GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    La mer de corail est l'un des derniers refuges pour les grands prédateurs marins

    media La barrière sud de la mer de Corail est considérée comme une des zones de biodiversité où foisonnent les prédateurs de l'océan comme les requins, les thons ou les marlins. AFP/ PEW ENVIRONMENT GROUP

    La mer de corail au large de la côte nord-est de l'Australie est l'un des derniers refuges pour les grands prédateurs marins comme les requins, selon une étude publiée le 20 août 2011. Au total, ce sont quelque 341 espèces considérées par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme particulièrement importantes à conserver, qui sont présentes dans la mer de Corail d'après cette étude.

    Cette zone qui couvre quelque 972.000 kilomètres carrés et qui s'étend depuis la grande barrière de corail jusqu'aux eaux des îles Salomon et de la Nouvelle-Calédonie, accueille de nombreuses espèces menacées. Elle se présente « dans le monde comme une des zones de biodiversité où foisonnent les prédateurs de l'océan tels que requins, thons ou marlins », explique le rapport du groupe sur l'environnement Pew.

    « Des requins de récifs et d'eaux profondes ont été recensés dans un grand nombre d'endroits de la mer de Corail, notamment dans des zones épargnées par l'exploitation » souligne le rapport. Au total, 52 espèces de requins d'eau profonde, des raies et des chimères ont été enregistrées dans la mer de Corail -parmi elles, 18 n'ont été recensées nulle part ailleurs- et l'endroit serait également le seul refuge connu au monde pour le frai des marlins noirs.

    Un corridor de migration ...

    Selon le rapport -alors que l'étude n'a pu être menée que sur une petite partie de la zone-, certaines données indiquent que la mer abriterait encore d'autres espèces non répertoriées. Poissons et calamars pullulent également dans la mer de Corail, alors qu'ils occupent un rang intermédiaire dans la chaîne de l'alimentation, et jouent un rôle important dans la régulation et la stabilité alimentaire du réseau marin.

    Cette zone constitue en outre un corridor de migration et participe au processus écologique d'une vie marine unique pour de nombreuses espèces telles que les anguilles d'eau douce, les baleines migrantes menacées -comme les baleines à bosses-, les tortues vertes et les carets (ou tortues carnivores) : les dernières à se reproduire là-bas et qui se déplacent sur 3.000 kilomètres jusqu'en Nouvelle-Zélande-, ainsi que de nombreuses espèces d'oiseaux de mer qui nichent dans cette zone. 

    Pour préserver cette diversité unique, Pew demande au gouvernement australien de créer un parc permanent de conservation marine dans cette zone.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.