GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les tweets de l’espace : comment la Nasa communique sur les réseaux sociaux

    media

    L’ « amarsissage » réussi de Curiosity, le robot le plus sophistiqué jamais envoyé dans l’espace, est un triomphe pour la Nasa. Un succès parfaitement relayé dans les médias grâce à une vaste campagne de communication, en particulier sur les réseaux sociaux, où l’agence spatiale américaine rivalise d’imagination pour faire rêver les internautes.

    « Entrée dans l’atmosphère martienne. C’est parti pour sept minutes de terreur ! » C’est ce qu’ont pu lire les 620 000 abonnés du compte officiel du robot Curiosity (@MarsCuriosity ) ce matin du lundi 2 août, à 7h25, heure française, sur Twitter. Quelques minutes plus tard, un nouveau tweet : « Je me suis posé sans problème à la surface de Mars. Cratère de Gale, me voilà ! ». On s’y croirait - le style est vivant et familier, comme si l’on avait doté de la parole le grand-frère de Wall-E, le célèbre robot du film d’animation Disney. C’est ainsi que la Nasa a « live tweeté » en quasi simultané sa dernière prouesse spatiale. Une opération de relations publiques 2.0 peu surprenante tant les réseaux sociaux, et tout spécialement Twitter, sont un rouage important de la stratégie de communication de l’agence spatiale américaine.

    La « @Nasa » possède en effet des dizaines de comptes différents pour faire connaître les dernières avancées de ses programmes d'explorations et organise régulièrement concours et autres interactions entre spationautes et internautes sur le site de micro-blogging. C’est d’ailleurs à ce titre qu’elle a gagné le prix de la « meilleure utilisation des réseaux sociaux par une agence gouvernementale » en mars dernier aux Shorty Awards, qui sont à Twitter ce que les Oscars sont au cinéma. En 2011, la Nasa était déjà repartie avec le prix de la « meilleure photo instantanée » (le « Real Time Photo Award ») pour le fameux cliché « Moon from Space », pris par l’astronaute Doug Wheelock, alors en orbite dans la Station spatiale internationale.

    Des tweets, de Saturne à Mercure

    Ainsi, chacun des robots de la Nasa dans l’espace possède son propre fil Twitter. On peut par exemple suivre au jour le jour les pérégrinations de la sonde Cassini autour de Saturne (@CassiniSaturn ), le voyage du robot New Horizons en route pour Pluton (dont la localisation affiche « au foooooond de l’espace ») ou bien Messenger, en orbite autour de Mercure (@MESSENGER2011 ). Quant à Mars, Curiosity n’y sera pas seul, il rejoindra ses confrères Spirit et Oppy (le petit nom du robot Opportunity) qui parcourent déjà la planète rouge sur leurs six roues depuis respectivement 2004 et 2010 et tweetent conjointement sous le nom @MarsRovers.

    Si ces comptes sont entretenus par les équipe de communication de la Nasa sur Terre et non pas directement par les machines à l'autre bout de la galaxie, il y a aussi des spationautes qui tweetent réellement de l’espace. Timothy Creamer fut le premier à « gazouiller » de la Station spatiale internationale en janvier 2010. Depuis, de nombreux échanges entre spationautes et internautes ont eu lieu sur Twitter, et on compte encore aujourd’hui trois « twittos » actifs dans les étoiles (et plus d’une quarantaine de retraités de l’espace sur Terre).

    Une stratégie d'influence

    Cette utilisation extensive des réseaux sociaux s’inscrit dans la politique d’hyper connectivité de l’administration américaine sur le web, une des clés du « smart power » cher à Barack Obama. De la diplomatie mondiale à la conquête spatiale, le gouvernement américain compte bien maintenir son influence grâce aux nouveaux médias. Une façon aussi de toucher un large public pour faire passer la pilule du prix de ces programmes pharaoniques en temps de crise (4 milliards d'euros pour Curiosity), mais aussi d’attirer les sponsors privés. Le budget de la Nasa étant en baisse lors de ces dernières années, l'agence est obligé de recourir à des partenariats pour poursuivre ses programmes d’exploration.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.