GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Euro-2020: la France, déjà qualifiée, peine mais bat la Moldavie (2-1) et prend la tête du groupe H
    • Éliminatoires CAN 2021: match nul entre le Mali et la Guinée, 2-2, dans le groupe A
    • Éliminatoires CAN 2021: l'Algérie, championne d'Afrique en titre, corrige la Zambie, 5-0
    • Éliminatoires CAN 2021: la RDC tenue en échec par le Gabon à domicile, 0-0
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    Science

    Journée mondiale de l'alimentation: «Semer les graines d’une bonne nutrition»

    media Une distribution gratuite de nourriture à l'occasion de l' Aïd, dans le sud de Yala, une province de la Thaïlande, le 15 octobre 2013. REUTERS/Surapan Boonthanom

    Aujourd’hui, 842 millions de personnes souffrent de la faim et plus de trois millions d’enfants en meurent chaque année dans le monde. A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation ce mercredi, Action contre la faim publie un rapport intitulé « Semer les graines d’une bonne nutrition ». Un texte qui plaide pour une meilleure prise en compte de la nutrition par ses acteurs comme les agriculteurs ou encore les travaux du comité sur la sécurité alimentaire.

    Les politiques et programmes agricoles doivent prendre en compte l’aspect nutritionnel. C'est la ligne du dernier rapport publié par Action contre la faim qui se base sur le cas pratique du Burkina Faso, du Kenya ou encore du Pérou en Amérique du sud. La lutte contre la malnutrition commence par une meilleure contribution de l’agriculture. Etienne Duvachat, chargé de plaidoyer sécurité alimentaire à Action contre la faim détaille les enjeux: « Agriculture et nutrition peuvent paraître des sujets très proches puisque l’agriculture produit de la nourriture qui permet d’assurer une bonne nutrition. Eh bien trop souvent, notamment dans les pays en voie de développement, ce sont pourtant les paysans et les petits producteurs agricoles qui souffrent le plus de la faim et de la malnutrition. »

    « Parce que, poursuit le responsable d'Action contre la faim, les petits producteurs, les producteurs les plus vulnérables, ne sont pas en capacité de produire suffisamment pour assurer leur alimentation et des revenus suffisants. Et la situation en fait est beaucoup plus un problème de revenu que de nourriture, parce que la majorité des producteurs produisent et vendent leur production à la récolte et ensuite dépendent du marché pour se procurer à manger pendant toute l’année ».

    Priorité plus élevée aux objectifs nutritionnels

    La principale conclusion du rapport est qu'une priorité plus importante devrait être accordée aux actions agricoles « sensibles à la nutrition » au niveau national, afin de mobiliser et d'accélerer la mise en oeuvre concrète des politiques sensibles à la nutrition. Les pays, les bailleurs de fonds et les institutions internationales peuvent et doivent faire plus et mieux dès maintenant dans ce domaine.

    Comment ? En intégrant des indicateurs nutritionnels et de consommation alimentaire dans les systèmes d'information et de suivi agricoles et en renforçant la coordination politique multisectorielle autour de la nutrition. Enfin, en garantissant des formations en nutrition pour les experts du secteur agricole, et en augmentant le niveau de financement pour la mise en oeuvre des stratégies et programmes agricoles sensibles à la nutrition.


    En Syrie, la situation est extrêmement préocupante. Elizabeth Byrs, porte-parole de l'ONU-PAM ( le Programme alimentaire mondial) a tiré la sonnette d'alarme concernant la ville de Mouadamiya, assiégée depuis plus de 10 mois, où aucun approvisionnement en médicaments, vivres et en eau n'est possible.

    Dans cette ville assiégée depuis plus de 10 mois(...)une autorisation a même été donné pour manger de la viande de chien

    En Syrie, la difficulté d'accès des humanitaires aux villes assiégées, accroit la malnutrition

    Elizabeth Byrs, porte-parole de l'ONU-PAM

    16/10/2013 - par Daniel Vallot Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.