GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Soudan

    media

    Latifa Mouaoued/RFI

    Situation géographique
    Pays d’Afrique orientale de 1 886 068 km², le Soudan est frontalier de l’Erythrée et de l’Ethiopie à l’est, du Sud Soudan, de la Centrafrique et du Tchad à l’ouest, de la Libye et de l’Egypte au nord. L’agriculture est la principale ressource du pays.

    Capitale : Khartoum (2,6 millions d’habitants)

    Régime politique : République fédérale

    Démographie
    Population totale : 37,1 millions d’habitants
    Densité : 19,98 hab./km²
    Indice de fécondité : 4,5
    Croissance démographique : 2 %
    Espérance de vie : Femmes : 63,7 ans - Hommes : 60,1 ans

    Société
    Ethnies : Arabes, Nubiens, Bejas, Dinkas, Nuers, Chillouks
    Langues : arabe (officielle), anglais, dinka, nuer, chillouk
    Religions : musulmans sunnites (73 %), chrétiens (9 %), animistes (17 %)
    Alphabétisation :  71,94 %
    Développement humain : 166e / 187 pays (PNUD 2014)

    Economie
    Monnaie : livre soudanaise
    Croissance : -6 % (2013)
    Inflation : 49 %
    PIB par habitant : 1 580 $
    Dette publique :  94 % du PIB

    Chronologie
    1er janvier 1956 : indépendance de la République du Soudan, condominium anglo-égyptien.
    1958 : un coup d’Etat renverse Abdullah Khalil au profit d’Ibrahim Daoud.
    1964 : renversement du régime Daoud. Mise en place d’un régime parlementaire.
    1969 : coup d’Etat dirigé par le colonel Gaafar al-Nimeyri. Il restera au pouvoir jusqu’en 1985.
    1972 : accord d’Addis-Abeba qui met fin à 17 ans de guerre civile et octroie au sud un statut d’autonomie.
    1983 : début de la guerre de rébellion menée par l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), mouvement fondé par John Garang après la suppression de l’autonomie du Sud.
    1985 : coup d’Etat qui destitue Nimeyri.
    1986 : Sadek al-Mahdi devient Premier ministre à l’issue d’élections démocratiques. Gel de la charia.
    1989 : coup d’Etat qui porte Omar el-Béchir au pouvoir. Restauration de la charia dans le nord.
    1999 : dissolution du Parlement. Son président, Hassan al-Tourabi, est écarté. Il sera arrêté en 2001.
    2003 : rébellion dans le Darfour menée par Mouvement de libération du Soudan (MLS). L’armée soudanaise mène une répression appuyée par des milices arabes pro-gouvernementales, les Janjawids, responsables d’exactions et de massacres contre les populations civiles.
    2005 : accord de paix entre le gouvernement et le SPLA, mettant fin au conflit au Sud-Soudan. Formation d’un gouvernement d’union nationale avec les ex-rebelles.
    2006 : accord de paix entre le gouvernement et les rebelles du Front de l’est.
    2007 : la Cour pénale internationale (CPI) inculpe deux responsables soudanais pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre au Darfour, et lance deux mandats d’arrêt.
    2008 : l’opération des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD) devient effective.
    2009 : accord de paix entre le gouvernement et le Mouvement pour la justice et l’égalité, mouvement rebelle du Darfour. Le 4 mars, la CPI lance un mandat d’arrêt contre le président Omar el-Béchir pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre au Darfour.
    2010 : réélection d'Omar el-Béchir.
    2011 : le 9 janvier, référendum d'autodétermination du Soudan du Sud, plébiscité par 98,83 % des électeurs. L'indépendance est célébrée le 9 juillet 2011. Salva Kiir devient le premier président élu du Soudan du Sud. Le 24 juillet, une nouvelle monnaie est lancée, "la troisième livre soudanaise".
    2012 : le 10 février, signature d'un pacte de non-agression avec le Soudan du Sud. Le 1er mars, la CPI émet un mandat d'arrêt contre le ministre de la Défense, Abd el-Rahim Muhammad Hussein pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis au Darfour en 2003 et 2004. Le 13 mars, les deux Soudan signent deux accords portant sur la citoyenneté et les frontières. Après un mois d'avril où les attaques et les bombardements font rage entre les deux pays, le 28 le président Omar el-Béchir décrète l'état d'urgence dans trois Etats frontaliers avec le Soudan du Sud (le Sud-Kordofan, le Nil Blanc et le Sennar). C'est le 27 septembre que les deux pays signent un accord partiel portant sur la création d'une zone démilitarisée et sur le partage de la manne pétrolière.

    2013 : Le 12 mars, signature d'un nouvel accord sur le partage de la manne pétrolière entre les deux Soudan.

    2014
    15 mai : une jeune femme chrétienne est condamnée à la peine de mort par pendaison pour apostasie, provoquant la colère des Etats-Unis et du Royaume-Uni.
    17 mai : arrestation du leader d'opposition et ancien Premier ministre, Sadek al-Mahdi, pour avoir accusé une force paramilitaire d'exactions. Il risque la peine de mort. Les journalistes sont interdits d'enquêter et de publier des informations sur l'affaire.
    10 juin : les présidents de la Commission, du Conseil et du Parlement européen ainsi que les représentants des principales communautés religieuses en Europe lancent un appel pour la libération de Meriam Yahia Ibrahim Ishag, Soudanaise chrétienne de 27 ans condamnée à mort pour apostasie. Elle est libérée le 23 après l'annulation de sa condamnation à mort mais à nouveau arrêtée le lendemain à l'aéroport, accusée d'usage de faux. Elle trouve refuge le 29 juin à l'ambassade des Etats-Unis et sera accueillie le 24 juillet en Italie par le pape François. Le 31 juillet, elle est accueillie aux Etats-Unis.
    5 juillet : au moins 18 personnes sont mortes dans des combats entre tribus au Darfour.
    3 octobre : un tribunal d'Oumdourman, ville jumelle de Khartoum, annule l'union d'une fillette mariée à l'âge de cinq ans avec un homme de 43 ans, invoquant "la loi sur le statut personnel qui interdit le mariage des filles avant l'âge de 10 ans".
    21 octobre : le président Omar el-Béchir est réélu chef du Parti du Congrès national et sera donc candidat à sa réélection en 2015.
    12 novembre : le gouvernement et les rebelles du Kordofan du Sud et du Nil bleu lancent de nouvelles négociations pour mettre fin à plus de trois ans de guerre.

    2015
    27 avril : le président sortant Omar el-Béchir est réélu avec 94,5 % des suffrages, après les élections présidentielle, parlementaires et régionales qui se sont déroulées du 13 au 16 avril, marquées par une faible participation et un boycott de l'opposition. Investiture le 2 juin.

    2016
    4 janvier : le gouvernement annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran, alors que les tensions entre pays chiites et sunnites ne cessent de monter depuis l'exécution par l'Arabie saoudite d'un important chef religieux chiite, le cheikh Nimr Baqer al-Nimr.
    24 février : l'Afrique du Sud annonce le retrait de ses troupes du Darfour à compter du 1er avril. L'armée sud-africaine est engagée depuis 2008 dans les opérations de maintien de la paix conjointe de l'ONU et de l'UA dans la région.
    11-13 avril : les habitants du Darfour sont invités à se prononcer sur le statut administratif de la région lors d'un référendum. Selon les résultats publiés le 23, ils ont choisi de ne rien changer. Mais la légitimité des résultats, comme celle de la consultation, reste controversée.
    22 mai : l'ONU annonce que le chef du bureau de Coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) à Khartoum, Ivo Freijsen, est de facto expulsé par les autorités soudanaises puisque ces dernières ont refusé de renouveler son permis de séjour.
    9 août : l'Appel du Soudan, une coalition de groupes rebelles, de partis d'opposition et d'organisations de la société civile, signe une feuille de route avec le gouvernement de Omar el-Béchir. L'objectif est de mettre fin aux conflits qui durent depuis au moins cinq ans dans les régions du Darfour, du Nil-Bleu et du Kordofan Sud.
    7 septembre : le président Omar el-Béchir annonce que la paix est revenue au Darfour, à l'occasion d'une rencontre à el-Facher, la capitale de l'Etat du Darfour-Nord, avec ses homologues du Tchad, Idriss Deby, et du Qatar, l'émir Tamim Ben Hamad al-Thani. Amnesty international publie le 29 un rapport sur l'utilisation par Khartoum d'armes chimiques dans la région du Jebel Marra, dans l'ouest du Darfour.

    2017
    13 janvier : le président américain Barack Obama annonce la levée partielle des sanctions économiques contre le Soudan.
    26 janvier : l’opposant historique Sadek al-Mahdi de retour après trois ans d'exil.
    28 janvier : le Soudan fait partie des sept pays majoritairement musulmans dont les ressortissants sont interdits d'entrée aux Etats-Unis, selon décret du nouveau président américain Donald Trump.
    22 février : durant sa visite aux Emirats Arabes Unis, le président soudanais accuse l'Egypte de livrer des armes au Soudan du Sud.
    2 mars : le président Omar el-Béchir nomme son propre Premier vice-président Bakri Hassan Saleh Premier ministre, poste qu'il avait lui-même supprimé lors du coup d'Etat contre Jaafar Numeïri et qui l'avait porté au pouvoir en 1989.

    Documentation RFI, mars 2017

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.