Bientôt «La 3ème révolution industrielle» ? - Science - RFI

 

  1. 17:10 TU Dimanche politique
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Littérature sans frontières
  5. 18:00 TU Sessions d'information
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:33 TU L'épopée des musiques noires
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Internationales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Internationales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Mondial sports
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Mondial sports
  16. 22:00 TU Journal
  17. 22:10 TU Le débat africain
  18. 22:30 TU Journal
  19. 22:40 TU Le débat africain
  20. 23:00 TU Journal
  21. 23:10 TU Carrefour de l'Europe
  22. 23:30 TU Journal
  23. 23:33 TU Carrefour de l'Europe
  24. 17:10 TU Décryptage
  25. 17:30 TU Journal
  1. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  4. 18:00 TU Sessions d'information
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Littérature sans frontières
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Mémoire d'un continent
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU L'épopée des musiques noires
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Mondial sports
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Mondial sports
  15. 22:00 TU Journal
  16. 22:10 TU Le débat africain
  17. 22:30 TU Journal
  18. 22:40 TU Le débat africain
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  21. 23:30 TU Journal
fermer

Science

Terre

Bientôt «La 3ème révolution industrielle» ?

media 'La Troisième Révolution industrielle' analyse magistralement la nouvelle ère économique qui s'annonce. Editions LLL

L’économiste américain Jeremy Rifkin* considère que pour relever les défis du XXIème siècle, nous devons effectuer La Troisième Révolution Industrielle (édition Les liens qui libèrent). Selon Jeremy Rifkin, il n’y a pas de plan B.

La crise financière qui affole actuellement les dirigeants occidentaux n’est que la conséquence d’une crise beaucoup plus profonde, qui remonte à juillet 2008. Nous avons donc besoin d’une nouvelle logique économique capable de nous faire entrer dans un futur plus équitable et plus durable.

Epuisement des énergies fossiles : fin de la 2ème Révolution industrielle

Anne-Cécile Bras : Après La fin du travail (1), un ouvrage paru en 1995 et l’appel à Une nouvelle conscience pour un monde en crise (2), vous publiez La Troisième Révolution Industrielle. Pourquoi estimez-vous qu’elle doit démarrer rapidement ?

Jeremy Rifkin : En 2008, lorsque le prix du baril de pétrole a atteint 147 dollars, tout a considérablement augmenté et est devenu cher : les engrais, les pesticides, les produits pharmaceutiques, les matières plastiques… Personne n’avait plus les moyens de les acheter et c’est à ce moment là que le véritable tremblement de terre économique a eu lieu. La chute des marchés financiers, 60 jours plus tard, n’était que l’onde de choc de ce phénomène qui va se reproduire. Aujourd’hui nos gouvernements ne traitent que l’onde de choc avec des réformes fiscales, bancaires… C’est nécessaire mais ce ne sera pas suffisant car le fond du problème c’est que la deuxième révolution industrielle est en train de mourir et qu’il n’y a plus de solution pour la faire croître.

A.-C. B. : Qu’est-ce qui explique cette « mort » de la deuxième révolution industrielle ?

J.R. : C’est simple, nous n’avons plus assez de pétrole. En 2010 l’Agence Internationale de l’Energie a lancé une bombe en annonçant que nous venions d’atteindre le pic pétrolier avec une production de 7 millions de barils par jour. Nous ne ferons plus jamais ça. Or l’Inde et la Chine qui représentent le tiers de l’humanité veulent faire entrer leur population dans cette révolution industrielle. Il y a trop de demande par rapport à l’offre, cela fait monter les prix et quand les prix montent l’économie s’essouffle et s’arrête. Nous avons maintenant des cycles de 4 à 6 ans de croissance et d’effondrement et nous n’en sortirons pas. Nous devons aussi tenir compte du réchauffement climatique qui nous indique que notre planète ne supporte plus le niveau de nos émissions de dioxyde de carbone. Nous avons donc besoin d’une nouvelle logique économique capable de nous faire entrer dans un futur plus équitable et plus durable. Nous n’avons pas le choix et nous avons trente ans pour le faire.

3ème Révolution industrielle : Internet et énergies renouvelables …

A.-C. B. : Vous considérez donc que c’est « la troisième révolution industrielle » qui devrait prendre le relais de notre modèle à bout de souffle. Sur quoi repose-telle ?

J.R. : Avez-vous observé que les grandes révolutions économiques de l’Histoire se produisent quand de nouvelles technologies de communication convergent avec de nouveaux systèmes d’énergie ? Au XIXème siècle, il y a eu l’invention de la vapeur et de l’imprimerie, au XXème celle du moteur à réaction et de la télétransmission, pour le XXIème siècle c’est la convergence entre les nouvelles technologies de l’Internet et celles des énergies renouvelables qui va permettre la troisième révolution industrielle. Nous devrons changer nos modes de vie, nos façons de travailler et même l’organisation politique de nos sociétés qui ne seront plus centralisées mais latéralisées.

A.-C.B. : C'est-à-dire ?

J.R. : Jusqu'à présent, la gestion politique et économique de nos pays, la distribution de l’énergie et même le domaine de l’éducation reposaient sur un pouvoir pyramidal et centralisé. Aujourd’hui avec Internet l’accès à l’information s’est démocratisé, des start-up détrônent de grandes entreprises dans tous les domaines et la communication explose avec les réseaux sociaux.

En parallèle, les énergies renouvelables se développent sur tous les continents. Au XXIème siècle, des centaines de millions d’êtres humains vont produire leur propre énergie verte dans leurs maisons, leurs bureaux, leurs usines et la partager entre eux sur des réseaux intelligents d’électricité. Pour le monde en développement c’est une perspective formidable : cela va permettre à 40% des humains qui vivent avec moins de 4 dollars par jour d’avoir accès à l’énergie. Et, power en anglais, c’est le même mot que « pouvoir » !

Cinq piliers fondamentaux

Editions LLL

A.-C.B. : Pour que cette troisième révolution industrielle se mette en place, vous évoquez cinq piliers fondamentaux, lesquels ?

J.R. : Oui c’est essentiel, ils doivent être mis en place simultanément sinon les fondations de cette nouvelle ère ne tiendront pas. Nous devons impérativement :

1/ Passer aux énergies renouvelables. L’Union Européenne s’est engagée à ce que 20% de son énergie provienne des énergies renouvelables en 2020. Tous les pays peuvent et doivent y arriver.

2/ Recueillir cette énergie renouvelable en transformant chaque bâtiment (maison ou usine) en microcentrales de production d’énergie. L’Allemagne a déjà transformé 1 million de bâtiments en centrale de production d’énergie. Cela a créé 250 000 emplois. On compte quelque 191 millions de bâtiments en Europe : les transformer va créer des millions d’emplois !

3/ Stocker l’énergie car le soleil ne brille pas toujours et le vent ne souffle pas en permanence. La solution passe par l’hydrogène, j’ai écrit un livre sur ce sujet (L'économie hydrogène : après la fin du pétrole, la nouvelle révolution économique, aux éditions La Découverte, 2002)

4/ Transformer le réseau électrique en réseau intelligent sur le modèle d’Internet. Ainsi, les bâtiments pourront remettre sur le réseau leurs excédents d’énergie pour ceux qui en ont besoin. Chacun pourra se connecter librement et ne payer que ce qu’il consomme.

5/ Développer les systèmes de voitures électriques partagées, à l’image d’Autolib’ à Paris. Chaque voiture pourra se brancher pour se recharger ou au contraire remettre de l’énergie dans le réseau.

Ces 5 piliers forment une plateforme de méga-technologies et d’infrastructures pour une nouvelle révolution industrielle qui va créer des millions d’emplois, des centaines de milliers de nouvelles entreprises, et arrêter le cycle infernal de la pollution de notre atmosphère avec nos excès d’émissions de carbone. C’est enthousiasmant !

Cette 3ème révolution industrielle s’impose. Nous n’avons plus le choix

A.-C.B. : Vous conseillez des chefs d’Etat, en Europe et dans d’autres régions du monde, avez-vous l’impression qu’ils sont prêts à se lancer dans cette troisième révolution industrielle ?

J.R. : L’union Européenne le fait et c’est la plus grande économie du monde puisque son PIB est supérieur à celui des Etats-Unis. Pourquoi les autres pays ne s’y mettraient pas ? L’Allemagne est en tête dans tous les domaines mais les Pays-Bas et le Danemark se sont aussi lancé dans l’aventure. Nous n’avons plus le choix. Si j’ai écrit ce livre, ce n’est pas pour présenter un nouveau plan économique ou une nouvelle stratégie énergétique. C’est parce que la troisième révolution industrielle répond à tous les défis que nous avons impérativement à relever : le climat, l’emploi, la qualité de la vie…. J’espère simplement qu’il n’est pas trop tard !…

* Jeremy RIFKIN préside la Fondation sur les tendances économiques. Il est maître de conférence au programme de formation des dirigeants d’entreprise de la Wharton School en Pensylvanie. Il conseille l’Union Européenne, Angela Merkel et d’autres chefs d’Etat. Il a publié 18 livres, traduits aujourd’hui dans plus de 35 langues.

Pour en savoir plus :

Lire aussi du même auteur

- (1) La fin du travail ?

- (2) Une nouvelle conscience pour un monde en crise

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.