amendement à la Loi fondamentale qui fait de Jérusalem la capitale non seulement de l’Etat d’Israël, mais aussi du peuple juif.
    2 juillet : un chauffeur palestinien conduisant une pelleteuse fonce sur la foule dans le centre de Jérusalem, dans une rue très fréquentée, tuant 4 personnes et en blessant 45 autres. Il est abattu par des policiers.
    22 septembre : Tzipi Livni, ministre des Affaires étrangères, qui a remporté les primaires du parti Kadima, est chargée de former un gouvernement.
    26 octobre :Tzipi Livni appelle à la tenue d'élections anticipées après avoir échoué à former une coalition gouvernementale.
    14 décembre : Khaled Mechaal, dirigeant en exil du Hamas, annonce que la trêve avec Israël ne sera "pas renouvelée" le 19 décembre en raison de la poursuite du blocus de la bande de Gaza.
    20 décembre : les Brigades Ezzedine Al-Qassam, branche armée du Hamas, revendiquent des tirs d'obus de mortier sur Israël.
    27 décembre : Israël lance une attaque aérienne massive contre la bande de Gaza, baptisée "Plomb durci".

    2009
    3 janvier : début d'une offensive terrestre israélienne à Gaza.
    17 janvier : Israël annonce un cessez-le-feu. Le lendemain, le Hamas décrète également une trêve d'une semaine pour que l'armée israélienne se retire de la bande de Gaza. En trois semaines, l'offensive israélienne a fait 1 330 morts palestiniens, dont plus de 430 enfants, et 5 450 blessés, selon les services médicaux palestiniens. Côté israélien, 10 militaires et 3 civils ont péri, selon les chiffres officiels. Un expert de l'ONU évoque des "crimes de guerre systématiques".
    10 février : courte victoire de Kadima aux élections législatives anticipées (28 sièges), devant le Likoud de Benyamin Netanyahu (27 sièges), le parti d'extrême droite laïc Israël Beiteinou (15 sièges) et le parti travailliste (13 sièges).
    15 septembre : Israël a fait un usage disproportionné de la force et violé le droit humanitaire international lors de son offensive dans la bande de Gaza l'hiver précédent, selon un rapport de l'ONU, dirigé par le juge sud-africain Richard Goldstone.
    9 décembre : après avoir décrété le 25 novembre un gel partiel de dix mois de la colonisation en Cisjordanie, le Premier ministre décide d'inclure des colonies parmi les zones d'investissements prioritaires.

    2010
    10 janvier : Tel Aviv décide de construire une barrière de sécurité sur sa frontière avec l'Egypte.
    9 mars : Israël annonce la construction de 1600 nouveaux logements à Jérusalem-est , en pleine visite du vice-président américain Joe Biden censée relancer le processus de paix.
    31 mai : neuf personnes sont tuées dans l'abordage d'une flottille internationale par un commando israélien. Cette dernière acheminait des militants pro-palestiniens et de l'aide humanitaire pour Gaza, sous blocus israélien.
    20 juin : sous pression internationale, Israël annonce l'assouplissement de l'embargo de Gaza, sur les biens "à usage civil". Les matériaux de construction, susceptibles d'utilisation à des "fins militaires", restent sous embargo.
    2 septembre : reprise des pourparlers de paix directs entre Israéliens et Palestiniens, interrompus depuis décembre 2008.
    10 octobre : Israël adopte un amendement controversé sur l'allégeance à l'Etat juif des candidats à la citoyenneté israélienne.
    30 décembre : l'ex-président Moshe Katzav est reconnu coupable de viol à l'issue d'un procès de plus de quatre ans. Il sera condamné à sept ans de prison ferme en mars 2011.

    2011
    Janvier : le ministre de la Défense, Ehud Barak, quitte le Parti travailliste, dont il dénonce le "glissement à gauche", pour créer une nouvelle formation politique.
    Juin : des incidents meurtriers sur le plateau du Golan font près de 20 morts et de nombreux blessés.
    Juillet-août : lancé en protestation contre la hausse des prix du logement, un mouvement social mobilisant surtout les classes moyennes agite le pays tout l'été.

    2012
    Janvier : l'ancien Premier ministre Ehud Olmert est inculpé de corruption dans le cadre d'un scandale immobilier lorsqu'il était maire de Jérusalem.
    Novembre : alors que les tirs de roquette en provenance de Gaza n'ont jamais cessé, l'armée israélienne lance l'opération "Pilier de défense" contre Gaza. En huit jours, du 14 au 21, 174 Palestiniens et 6 Israéliens sont tués, en majorité des civils dans les deux camps.
    Décembre : inculpé pour fraude, le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman, qui avait conclu deux mois plus tôt une alliance électorale avec le Premier ministre, démissionne.

    2013
    Janvier : la coalition de droite dirigée par Benyamin Netanyahu remporte les élections législatives anticipées.
    Mars : investiture du gouvernement après de laborieuses tractations.
    Juillet : Israël reprend, sous l'égide des États-Unis, des discussions directes avec les Palestiniens, gelées depuis trois ans.

    2014
    11 janvier : après 8 ans dans le coma, décès de l’ancien Premier ministre Ariel Sharon.
    10 juin : le Parlement élit Reuven Rivlin 10ème président d'Israël, pour succéder à Shimon Peres qui restera dans l'Histoire pour son rôle au service de la paix.
    12 juin : trois jeunes Israéliens, étudiants d'écoles religieuses, Eyal Yifrach, 19 ans, Naftali Frankel et Gilad Shaer, 16 ans tous les deux, sont enlevés près du Goush Etzion, un bloc de colonies en Cisjordanie occupée, situé entre les villes palestiniennes de Bethléem et Hébron. Israël lance une opération baptisée "Gardien de nos frères", d'abord
    concentrée sur le sud de la Cisjordanie, lieu de l'enlèvement, qui va gagner le nord du territoire. Tirs de roquettes et raids aériens se sont depuis succédé et quelque 640 Palestiniens, en majorité des membres du du mouvement islamiste Hamas, sont arrêtés dans les jours qui suivent.
    30 juin : les corps des trois adolescents disparus le 12 juin sont retrouvés par l'armée israélienne près de Hébron en Cisjordanie.
    2 juillet : un adolescent palestinien, Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, est enlevé
    dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est occupée et annexée. Son corps est
    retrouvé près d'une forêt dans la partie ouest de la ville. Les Palestiniens accusent des juifs extrémistes de l'avoir kidnappé et tué par vengeance après le rapt et le meurtre des trois Israéliens. De violents affrontements opposent des jeunes Palestiniens à des  policiers israéliens à Jérusalem-Est.
    4 juillet : funérailles de Mohammad Abou Khdeir à Jérusalem-Est, où des heurts opposent des centaines de jeunes Palestiniens aux policiers israéliens déployés en force.
    5 juillet : les émeutes gagnent des localités arabes du nord d'Israël, où des manifestants jettent des pierres contre la police et incendient des véhicules. 35 manifestants arrêtés, pour moitié des mineurs.
    8 juillet : Israël lance l’opération aérienne "Bordure protectrice" contre le Hamas à Gaza, ciblant notamment les maisons d'activistes du mouvement islamiste, afin de
    rétablir son pouvoir de dissuasion et stopper les tirs de roquettes contre Israël.
    21 juillet : l'armée bombarde sans cesse la bande de Gaza, au 14e jour d'une offensive d'envergure destinée à neutraliser le mouvement islamiste Hamas et qui a coûté la vie à plus de 570 Palestiniens, malgré la multiplication des efforts pour un cessez-le-feu. L'armée israélienne annonce la mort de sept soldats israéliens. Depuis le début de l'offensive, 25 soldats et deux civils israéliens ont été tués.
    26 août : Israël et les Palestiniens annoncent un accord pour un cessez-le-feu illimité au 50ème jour d'une guerre qui a fait plus de 2 100 morts palestiniens, 70 côté israélien, et dévasté la bande de Gaza.
    18 novembre : quatre Israéliens sont tués dans l'attaque d'une synagogue à Jérusalem par deux Palestiniens, ensuite abattus par la police.
    26 novembre : Israël devient le premier exportateur mondial d’avions sans pilote, devant les Etats-Unis.

    2015
    18 mars : Benjamin Netanyahu déjoue les pronostics en remportant les législatives : son parti de droite obtient 30 sièges sur les 120 que compte la Knesset.
    31 juillet : un enfant palestinien de 18 mois, Ali, est brûlé vif et ses parents blessés dans l’incendie de leur maison dans le village de Douma, en Cisjordanie. La police privilégie la piste des extrémistes juifs après avoir découvert le slogan « prix à payer » inscrit sur l’un des murs de la maison incendiée. Son père, Saad Dawabsha, décède le 7 août, suite à ses blessures. Le 9, plusieurs extrémistes juifs sont arrêtés dans les colonies de peuplement et deux Israéliens placés en détention préventive. La mère d'Ali, Riham Dawabsha, décède le 7 septembre, suite à ses blessures.
    1er août : des milliers d’Israéliens manifestent à Tel-Aviv et Jérusalem contre la provocation et la violence après une semaine marquée par des attaques commises par des extrémistes juifs contre des Palestiniens et des homosexuels.
    2 août : décès de l’adolescente poignardée par un extrémiste juif lors de la Gay Pride de Jérusalem le 30 juillet. Après les violences commises ces derniers jours, le gouvernement prend des mesures contre les extremistes juifs.
    10 août : l'église catholique porte plainte contre le rabbin extrémiste Bentzi Gopstein, chef du mouvement d'extrême droite Lehava qui dit lutter contre la perte de l'identité juive en particulier à travers le mariage entre juifs et arabes.
    24 août : le gouvernement libère 600 clandestins africains en détention, et 600 autres le 26, après que la Cour suprême ait ordonné à l’Etat de relâcher ceux qui ont passé plus d'un an en centre de rétention, jugeant la situation intenable.
    9 septembre : Israël ouvre une nouvelle ambassade au Caire, en Egypte, quatre ans jour pour jour après l'attaque de l'ancienne représentation diplomatique à la suite de la chute du président Hosni Moubarak.
    23 septembre : affrontements entre jeunes Palestiniens et soldats israéliens à Hébron, en Cisjordanie occupée, après les funérailles d'une Palestinienne de 18 ans tuée à un checkpoint israélien. Le lendemain, le cabinet de sécurité israélien décide de renforcer la répression contre les lanceurs de pierres, ces jeunes Palestiniens qui affrontent régulièrement les forces de l'ordre. La police pourra désormais faire usage plus facilement de leur arme.
    7 octobre : les violences se poursuivent à Jérusalem-Est, à Bethléem, à Kalandia, à Hebron et à Jaffa, faisant des dizaines de blessés, selon le Croissant-Rouge. Même si de part et d'autre, côté israélien et côté palestinien, on semble vouloir calmer le jeu avec, par exemple, la réouverture sans restrictions de l'esplanade des Mosquées, des incidents ont à nouveau été signalés.
    15 octobre : le gouvernement annonce qu'il ne rendra pas les corps des Palestiniens impliqués dans des attaques et ayant été tués sur place. Une mesure punitive qui avait déjà cours lors de la deuxième intifada entre 2000 et 2004. Les responsables politiques dénoncent la « déshumanisation » par Israël des Palestiniens.
    Le gouvernement annonce également que les permis pour obtenir des armes seraient facilités. Seuls les forces de sécurité et les colons qui habitent dans des zones considérées dangereuses pourront bénéficier de ces facilités. Mais avec la recrudescence des attaques au couteau, tout le monde se précipite dans les armureries, dans l'espoir de trouver un moyen de se défendre.
    17 octobre : le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence à New York après les violences qui ont fait près de 35 morts en Cisjordanie et à Jérusalem depuis le 1er octobre dernier. Il a évidemment appelé Palestiniens et Israéliens à la retenue et condamné l'attaque de vendredi 16 octobre contre le tombeau de Joseph, un site sacré juif de Naplouse. Les Palestiniens demandent une protection internationale pour les populations civiles des territoires occupés mais Israël rejette cette idée.
    18 octobre : alors que 4 Palestiniens sont tués la veille à Jérusalem-Est et en Cisjordanie après des attaques au couteau contre des Israéliens, le gouvernement de Benyamin Netanyahu adopte de nouvelles mesures de sécurité. Parmi celles-ci, le déploiement de 300 soldats à Jérusalem.
    Octobre : dans les territoires palestiniens et, en particulier, en Cisjordanie, l'occupation militaire israélienne complique les déplacements des Palestiniens. Pour y faire face, un jeune Palestinien a développé une application qu’il a baptisée «Azmeh».
    3 novembre : l'armée israélienne ferme une radio palestinienne à Hébron, en Cisjordanie occupée, l'accusant d'inciter à la violence, alors que les attaques au couteau et les manifestations se poursuivent dans cette ville. Le 21, l'armée israélienne perquisitionne et interdit une autre radio palestinienne, à Hébron, pour six mois. Un communiqué de l'armée affirme que la station de radio al-Khalil a diffusé à plusieurs reprises des propos incitant à la haine. Le 29, une 3ème radio palestinienne est fermée pour au moins six mois par les autorités israéliennes. Comme les deux précédentes, Radio Dream est basée à Hébron.
    11 novembre : la Commission européenne décide d'imposer l'étiquetage des produits issus des colonies israéliennes. En réaction, les autorités israéliennes, furieuses, ont convoqué le représentant de l'Union européenne en Israël. L'Etat hébreu s'inquiète des répercussions commerciales de cette décision, mais surtout de ses implications politiques. Le 29, Israël annonce suspendre ses contacts avec l'Union européenne sur le conflit israélo-palestinien, une réponse à l'étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans les territoires occupés décidé par Bruxelles.
    7 décembre : la députée palestinienne Khalida Jarrar, accusée d'incitation à la violence et au terrorisme, est condamnée à 15 mois de prison par un tribunal militaire israélien. Les Palestiniens, qui se sont beaucoup mobilisés pour cette personnalité connue, dénoncent un jugement purement politique.
    20 décembre : le ministre israélien de l'Intérieur, Silvan Shalom, est contraint de présenter sa démission du gouvernement après avoir été accusé par plusieurs femmes de harcèlement sexuel. Les scandales sexuels se multiplient en Israël. Un député a été contraint de démissionner et l'ancien président Moshe Katsav purge une peine de prison pour viols et harcèlement sexuel.
    29 décembre : l'ancien Premier ministre Ehud Olmert est condamné par la Cour suprême à 18 mois de prison ferme pour corruption. Ehud Olmert, 70 ans et Premier ministre de 2006 à 2009, doit se présenter devant l'administration pénitentiaire pour entamer sa peine le 15 février prochain.
    31 décembre : le gouvernement approuve un plan d'aide aux Arabes israéliens. Ces descendants de Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël en 1948, constituent un cinquième de la population et s'estiment discriminés.

    2016
    1er janvier : Israël restitue aux Palestiniens en Cisjordanie occupée les corps de 23 auteurs d'attentats. Ils ont été tués par les forces de l'ordre israéliennes lors des attaques commises au cours de ces derniers mois. Avec la restitution des dépouilles, le gouvernement israélien veut faire un geste pour apaiser les tensions qui ont fait 158 morts (dont 138 morts palestiniens) depuis octobre dernier.
    10 janvier : le chef du parti religieux ultra-orthodoxe, Arye Deri, 56 ans, est nommé ministre de l'Intérieur, poste qu'il avait dû abandonner pour purger une peine de prison pour corruption. Il avait en effet déjà occupé le poste de ministre de l'Intérieur de 1988 à 1993. Il a ensuite été condamné en 2000 à trois ans de prison pour avoir touché un pot-de-vin de 155 000 dollars, ainsi que pour fraude et abus de confiance. Sa peine avait été réduite pour « bonne conduite ».
    20 janvier : les autorités annoncent la plus grande confiscation de terres en Cisjordanie depuis l'été 2014. Près de 150 hectares de terrains seront déclarés «terrains d'Etat israélien», une mesure « inadmissible » selon les responsables palestiniens qui veulent saisir le Conseil de sécurité de l'ONU. Ces terres agricoles dans la vallée du Jourdain sont très convoitées par les colons israéliens.
    15 mars : le Parlement vote une loi durcissant les peines contre les personnes employant des travailleurs sans permis. Ce texte fait partie d'un ensemble de mesures prises par les autorités israéliennes pour tenter de juguler la vague de violences. L'idée est de limiter l'accès des Palestiniens à Israël pour empêcher de nouvelles attaques.
    16 mars : Israël confirme avoir pris possession de 234 hectares de terres dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, en territoire palestinien occupé.
    7 avril : Israël lance la construction du mur de séparation autour du monastère de Crémisan en Cisjordanie. Les premiers pans de murs allant jusqu'à 8 mètres de haut ont été posés au milieu de la vallée située à côté de la ville palestinienne de Bethléem. Des dizaines de manifestations avaient eu lieu ces dernières années, notamment avec le soutien de l'Eglise, contre la construction de ce mur qu'Israël présente comme un renforcement pour sa sécurité.
    12 avril : le scandale mondial «Panama Papers» n’épargne pas Israël. Des centaines d’entreprises et hommes d’affaires, dont des personnalités bien connues, ont eu recours aux services du cabinet panaméen Mossack Fonseca afin de dissimuler leurs activités.
    15 avril : un soldat israélien, qui a aussi la nationalité française, devrait être inculpé d'homicide, accusé d'avoir tiré une balle dans la tête d’un assaillant palestinien blessé à terre.
    24 avril : la plus jeune détenue palestinienne, Dima Al-Wawi, 12 ans, est libérée en Cisjordanie après près de deux mois et demi derrière les barreaux. Elle avait été arrêtée début février à proximité d'une colonie israélienne avec un couteau. L'affaire scandalise les organisations de défense des droits de l'homme, car selon la loi israélienne les enfants de moins de 14 ans ne peuvent pas être emprisonnés. La jeune fille a cependant bénéficié d'une remise de peine après avoir plaidé coupable.
    3 mai : Yossef Haim Ben David, principal accusé israélien, est condamné à la prison à vie dans le meurtre du jeune Palestinien Mohamed Abou Khdeir, brûlé vif en 2014. Ce crime avait contribué à l'escalade de la violence menant à la guerre de Gaza.
    11 mai : la parution d’un nouveau livre d’instruction civique pour les élèves crée la polémique. Selon ses détracteurs, ce livre intitulé Etre citoyen israélien met en avant les Juifs religieux et néglige les laïcs et les Arabes dans la société israélienne.
    20 mai : le ministre de la Défense Moshe Yaalon annonce sa démission. Le chef du parti Israël Beitenou, Avigdor Lieberman, connu pour ses prises de positions extrémistes, devient ministre de la Défense le 25. Le lendemain, le ministre de l'Environnement Avi Gabay démissionne pour protester contre son arrivée, dénonçant «l’extrémisme» du nouveau gouvernement.
    3 juin : la députée palestinienne Khalida Jarrar est libérée par Israël, emprisonnée pendant plus d'un an pour «incitation à la violence et au terrorisme». Membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), elle a toujours plaidé non coupable mais la justice militaire israélienne assure que son appartenance à ce parti, considéré comme une organisation terroriste par Israël, l'avait condamnée à une peine de 15 mois de prison.

    Service de la Documentation RFI, juin 2016

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.