GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Une piste pour traiter l’hépatite E …

    media

    Des chercheurs français (Inserm, CNRS, hôpital Cochin) ont pu montrer l’efficacité de la Ribavirine, un médicament utilisé dans le traitement de l’hépatite C, chez deux personnes souffrant d’une infection chronique de l‘hépatite E. Première cause d’hépatite aigue dans le monde, principalement dans les pays en voie de développement, Asie et Afrique, l’hépatite E est aujourd’hui une maladie émergente dans les pays industrialisés.
     

    Vincent Mallet médecin hépatologue à l’hôpital Cochin/St Vincent de Paul à Paris 03/10/2013 - par Michèle Diaz
    Il s’agit d’une véritable avancée car, à ce jour, on ne connaît aucun traitement pour soigner cette inflammation du foie qui peut entraîner une cirrhose.
    Écouter

    L'hépatite est un terme général désignant une inflammation du foie. Il s'agit d'une maladie qui peut être provoquée par toute une série de virus distincts tels que les virus de l'hépatite A, B, C, D ou E. L'apparition d'une jaunisse étant une caractéristique de l'hépatite, le diagnostic correct ne peut être porté qu'au moyen d'un examen sanguin.

    L'hépatite E n'était pas reconnue comme une maladie humaine distincte avant 1980. Elle résulte d'une infection par le virus de l'hépatite E, un virus à ARN monocaténaire.

    Si l'homme est considéré comme l'hôte naturel du virus de l'hépatite E humaine (HEV), des anticorps anti HEV ou dirigés contre des virus étroitement apparentés ont été mis en évidence chez les primates et chez plusieurs autres espèces animales, ce qui fait penser qu'on est peut être en présence d'une zoonose (c'est-à-dire d'une maladie pouvant être transmise de l'animal à l'homme).

    Pour en savoir plus :

    Consulter le site

    - de la Société Nationale Française de Gastroentérologie

    - du CNRS

    - de l'hopital Cochin/Saint-Vincent de Paul, à Paris

    - de l'Organisation mondiale de la Santé

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.