GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Découverte d’un "cimetière" de marsupiaux géants

    media RFI

    Une vingtaine de squelettes de wombats géants, des marsupiaux pesant près de deux tonnes, ont été retrouvés par des archéologues dans une zone reculée de l'Etat du Queensland (Australie, est). Cette espèce herbivore de très grande taille, qui a peuplé le pays pendant des millénaires a disparu avec l'apparition de l'Homme, a été retrouvée sur un site estimé vieux de 100 à 200.000 ans.

    Mais à quoi donc pouvait ressembler un diprotodon? Pour le décrire, le chercheur le qualifie de « croisement entre le wombat d'aujourd'hui et un ours, le tout de la taille d'un rhinocéros ». Le marsupial était doté d'une poche ventrale suffisamment vaste pour accueillir un humain.Doté d’une mâchoire longue de 70 centimètres, un des spécimens retrouvés par les chercheurs est particulièrement imposant et c’est un des mieux préservés du site. Il a été baptisé Kenny par les scientifiques ; Scott Hocknull, du musée du Queensland à Brisbane, et chef de l'équipe explique que le site contient la plus grande concentration de fossiles de ces animaux jamais découverte en Australie et que « cette découverte pourrait fournir des informations sur le mode de vie, et surtout la fin des diprotodons, autre nom donné aux wombats géants ».

    « Quand nous avons commencé à fouiller, j'ai été complètement renversé par la concentration des fragments découverts, a déclaré Scott Hocknull, depuis le terrain en plein désert. C'est une mine d'or pour les paléontologues, on peut vraiment voir ce que ces animaux de la mégafaune faisaient, comment ils vivaient. Avec autant de fossiles, on a une occasion unique de voir ces animaux dans leur environnement. On peut en quelque sorte le reconstruire », a-t-il ajouté.

    Les raisons de leur disparition

    Les chercheurs ne sont pas tous d'accord sur les raisons de la disparition de cet animal mais il semble que les facteurs humains soient les plus vraisemblables. D'un poids de 2,8 tonnes, le diprotodon est le plus grand marsupial à avoir vécu sur Terre, pendant une période allant de deux millions d'années jusqu'à il y a 50.000 ans, à la fin du Pléistocène et il s'est éteint au moment où les premières tribus indigènes sont apparues. Selon le paléontologue, les diprotodons se seraient probablement embourbés sur ce site où ils s'étaient réfugiés pour échapper à des conditions de sècheresse extrême, lors d'une période de changement climatique en Australie.

    Parmi ses descendants figurent les koalas et les wombats actuels, bien plus petits que leurs ancêtres puisque ces marsupiaux à pattes courtes et musclées pèsent entre 20 et 35 kg et mesurent un mètre de long. On les trouve dans le sud-est l'Australie, dont la Tasmanie, et un parc protégé du centre du Queensland.

    Sur le site, d'autres fossiles ...

    Outre les wombats, les paléontologues ont dégagé quantité d'autres ossements, dont les dents d'un varan géant de six mètres de long, appelé megalania, ainsi que les dents et des plaques osseuses appartenant à un énorme crocodile de cette époque : « Nous sommes à peu près certains que les carcasses de ces diprotodons ont été déchiquetées par les crocodiles et les lézards car nous avons trouvé des dents de ces deux espèces mélées aux squelettes » des wombats, a précisé Scott Hocknull.

    Le site recèle également des super-kangourous, appelés protemnodon, pesant environ 250 kg, ainsi que les ossements de petites grenouilles, rongeurs et poissons -une découverte importante dans cette région très aride: « On connait peu de choses sur les poissons des zones arides et sur leur évolution. Trouver des fossiles est formidable », s'est enthousiasmé le chercheur.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.