GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    La tour Eiffel, une dame de fer à la cambrure très solide

    media

    Nous savons désormais qu'au-delà des quelque sept millions de visiteurs annuels, la Tour Eiffel peut supporter deux fois son poids sans s’effondrer. A 121 ans, le célèbre monument parisien vient de subir un bilan de santé …sur ordinateur.

    Jusqu’à maintenant, la Tour Eiffel était surveillée au hasard des rénovations. Les peintres et les ouvriers signalaient les problèmes qu’ils observaient. Mais pour prévenir de façon fiable les dégâts, la tour Eiffel a été modélisée des pieds à la tête : toutes ses pièces et leurs propriétés ont été reproduites sur ordinateur, jusqu’à ce qu’on obtienne une maquette complète. Un modèle virtuel qu’on peut manipuler à l’envi, une sorte de photographie en 3D. 

    Grâce à des simulations, les ingénieurs en charge de ce projet peuvent maintenant tester le comportement de la tour dans son ensemble, et de chacun des 18 000 éléments qui la composent : ses barres, ses rivets… Ainsi on peut par exemple savoir comment réagirait la tour si un ouragan s’abattait sur Paris. 

    14 mois de travail  

    Daniel Bermond, auteur d'une biographie sur Gustave Eiffel, interwievé par Charlie Vandekerkhove 10/10/2013 - par RFI
    Pourquoi Eiffel a-t-il choisi le fer comme matériau de construction ?...
    Écouter

    Bertrand Lemoine est architecte et ingénieur, spécialiste des constructions métalliques. La modélisation est pour lui un excellent outil de diagnostic : « Son intérêt, c’est justement de pouvoir étudier dans le détail l’usure, la fatigue, à laquelle chaque pièce du monument est soumise, et ensuite on intervient », explique-t-il.

    Modéliser un édifice est devenu courant, mais en général on le fait avant la construction même du bâtiment et ce procédé concerne donc pour les monuments modernes, à l'instar du Viaduc de Millau et des tours jumelles Petronas de Malaisie.

    En ce qui concerne la tour Eiffel, l’entreprise a été plus compliquée : « La difficulté est liée au fait qu’on a dû remonter aux plans d’origine de Gustave Eiffel et vérifier leur exactitude », confie Stéphane Roussin. Chargé de structure à la tour Eiffel, ce dernier a mobilisé une équipe d’ingénieurs pendant 14 mois pour réaliser ce « modèle 2009 » qui, depuis, est régulièrement mis à jour ... Un travail de titan, qui a permis de déterminer ce qui nuit précisément à la tour. 

    « On a surchargé la tour Eiffel » 

    Au premier plan des nuisances, les intempéries. La tour est en fer, et pour la protéger de la rouille, on la repeint tous les 7 ou 8 ans. Outre l’usure due à la pollution, il a fallu réduire la charge des aménagements successifs : « On a beaucoup surchargé la tour Eiffel, en construisant notamment des restaurants et un sol en béton pour le 1er étage. Il a donc fallu l’alléger pour qu’elle retrouve sa taille svelte», détaille Bertrand Lemoine. 

    Construite en 1889 pour l’Exposition universelle, la tour devait à l’origine être détruite au bout de 20 ans. Mais si elle a tenu jusqu’à maintenant, c’est grâce aux propriétés du fer dont elle est composée : le fer dit « puddlé » -utilisé à l’origine pour ferrer les chevaux-  est souple comme du bois et résistant comme de l’acier. Mais surtout, Eiffel avait anticipé la durée de vie de son monument. Il voulait que sa tour fasse définitivement partie du paysage parisien.

    Daniel Bermond, rédacteur pour la revue l’Histoire, a écrit une biographie de Gustave Eiffel : « Eiffel ne voulait pas que la tour soit détruite, et d’une certaine manière, il a réussi grâce à la science, puisque la tour Eiffel est devenue une formidable antenne pour la TSF qui, à l’époque de la construction, était en plein essor. » 

    Si pour les experts, les effets de la pollution à long terme sont encore difficiles à cerner, la tour a tout de même de beaux jours devant elle. D’après Bertrand Lemoine et Stéphane Roussin, on pourra gravir ses marches pendant encore des centaines, voire des milliers d’années !...

    Pour en savoir plus :

    Consulter le site du Centre technique des industries mécaniques (Cetim) / La tour Eiffel modélisée

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.