GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    La fonte des glaces du Groenland et de l’ouest de l’Antarctique aurait été surévaluée

    media Des icebergs près de Narsarsuaq, au Groenland. Getty Images/Pete Turner

    La fonte des glaces du Groenland et de l’ouest de l’Antarctique serait deux fois moins importante que l’on ne pensait. C’est ce que révèle une étude dirigée par des chercheurs néerlandais et américains. Une étude qui pourrait alimenter encore la polémique sur les conséquences du réchauffement climatique.

    Les dernières données disponibles indiquaient que les glaces du Groenland fondaient d’environ 230 milliards de tonnes par an et celles de l'ouest de l’Antarctique de 132 milliards de tonnes par an, cette fonte étant responsable pour la moitié de la hausse du niveau des mers, soit trois millimètres par an actuellement.

    Mais selon cette équipe de chercheurs, tous les calculs faits jusqu’à présent auraient négligé un paramètre essentiel, celui que les géologues appelle le« rebond post-glaciaire ».

    En clair, il s’agit d’un mouvement de la croûte terrestre qui se gonflerait dans ces régions après avoir subi la pression d’énormes glaciers qui ont commencé à fondre il y a 20 000 ans à la sortie d’une longue période glaciaire.

    Les chercheurs prennent l’image d’un matelas sur lequel on a dormi toute une nuit et qui retrouve progressivement sa forme. Selon eux, les équipes précédentes auraient donc multiplié par deux l'importance de la fonte de ces glaces en ne tenant pas compte de ce phénomène, et cette fonte ne serait responsable que de 30% de la hausse du niveau des mers, le reste étant dû à l'augmentation de la température de l'eau.

    Une étude qui souligne encore une fois la difficulté d'évaluer avec précision les données climatiques.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.