GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Ouganda

    media

    Situation géographique
    Dotée d’une superficie de 241 038 km², la République d’Ouganda est un État d’Afrique de l’Est. Entouré par la République démocratique du Congo, le Kenya, le Rwanda, le Soudan et la Tanzanie, l’Ouganda fait partie de l'Afrique des Grands Lacs.

    Capitale : Kampala (1 876 485 hab. en 2009)

    Régime politique : République

    Démographie
    Population : 34 millions d'habitants
    Densité : 143,17 hab./km²
    Indice de fécondité : 6,4
    Croissance démographique : 3,57 %
    Espérance de vie : Femmes : 55 ans - Hommes : 53 ans

    Société
    Ethnies : Bagandas, Karamajongs, Basogos, Itesots, Banyankoles
    Langues : anglais (officielle), swahili, luganda
    Religions : catholiques 47 %, protestants 35 %, musulmans 7 %
    Alphabétisation : 73 %
    Développement humain : 161e / 186 pays (PNUD 2013)

    Economie
    Monnaie : shilling ougandais
    Croissance : 8 % (2012)
    Inflation : 18,7 %
    PIB par habitant : 487 $
    Dette publique : 32 % du PIB

    Chronologie
    9 octobre 1962 : proclamation de l'indépendance des quatre royaumes, sous protectorat britannique, au sein d'une fédération dirigée par le roi Mutesa II.
    1963 : en septembre, l'Ouganda devient une «République». En octobre, victoire d'Edward Mutesa à l'élection présidentielle.
    1966 : coup d'État du Premier ministre Milton Obote avec le soutien de son chef d’état-major, le général Idi Amin Dada. Exil du président Edward Mutesa à Londres (Grande-Bretagne).
    1967 : adoption d'une nouvelle Constitution abolissant les royaumes et instituant un régime présidentiel à parti unique.
    1971 : coup d'État du général Idi Amin Dada. Exil du président Milton Obote en Tanzanie. Début de la guerre civile qui se termine en 1986 (entre 400 000 et 800 000 morts).
    1976 : en juin, le maréchal Idi Amin Dada se proclame président à vie. En juillet, des commandos israéliens libèrent les otages du vol 139 d'Air France détourné sur l'aéroport d'Entebbe.
    1978-1979 : guerre contre la Tanzanie. Prise de la capitale ougandaise, Kampala, par l’armée tanzanienne. Exil du maréchal Idi Amin Dada en Libye, puis en Arabie saoudite.
    1980 : victoire de Milton Obote à l'élection présidentielle.
    1981 : Yoweri Museveni fonde l'Armée de résistance nationale (NRA) et entre en guérilla contre le gouvernement.
    1985 : coup d'Etat du général Bazilio Olara-Okello. Exil du président Milton Obote en Tanzanie.
    1986 : la NRA s'empare de la capitale, Kampala. Son leader, Yoweri Museveni, devient président. En 1996, il remporte l'élection présidentielle. Il est réélu en 2001, 2006 et 2011.
    1987 : début de la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony dans le nord du pays.
    1998 : début de l’intervention des troupes ougandaises en République démocratique du Congo (RDC) au cours de la Deuxième guerre du Congo (1998-2003).
    2005 : en juillet, adoption par référendum du multipartisme. En août, modification de la Constitution supprimant la limitation du mandat présidentiel. En octobre, émission de mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre cinq chefs de la LRA, dont Joseph Kony.
    2006 : signature à Juba (Sud-Soudan) d'un accord de cessez-le-feu entre la LRA et le gouvernement qui met fin à la guerre civile sévissant dans le nord du pays depuis 1987 (22 millions de déplacés, 200 000 morts).
    2009 : en mars, retrait des troupes ougandaises de la RDC après l’échec de l’opération multinationale menée avec l'armée congolaise contre la rébellion de la LRA. En septembre, manifestations à Kampala des partisans du roi du Buganda, le kabaka Ronald Mutebi II, réprimées avec violence.
    2010 : en mars, manifestations à Kampala contre le président Museveni réprimées par l’armée. En juillet, attentats à Kampala, revendiqués par les islamistes somaliens shebab.
    2011 : en février, contestation par l'opposition de l’élection du président Museveni le 18 février pour un 4ème mandat. En avril, arrestations de manifestants à Kampala dont Kizza Besigye, leader de l’opposition, qui est emprisonné. Le 11 juillet, ouverture du premier procès pour crimes de guerre avec la comparution de Thomas Kwoyelo, ancien commandant de la LRA. Le 22 novembre, l'Union africaine déclare la LRA "groupe terroriste".

    2013 : le Parlement adopte en décembre, à une écrasante majorité, une loi qui rend l'homosexualité passible de la prison à vie.

    2014
    24 février : le président Yoweri Museveni promulgue la loi qui durcit la répression de l'homosexualité. Dès le lendemain, plusieurs pays - dont les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et la Norvège - annoncent le gel d'une partie de leur aide bilatérale. Cette loi sera annulée par la Cour constitutionnelle le 1er août.
    11 juin : l'Ouganda prend pour un an la présidence de l'Assemblée générale des Nations unies.
    19 juin : les Etats-Unis annoncent une série de sanctions contre l'Ouganda, pays qui est pourtant un de leurs alliés-clés en Afrique de l'Est, en réaction à la loi réprimant l'homosexualité.
    5-6 juillet : une centaine de personnes est tuée à la suite d'un conflit tribal, dans les combats qui opposent troupes ougandaises et hommes armés dans l'ouest du pays.
    1er août : la loi antihomosexualité est annulée par la Cour constitutionnelle pour des raisons techniques, le quorum n'étant pas atteint lors de son adoption au Parlement.
    19 septembre : le président Yoweri Museveni limoge son Premier ministre Amama Mbabazi, vu comme un rival potentiel à la présidentielle de 2016, et le remplace par son ministre de la Santé, Ruhakana Rugunda.
    8 octobre : le président Yoweri Museveni conseille à ses concitoyens de cesser, à son exemple, de se serrer la main pour éviter la contamination par le virus de Marburg, signalé en Ouganda et de la même famille que celui d'Ebola.

    2015
    30 mars : Joan Kagezi, procureure chargée du procès des attentats qui ont fait 79 morts pendant la finale de la Coupe du monde de football en juillet 2010 à Kampala, est abattue par des hommes armés circulant à moto.

    2016
    21 janvier : la Cour pénale international de La Haye, aux Pays-Bas, confirme le procès contre Dominic Ongwen, l'ancien chef de la rébellion de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) qui a terrorisé pendant près de vingt ans l'Ouganda. Il est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. 70 chefs d'inculpation pèsent sur lui.
    18 février : élection présidentielle. Deux jours plus tard, le président Yoweri Museveni est donné vainqueur pour un 5ème mandat de 5 ans mais de nombreuses voix se lèvent pour critiquer le scrutin. Des observateurs ont relevé des irrégularités, bulletins pré-cochés, problèmes de registres, non-acheminement du matériel électoral dans les temps… Début mars, les résultats sont contestés officiellement : l'opposition dépose un dossier en justice et demande un audit indépendant. Investiture le 12 mai.
    10 mars : des élections générales avivent des tensions locales déjà présentent notamment dans l’ouest du pays, où 7 personnes ont été tuées en deux jours.
    23 mars : l’opposant Kizza Besigye, candidat à la présidentielle, assigné à résidence depuis plus d’un moins maintenant, dénonce dans une vidéo le scrutin de février.
    9 avril : Yoweri Museveni et son parti le Mouvement national de résistance (NRM) peuvent enfin fêter leur victoire à la présidentielle.
    5 mai : le gouvernement interdit les manifestations visant à protester contre la réélection du président Yoweri Museveni et la couverture en direct de la «campagne de défiance» lancée par l’opposition.
    12 mai : lors de son investiture, Yoweri Museveni critique violemment la CPI et les Occidentaux, qu'il qualifie de «bande d'inutiles» et de «pays fiers et arrogants». La délégation américaine quitte la cérémonie d'investiture.
    13 mai : le principal opposant Kizza Besigye, candidat à la présidentielle, est inculpé de trahison.
    11 juin : une trentaine de personnes militaires et civils arrêtées ces derniers jours. De nouvelles interpellations qui viennent confirmer la tension sensible dans le pays depuis les élections. Réélu lors d’un scrutin critiqué par les observateurs en février dernier, Yoweri Museveni semble vouloir assurer ses positions.
    6 août : la Gay Pride doit être annulée, suite à une descente de police le 4 dans un bar où se déroulait un concours de beauté transsexuelle. Le lendemain, lors d'une réunion avec les organisateurs, le ministre d’Etat chargé de l’Ethique avait menacé de mobiliser non seulement la police, mais aussi le public.
    18 août : alors que les affaires judiciaires en cours sont nombreuses (procès Kwoyelo, procès contre Besigye, affaire Kayhura…), un rapport réalisé par le Centre for Public Interest Law, une organisation à but non lucratif, est rendu officiellement public : il souligne de manière critique le déclin général de l’Etat de droit en Ouganda. Des raisons majeures sont mises en exergue : les contraintes financières et matérielles, le pouvoir judiciaire qui n’obtient que très rarement plus d’1% de l’enveloppe budgétaire nationale, ainsi que la corruption.
    13 septembre : un projet de loi qui concerne la suppression de la limite d'âge pour les juges et les commissaires de la Commission électorale crée des tensions. Des manifestants soupçonnent la volonté de supprimer la limite d'âge des candidats à l'élection présidentielle.
    1er novembre : des violences éclatent sur le campus de l’université de Makerere, après une semaine de grève des professeurs à cause du non-paiement de leurs indemnités depuis 8 mois. Des centaines d’étudiants manifestent leur mécontentement (pneus brûlés, dégradations diverses) et font ace aux forces de l’ordre qui ont usé de tir de gaz lacrymogène, des canons à eau etc. Après cette poussée de tension, le président ougandais annonce sa décision de fermer l’université pour une durée indéterminée. Les étudiants vivants sur le campus doivent partir rapidement, dans la précipitation et sous haute surveillance.
    4 novembre : la justice décide la fermeture immédiate des écoles de Bridge international academies, des écoles grand public où les frais de scolarité sont réduits, financées notamment par le milliardaire Bill Gates et Mark Zuckerberg. Bridge international academies en Ouganda, c'est 63 écoles et 12 000 enfants.
    11 novembre : avec la reprise de la crise au Soudan du Sud, le nombre de réfugiés en Ouganda explose. Les populations civiles fuient les combats entre les forces loyalistes de Kiir et les hommes de Machar, ainsi que ce que qui ressemble de plus en plus, selon l’envoyé spécial de l’ONU, à des meurtres ciblés. Plus de 230 000 arrivants en trois mois. Devant cet afflux de réfugiés incessant - 22 000 la première semaine de novembre - un camp est en cours de construction : Bidi Bidi. Il a accueilli les premiers arrivant début août et accueille déjà plus de 210 000 personnes. C’est déjà l’un des plus grands camps au monde.
    27 novembre : le roi du Rwenzururu, Charles Mumbere, est arrêté et va être transféré dans la capitale, Kampala, inculpé pour «incitation à la violence». Cette arrestation fait suite à une nouvelle vague de violence qui a éclaté, cette semaine, dans la région du Rwenzori qui borde la frontière congolaise. Lors de ces affrontements contre les forces de sécurité ougandaises, le point culminant de ces attaques a sans doute été la journée du 26 où 55 personnes ont été tuées. Les tensions dans la région ont ressurgi avec les élections générales qui se sont tenues en février. Le roi du Rwenzururu sera inculpé le 29.
    6 décembre : 11 ans après l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, procès de Dominic Ongwen devant la Cour pénale internationale. Enlevé à l’âge de 14 ans par les hommes de Joseph Kony, dans le nord de l’Ouganda, l’enfant soldat était devenu l’un des commandants redoutés de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), mais doit désormais répondre de crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

    2017
    14 mars : premier procès d'un ancien commandant de la LRA, Thomas Kwoyelo, un des commandants du mouvement rebelle.
    17 mars : assassinat de Felix Kaweesi, l'inspecteur adjoint et porte-parole de la police, un des policiers les plus importants d'Ouganda, tué à quelques mètres de chez lui alors qu'il se mettait en route pour son travail.
    7 avril : l'universitaire et militante Stella Nyanzi est arrêtée à Kampala, accusée d'outrage à la personne du président et à la première dame, appel au public pour collecter des fonds pour des serviettes hygiéniques sans autorisation. Ceci fait suite à des attaques répétées contre la première dame qui est aussi ministre de l'Education, et qui n'a pas respecté une promesse de campagne de son mari : fournir des protections hygiéniques aux jeunes filles dans les écoles. Elle sera libérée sous caution le 10 mai.
    19 avril : l'Ouganda met un point final à sa lutte contre la sanguinaire rébellion de la LRA, annonçant le début du retrait de ses troupes basées en Centrafrique depuis 2009. Pour le porte-parole de l'armée ougandaise, la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur a été suffisamment affaiblie pour autoriser ce départ, même si le chef de cette rébellion Joseph Kony court toujours.
    30 mai : arrestation de quatre policiers accusés d'actes de tortures sur le maire de la ville de Kamwenge, Geoffrey Byamukama, dont des photos de lui à l'hôpital ont été publiées dans la presse montrant d'horribles plaies béantes aux genoux et aux chevilles. Les cas de tortures continuent de défrayer la chronique.
    4 septembre : le président Museveni fait un tour des radios locales pour tenter de convaincre le pays du bienfait de l’amendement de la Constitution concernant le foncier. Le gouvernement tente de modifier la Constitution afin d’accélérer les procédures d’achats de terres nécessaires pour sa politique de grands travaux. Mais des violences dans certaines régions ont déjà éclaté car des procédures d’expulsion ont déjà eu lieu.
    27 septembre : une séance autour de la limite d'âge du président tourne au pugilat. Il est question notamment de supprimer la limite d'âge de 75 ans pour une candidature à la présidence de la République. Si cette limite est supprimée, le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, pourrait se représenter en 2021.
    18 octobre : l’opposant historique Kizza Besigye est arrêté ainsi que deux autres membres de son parti, le FDC, accusés de tentative de meurtre, suite à des manifestations violentes dans l’arrière-pays avec la mort d’un jeune homme. Au cœur des polémiques, la modification de la Constitution.
    23 novembre : trois personnes sont inculpées de terrorisme dans le cadre du procès concernant le meurtre de l'inspecteur général de police Félix Kaweesi, l'ancien numéro deux de la police, en mars dernier. Ces trois hommes (sur les 22 personnes poursuivies dans cette affaire) sont soupçonnés d'avoir appartenu à la rébellion ADF.
    20 décembre : après trois journées de débats agités, les députés adoptent la suppression de la limite d'âge des candidats à la présidence par 315 voix contre 62.

    2018
    10 février : la responsable de l’ONU en Ouganda, Rosa Malongo, tire la sonnette d’alarme : détournements de fonds, trafic de jeunes femmes réfugiées, le nombre de réfugiés dans le pays serait largement surévalué. Différentes organisations lancent des processus d’enquête et d’audit, notamment le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Union européenne.
    5 avril : la Croix Rouge annonce que plus de 40 réfugiés congolais, qui ont fui les violences intercommunautaires en RD Congo, sont morts des suites du choléra ces dernières semaines.

    Service de la Documentation RFI, avril 2018

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.