La toxicité de l’aluminium en débat - Science - RFI

 

  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:10 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Journal
  7. 07:40 TU Grand reportage
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Priorité santé
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Priorité santé
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:15 TU Sessions d'information
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Sessions d'information
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Sessions d'information
  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:10 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Sessions d'information
  7. 08:00 TU Journal
  8. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  9. 08:30 TU Journal
  10. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  11. 09:00 TU Journal
  12. 09:10 TU Priorité santé
  13. 09:30 TU Journal
  14. 09:33 TU Priorité santé
  15. 10:00 TU Journal
  16. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  17. 10:30 TU Journal
  18. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  19. 11:00 TU Journal
  20. 11:15 TU Sessions d'information
  21. 11:30 TU Journal
  22. 11:33 TU Sessions d'information
  23. 12:00 TU Journal
  24. 12:10 TU Grand reportage
  25. 12:30 TU Sessions d'information
fermer

Science

Santé et Médecine

La toxicité de l’aluminium en débat

media

La controverse sur la dangerosité de l’aluminium ressurgit : ce métal léger est présent dans les additifs alimentaires, l’eau du robinet, les laits maternels industriels, les produits cosmétiques, les déodorants et, plus surprenant, les vaccins ! Sa toxicité est toujours contestée par les industriels du secteur, bien que les scientifiques considèrent que ce matériau est à l’origine de troubles neurologiques supposés et avérés.

Une étude à paraître prochainement devrait rouvrir le débat suscité par l' ouvrage intitulé  Quand l’aluminium nous empoisonne, enquête sur un scandale sanitaire, à l’automne dernier. L’auteure Virginie Belle, journaliste d’investigation, posait la question des méfaits supposés ou connus de l’aluminium sur la santé. Elle relançait ainsi une polémique qui date de la démocratisation de ce matériau dans l’industrie, dans les années 1950. Actuellement, les interrogations persistent et le débat n’est toujours pas tranché.

Une étude de chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dirigée par le Professeur Gherardi, à paraître dans quelques mois, pourrait faire rebondir le débat car si les préoccupations se concentrent à ce point autour de l’aluminium, c’est tout d’abord parce que son omniprésence dans nos quotidiens fait de nous tous des consommateurs d’aluminium réguliers.

L'aluminium est présent dans les additifs alimentaires, l’eau du robinet, les laits maternels industriels, les déodorants mais aussi dans certains cosmétiques, et les conclusions de l'enquête de Virginie Belle tendent à démontrer que l’aluminium aurait un impact important sur la santé.

L'aluminium n'a aucune fonction biologique reconnue et à partir d'une certaine dose il est même toxique ...
Virginie Belle, journaliste d’investigation 10/10/2013 - par Gaylord Van Wymeersch écouter



Alzheimer et parkinson ...

Lorsque la protéine Tau ne fonctionne pas normalement, elle favorise le développement des maladies neuro-dégénératives comme l'Alzheimer.
Une piste dans la lutte contre l'Alzheimer 16/10/2013 - par Charlotte Alix écouter

L’impact sanitaire serait principalement neurologique, selon les études scientifiques que l'auteure cite dans son ouvrage; une toxicité qui favoriserait le déclenchement de maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson. « L’aluminium n’a aucune fonction biologique, et contrairement à d’autres composants nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme son absorption à forte dose ou a dose régulière peut-être toxique », avance la journaliste.

Emission Priorité Santé "Premiers états généraux des malades de Parkinson", 16 avril 2009, 2ème partie. 16/10/2013 - par Claire Hédon écouter

Les industriels de l’aluminium réfutent de tels arguments et viennent de lancer une plateforme internet d’information baptisée L’aluminium pour les générations futures : point par point, tous les domaines sanitaires liés à l’aluminium sont abordés, démontrant études scientifiques à l’appui qu’il n’existe aucun risque avéré. « On assiste depuis quelques temps en France à une campagne de dénigrement de ce matériau qu’est l’aluminium, avec parfois des mises en causes pas très bien étayées », juge de son côté Philippe Leclainche, délégué général de l’Association française de l’aluminium, ajoutant : « Alors qu’il n’existe pas aujourd’hui d’étude qui indique qu’il y ait un danger lié à l’aluminium en ce qui concerne des maladies comme Alzheimer », poursuit-il.

Il faut être raisonnablement prudent(...) Quelque 98% des personnes qui décèdent d'un cancer ont mâché un fameux chewing gum rose quand ils étaient jeunes, il n'y a pas pour autant de lien de causalité !...
Philippe Leclainche, délégué général de l’Association française de l’aluminium 10/10/2013 - par Gaylord Van Wymeersch écouter

Philippe Leclainche en veut d’ailleurs pour preuve que les agences sanitaires, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) notamment, n’ont jamais interdit les dérivés de l’aluminium dans les produits de consommation courante, même par principe de précaution.

Les vaccins

Depuis une dizaine d’année, la présence de l’aluminium soulève des interrogations dans un tout autre domaine, celui des vaccins : des sels d’aluminium y sont en effet utilisés comme adjuvants afin de renforcer leur efficacité.

La présence d’aluminium comme adjuvants dans les vaccins n’est pas nouvelle, et date même des années 1920. L’Organisation mondiale de la Santé les considère sans danger. Les agences sanitaires françaises se sont également prononcées dans le même sens.

L'aluminium pourrait favoriser l’apparition d'une inflammation grave des muscles

Cependant, une étude vient de relancer les interrogations. Selon une équipe de l’Inserm, menée par le Professeur Romain Gherardi, de l’hôpital Henri Mondor de Créteil, l’aluminium normalement éliminé par les reins favoriserait à haute dose ou en cas de prédisposition génétique l’apparition d'une inflammation grave des muscles appelée myofasciite à macrophages (MFM).

Cette étude devrait aboutir dans les prochains mois. En attendant sa parution, Pierre Bégué, infectiologue et ancien président du comité technique des vaccinations reste convaincu qu'il est « impossible que l’aluminium présent dans les vaccins ait une quelconque toxicité ».

Il apparaît que seules les agences de santé sont en mesure d’arbitrer ce débat. L’Afssasps s’y est engagé. Elle devrait prochainement auditionner le Pr Gherardi sur les avancées de ses travaux.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.