Une semaine pour mieux faire connaître l'autisme - Science - RFI

 

  1. 19:00 TU Journal
  2. 19:10 TU Ici l'Europe
  3. 19:30 TU Journal
  4. 19:40 TU Sessions d'information
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU La bande passante
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU La bande passante
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Couleurs tropicales
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Couleurs tropicales
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Ici l'Europe
  17. 23:30 TU Journal
  18. 23:33 TU Danse des mots
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Musiques du monde
  25. 20:30 TU Journal
  1. 19:00 TU Journal
  2. 19:10 TU Accents du monde
  3. 19:30 TU Journal
  4. 19:40 TU Débat du jour
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU La bande passante
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU La bande passante
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Radio foot internationale
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Radio foot internationale
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  17. 23:30 TU Journal
fermer

Science

Santé et Médecine

Une semaine pour mieux faire connaître l'autisme

media

Ensemble pour l'autisme lance cette semaine une campagne de sensibilisation à cette pathologie dont les Français, selon les résultats d'une enquête de l'Institut OpinionWay, méconnaissent la fréquence. Avant l'âge de 20 ans, l'autisme et autres troubles envahissants du développement touchent un enfant sur 150 ... Pourtant, quelque 85% des personnes interrogées sous-estiment le nombre d'autistes et considèrent presque ce handicap comme une maladie rare.

La bonne méthode était de dire que la psychanalyse n'était pas vraiment utile dans le cas de l'autisme, et ensuite, il fallait être beaucoup plus discriminant dans le choix des méthodes éducatives et beaucoup plus précis sur l'utilisation en fonction des catégories de personne avec autisme.
Marcel Hérault, président de la Fédération Française Sésame Autisme 10/10/2013 - par Anna Piekarec écouter

L'enquête a été réalisée entre le 29 février et le 2 mars 2012 auprès d'un échantillon représentatif de 1.018 personnes vivant en métropole et âgées de plus de 18 ans. Selon les résultats d'investigation, un Français sur quatre pense que les autistes ont une intelligence supérieure à la normale alors que 30% pensent au contraire que les autistes ont un retard mental. Quelque 87% savent qu'un autiste ne parvient pas à communiquer avec les autres et 54% pensent qu'il souffre de troubles neurologiques tandis que pour 37% c'est une personne qui souffre de troubles psychologiques.

Catalina Betancur, chercheur dans une unité Inserm/Cnrs 10/10/2013 - par Michèle Diaz
Le nombre de gènes impliqués semble aujourd’hui plus important que ce que l’on croyait jusqu'à présent chez un plus petit nombre de patients. Parmi les sujets témoins seuls un ou deux sont porteurs des gènes Shank2 ou Syngap1. L'étude ouvre de nouvelles voies de recherche concernant l'autisme, un syndrome comportemental aux multiples facteurs.
écouter

Pour 79% des sondés, une personne autiste peut vivre comme les autres, majoritairement avec une aide et plus de 8 sur 10 déclarent que son état peut s'améliorer.
Pourtant un Français sur deux considère qu'un milieu "protégé" (établissements spécialisés...) est le meilleur environnement pour l'autiste. La très grande majorité (90%) voit dans les techniques éducatives un moyen d'améliorer l'état des autistes.

Les Français sont plus partagés concernant les thérapies psychanalytiques : un peu plus d'un sur deux (54%) leur accordent la capacité d'améliorer l'état des autistes, 9% sont d'avis contraire et 36% « ne savent pas ».

Le 2 avril, pour la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, de nombreux monuments dans le monde seront illuminés en bleu avec notamment en France, le Louvre, le Musée Orsay, Chenonceau, le pont d'Avignon, le Château de Versailles, indique-t-on au Collectif (voir www.facebook.com/LaFranceEnBleu).

Jeudi 9 février 2012, François Fillon a chargé Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, d'engager l'élaboration d'un nouveau plan autisme, décrété Grande cause nationale 2012, un processus qui devrait notamment permettre à la France de poursuivre le rattrapage de son retard en matière de prise en charge.

Le ministre a reçu à cette occasion le collectif d'associations Ensemble pour l'autisme, avant d'appeler dans un discours à « un sursaut collectif et une mobilisation nationale pour changer notre regard » sur l'autisme, qui touche entre 300.000 et 500.000 personnes en France.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.