GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    La hausse du CO2 fait suffoquer la planète

    media Des cheminées polluantes face à des immeubles d'habitation. Province de Jilin, Chine. REUTERS/Stringer

    Notre atmosphère terrestre s’apprête, courant mai, à passer une barre historique, celle des 400 ppm de gaz carbonique (CO2), le principal gaz à effet de serre (GES). Un seuil jamais franchi depuis… plus 2, 5 millions d’années, c'est-à-dire à l’époque des australopithèques, les premiers représentants du genre humain.

    La station de Mauna Loa à Hawaï a mesuré, vendredi 3 mai, 399,29 parties par million (ppm), alors que la veille l’Organisation météorologique mondiale notait dans son dernier rapport l’accentuation des phénomènes extrêmes : sécheresses, inondations, cyclones…

    Selon la Scripps Institution of Oceanography (Université de Californie) de San Diego, la limite des 400 ppm devrait être atteinte courant mai au-dessus du volcan de Mauna Loa, à Hawaï, où sont effectuées les mesures. C’est là que depuis1958, grâce à la « courbe de Keeling », du nom du scientifique qui l’a inventée, on mesure le CO2.

    Cette courbe croît sans discontinuer depuis 1960 où elle était alors à 316 ppm. Jusqu’à la révolution industrielle du début du 20e siècle, et le recours aux énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel), elle n’avait pas dépassé les 300 ppm depuis 800 000 ans.

    Ces 400 ppm bientôt franchies ont une valeur symbolique car il ne s’agit que d’un taux journalier. Selon le climatologue français Jean Jouzel, ce n’est que dans 2 ou 3 ans que cette valeur deviendra une moyenne annuelle. Face à cette urgence, Christiana Figueres, la responsable de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a tiré la sonnette d’alarme. Elle a rappelé, lundi 29 avril, lors de négociations à Bonn devant des délégations du monde entier, la nécessité d’élaborer d’ici 2015 un accord qui engagera tous les pays à réduire leur GES, et en particulier les deux grands pays les plus pollueurs, la Chine et les Etats-Unis.

    Au rythme actuel, Jean Jouzel indique que « l’on devrait atteindre une valeur de 450 ppm en 2040, avec pour conséquence une hausse de température d’environ 3°C ». La dernière fois que la planète a connu un tel phénomène, c’était il y a environ 2,5 millions d’années. La température était alors de 3 à 4 degrés supérieure à celle que nous connaissons et les océans de 5 à 40 mètres plus hauts. Un tel scénario ferait disparaître par exemple les Pays-Bas de la surface de la Terre !

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.