GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Zambie

    media

    Situation géographique

    Dotée d’une superficie de 752 618 km², la République de Zambie est un pays à la charnière entre l’Afrique centrale, l'Afrique australe et l’Afrique de l’est. La Zambie partage ses frontières avec sept pays : l'Angola, la République démocratique du Congo, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, la Tanzanie et le Zimbabwe.

    Capitale : Lusaka (1,5 million d'habitants)

    Régime politique : République

    Démographie
    Population : 14 075 000 habitants
    Densité : 18,7 hab./km²
    Indice de fécondité : 5,7
    Croissance démographique : 2,89 %
    Espérance de vie : Femmes : 58,7 ans - Hommes : 55,4 ans

    Société
    Ethnies : Tongas, Lozis, Nyanjas, Bembas
    Langues : anglais (officielle), bemba, nyanja, tonga, lozi, kilunda, luvale
    Religions : chrétiens (72 %), musulmans, animistes
    Alphabétisation : 61,43 %
    Développement humain : 141e / 187 pays (PNUD 2014)

    Economie
    Monnaie : kwacha zambien
    Croissance : 6,5 %
    Inflation : 6,98 %
    PIB par habitant : 1 469 $
    Dette publique : 35,1 % du PIB

    Chronologie
    24 octobre 1964 : proclamation de l'indépendance de l'État souverain de Zambie, ancien protectorat britannique de Rhodésie du Nord. Kenneth Kaunda devient président, il est réélu successivement jusqu’à sa défaite électorale de 1991.
    1968 : introduction d'une nouvelle monnaie, le Kwacha.
    1972 : instauration du parti unique, l'United National Independence Party (UNIP).
    1973-1975 : nationalisation des mines de cuivre, des terres, des dispensaires, des journaux et des cinémas.
    1980 : tentative de coup d’État d'anciens amis ou partisans de Kenneth Kaunda.
    1981-1987 : série de grèves et d’émeutes de la faim dans la province de Copperbelt.
    1989 : échec du programme économique qui rompait, deux ans plus tôt, avec les recommandations du FMI.
    1990 : en juin, tentative de coup d’État du lieutenant-colonel Luchembe. En décembre, loi instituant le multipartisme, votée à l'unanimité par les députés.
    1991 : en octobre, victoire à l'élection présidentielle de Frederick Chiluba, réélu en 1996. En novembre, levée de l'état d'urgence en vigueur depuis 27 ans.
    1994 : démission de plusieurs ministres impliqués dans des affaires de corruption.
    1997 : tentative de coup d’État du capitaine Solo. La Cour suprême confirmera, en 2003, les 44 peines de mort pour les 54 militaires conjurés.
    2001 : victoire à l'élection présidentielle de Levy Mwanawasa, réélu en 2006.
    2003 : arrestation et procès pour détournement de fonds publics et corruption de l'ex-président Frederik Chiluba, acquitté en 2009.
    2004 : manifestations de l'opposition réclamant l'adoption d'une nouvelle constitution.
    2005 : allègement par le FMI de 3,9 milliards de dollars de la dette.
    2006 : découverte d'uranium, de pétrole et de gaz.
    2007 : la justice britannique poursuit Frederik Chiluba et ses associés pour détournement de fonds. Il sera acquitté par un tribunal zambien en 2010.
    2008 : en août, décès du président Levy Mwanawasa à Paris (France). En octobre, victoire de Rupiah Banda à l'élection présidentielle anticipée.
    2009 : le FMI accorde à la Zambie un prêt de 256 millions de dollars pour lutter contre la crise économique.
    2011 : en janvier, manifestations réclamant l’indépendance de la province occidentale du Barotseland, ancien protectorat britannique. En avril, accord de coopération militaire avec la Chine. Le 20 septembre, élection présidentielle remportée par Michael Sata.
    2013 : le 26 mars, ouverture du procès de l'ancien président Rupiah Banda, accusé d'abus de pouvoir dans une affaire de corruption. Le 2 octobre, procès de 70 séparatistes au tribunal de Mongo, partisans d’une sécession du Barotseland (ouest) accusés de haute trahison et qui encourent la peine de mort.

    2014
    7 janvier : Frank Bwalya, de l'opposition zambienne, est arrêté pour avoir comparé le président Michael Sata à une patate douce lors d'une émission de radio. Il risque cinq ans de prison.
    14 février : le fils de l'ancien président, Andrew Banda, est condamné à deux ans de prison pour corruption. Il fait appel.
    21 mars : le gouvernement lève l'interdiction pesant sur les transactions en monnaies étrangères dont le dollar, en révoquant une loi de 2012, pour tenter d'enrayer la chute de la monnaie nationale, pénalisée par des cours du cuivre en baisse.
    9 août : le gouvernement interdit l'entrée sur son territoire aux ressortissants de pays frappés par l'épidémie de fièvre Ebola.
    27 août : la Zambie met fin à près de deux ans d'interdiction des safaris de chasse, sauf pour les lions et les léopards, le manque à gagner s'avérant trop important pour les caisses de l'Etat.
    10 octobre : l'ancien chef de l'armée de l'air, Andrew Sakala, est condamné à cinq ans d'emprisonnement et de travaux forcés pour corruption.
    28 octobre : décès du président Michael Sata à 77 ans à Londres, les obsèques auront lieu le 11 novembre. L'intérim est assuré par le vice-président Guy Scott, jusqu'aux élections anticipées du 20 janvier.
    21 novembre : le Front patriotique (PF), le parti au pouvoir en Zambie, suspend le président par intérim Guy Scott pour "comportement contraire aux statuts", signe d'une intensification de la guerre interne avant les élections du 20 janvier.

    2015
    20 janvier
    : Edgar Lungu, candidat du parti au pouvoir, le Front patriotique (PF), remporte l'élection présidentielle avec 48,3 % des voix. Son adversaire, Hakainde Hichilema, candidat du Parti de l'unité pour le développement national (UNPD), obtient 46,67 % des suffrages.
    20 mai : le gouvernement autorise la chasse aux lions et aux léopards, interdite depuis janvier 2013 après un scandale de corruption à la tête de l'organisme public chargé de la protection de la nature et des permis de chasse.
    18 octobre : le président Edgar Lungu s'en remet à Dieu pour "soigner" son pays, lors d'une journée nationale de prière, destinée à invoquer l'intervention divine pour résoudre la chute vertigineuse de la monnaie nationale.

    2016
    5 janvier : le président Edgar Lungu signe un amendement à la Constitution, qui prévoit les prochaines élections présidentielles et législatives le 11 août 2016.
    19 avril : poursuite des violences xénophobes pour la deuxième journée d'affilée. Des centaines de personnes s'en prennent aux échoppes et aux domiciles de ressortissants étrangers, notamment des Rwandais, des Burundais et des Congolais, à Lusaka, accusés de la mort récente de 7 personnes. Plus de 200 personnes sont interpellées et, selon la police, deux personnes ont été brûlées vives.
    20 juillet : le climat politique se détériore à l'approche de l’élection présidentielle qui opposera le président actuel Edgar Lungu à huit autres candidats le 11 août. Parmi eux, Hakainde Hichilema fait figure de favori. Son parti, l'UPND, dénonce la pression mise par le pouvoir en place.
    11 août : le président Edgar Lungu est réélu au 1er tour de l’élection présidentielle, avec 50,3 % des suffrages et 100 000 voix d’avance sur l’opposant Hakainde Hichilema, dirigeant du Parti uni pour le développement national (UPND). L'opposition conteste les résultats et dépose un recours, la prestation de serment prévu le 23 août est repoussée.
    5 septembre : la Cour constitutionnelle valide définitivement la victoire d'Edgar Lungu lors de la présidentielle. Finalement, le recours pour fraude de son rival malheureux, l'opposant Hakainde Hichilema, n'aura même pas été examiné. Investiture le 13 septembre.

    2017
    27 mars : le gouvernement lance une consultation publique sur l'adhésion du pays à la Cour pénale internationale.
    11 avril : Hakainde Hichilema, le chef de l’opposition, est arrêté par la police et inculpé de «trahison» pour avoir perturbé dimanche le convoi du président Edgar Lungu. Il sera transféré le 9 juin de la prison de Lusaka à une unité de haute sécurité.
    14 juin : 48 députés sont interdits d’hémicycle et leur salaire est suspendu pour un mois. Il leur est reproché d’avoir boycotté un discours présidentiel, en mars dernier, pour contester la légitimité de l'élection du chef de l'Etat en août 2016.
    5 juillet : le président Edgar Lungu demande au Parlement d'instaurer l'état d'urgence suite à plusieurs incendies ces dernières semaines. Des marchés, des bâtiments publics, mais aussi des entreprises ont été touchés par le feu ou des actes de vandalisme.
    4 août : nouvelle arrestation d’un leader de l’opposition : Saviour Chishimba est interpellé à la sortie d’une chaîne de télévision de Lusaka. L’opposant, qui était l’invité d’une émission, est connu pour être très critique envers le président Edgar Lungu.
    14 août : 1ère audience du chef de l'opposition UPND Hakainde Hichilema,  poursuivi pour «trahison», accusé d'avoir entravé le passage du convoi présidentiel. Il sera libéré deux jours plus tard, ainsi que cinq de ses co-accusés.
    29 décembre : l’armée se mobilise pour faire face à l’épidémie de choléra, le virus ayant fait 41 morts à Lusaka au cours des trois derniers mois. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de victimes dépasse aujourd'hui les 1 500.

    2018
    3 janvier : le ministre des Affaires étrangères Harry Kalaba présente sa démission, dénonçant dans une déclaration la corruption qui persiste chez les ministres.
    12 janvier : à Kanyama, un quartier de Lusaka considéré comme l'épicentre de l'épidémie de choléra qui touche le pays depuis octobre, la police procède à l'arrestation de 55 commerçants qui s'élevaient contre le couvre-feu et l'interdiction de la vente de nourriture dans les rues, instaurés par le gouvernement pour éviter la propagation de la maladie. Une interdiction qui plonge les habitants dans de graves difficultés économiques.
    25 juin : ouverture du procès du chanteur Pilato, sur des faits qui remontent à l'an dernier : il lui est reproché d’avoir refusé d’obtempérer lorsque des policiers lui ont ordonné de quitter les abords du Parlement, où il manifestait avec cinq autres personnes. Pilato, de son vrai nom Chama Fumba, a plaidé non coupable.

    Service de la Documentation RFI, juin 2018

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.