GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Projet Copernicus: six satellites pour observer la Terre

    media Une fusée russe Soyouz, en octobre 2011, prête à décoller du centre spatial de Kourou, en Guyanne française. Ce 3 avril sera la septième fois de son histoire que le mythique lanceur russe s'élancera depuis le Centre spatial guyanais (CSG). Reuters/ESA - S. Corvaja, 2011/Handout

    Une fusée russe Soyouz doit mettre sur orbite ce jeudi 3 avril, depuis la Guyane française, Sentinel-1A, le premier satellite du programme européen d'observation de la Terre, baptisé « Copernicus ». Un programme de 4,3 milliards d'euros jusqu'à 2020, qui va permettre de contrôler le réchauffement climatique et protéger la sécurité publique notamment dans la gestion des catastrophes naturelles. Sentinel-1A doit être mis sur orbite à 23h02 heure de Paris, 21h02 TU.

    « Copernicus » - du nom de l’astronome polonais qui affirmait au XVe siècle que la Terre tourne autour du Soleil - est le premier programme d’observation environnementale dirigé par la Commission européenne. Copernicus, c’est en fait une nuée de satellites dont le premier est lancé par Soyouz ce jeudi soir.

    Sentinel-1A est équipé d’un radar de pointe. De son orbite à 700 kilomètres au-dessus de nos têtes, ce premier des 6 satellites du programme a pour mission – comme son nom l’indique  – d’observer, de surveiller la surface de la Terre, avec une précision encore inégalée pour un satellite européen. Sentinel peut voir de jour comme de nuit, par-delà les nuages et même sous les feuillages des forêts.

    Sentinel-1A ne servira pas qu’aux observations scientifiques puisqu’il est le seul satellite à pouvoir réagir rapidement en cas de catastrophe naturelle : il va survoler la zone sinistrée, puis transmettre des images très précises et mises à jour régulièrement, et ce en une heure à peine après la prise de vue. Il sera donc un outil essentiel en cas de marée noire ou de glissement de terrain, ainsi que pour observer la fonte des glaces.

    Rejoint l'an prochain par son jumeau

    Sentinel-1A sera bientôt rejoint par Sentinel-1B, son jumeau. Son orbite sera à 180 degrés de celle du premier satellite pour une observation complète de la Terre en six jours. Quatre autres satellites doivent ensuite compléter le programme d’ici 2021.

    Sentinel-2 sera dédié à la surveillance des terres et de la couverture végétale, Sentinel-3  se consacrera à l’environnement maritime, et Sentinel- 4 et  -5 recueilleront des données climatologiques et météorologiques. Ce dernier satellite sera équipé d’outils permettant de déterminer la concentration des principaux gaz de l’atmosphère, comme l’ozone, le dioxyde de carbone, le méthane, entre autres, ainsi que des gaz à l’état de trace. Les scientifiques pourront ainsi analyser avec précision les sources d’émissions des gaz à effet de serre.

    Copernicus est un programme ambitieux qui vise à doter l’Union européenne d’un accès continu indépendant et fiable aux données d’observation de la Terre. Des données qui seront ensuite rendues librement accessibles. D’après une étude de la Commission européenne, qui a financé une partie des 3,2 milliards d'euros déjà absorbés par le programme depuis sa création en 2010, l’exploitation des données devrait générer 80 000 emplois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.