GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Le projet de loi de bioéthique étudié en deuxième lecture

    media Les députés français, le 24 mai 2011, s'engagent à "prendre en compte la dimension particulière de l'embryon humain", tout en permettant à la recherche de "progresser pour le bien de tous". Getty Images

    En France, le projet de loi de bioéthique a été examiné en 2ème lecture à l’Assemblée Nationale depuis le 24 mai 2011. Débats houleux, en particulier au sujet de la recherche sur l’embryon. En 1ère lecture, les députés avaient maintenu le principe de l’interdiction de cette recherche ; une position défendue par le gouvernement. Mais les sénateurs, eux, ont voté le mois dernier en faveur de son autorisation.

    Pr Marc Péchansky, directeur scientifique de l’Institut des cellules souches à Evry 31/03/2011
    Une véritable opportunité pour les maladies rares ...
    Écouter

    Au cœur de la discorde : les cellules souches embryonnaires. Ces cellules, issues d’un embryon de quelques jours, ont la faculté de se différencier pour former les tissus et organes du corps humain. Pour certains chercheurs, elles pourraient permettre à terme de réparer des organes abîmés, comme un cœur après un infarctus. On en est loin, mais ces cellules présentent d’ores et déjà un intérêt pour l’étude des maladies.

    En pratique elles sont prélevées sur des embryons issus de fécondations in vitro et pour lesquels il n’y a pas de projet de naissance. Reste que ces recherches induisent la destruction de l’embryon, d’où les questions d’ordre éthique.

    Jusqu'à présent, des expérimentations autorisées au cas par cas ...

    Au nom du respect de la dignité humaine, la France a opté depuis 2004 pour un régime d’interdiction assorti de dérogations. Les expérimentations sur les cellules souches embryonnaires sont donc possibles, mais elles sont autorisées au cas par cas.
    Pour les partisans de ces recherches, cette législation est illisible à l’étranger et freine les progrès. La majorité des sénateurs s’est rangée à cet avis et a voté pour une autorisation encadrée.

    La différence est surtout d’ordre symbolique. Mais elle a fait bondir certains députés de droite, et sortir de leur réserve des représentants de l’Eglise, tel le Cardinal Vingt-Trois qui dénonce une « instrumentalisation de l’être humain ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.