GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    700 000 débris spatiaux tournent au-dessus de nos têtes

    media Cartographie des principaux débris spatiaux en orbite terrestre. Wikipedia

    Il y a eu la conquête spatiale et s'en est suivi la pollution de l'espace. Aujourd'hui, les scientifiques estiment à 700 000 le nombre de débris de plus d'un centimètre - 135 millions le nombre de débris de plus d'un millimètre - que l'homme a envoyés dans l'espace et qui tournent toujours au-dessus de nos têtes. Des débris potentiellement dangereux pour tous les nouveaux équipements spatiaux. Les récupérer est donc devenu un enjeu majeur pour les agences spatiales. Et les représentants d'une dizaine d'entre elles se retrouvent, ce lundi 12 mai, à Pékin, pour en débattre.

    Un centimètre, ça peut paraître bien petit comme taille, mais dans l'espace, c'est loin d'être anodin. En orbite basse, des débris de cette taille-là ont la même énergie cinétique qu'une grosse berline lancée à 130 km/h. Alors si l'un d'entre eux venait à toucher un satellite en activité ou la station spatiale internationale, les dégâts pourraient être considérables. Et s'il en existe des biens plus gros - comme un satellite européen de 8 tonnes tournant à 25 000 kilomètres/heure - ce sont finalement les petits qui sont le plus dangereux, car le plus difficilement repérable, depuis la Terre comme depuis l'espace.

    Avec 700 000 débris de plus d'un centimètre, la probabilité d'une collision n'est pas une hypothèse absurde. Le risque de perte d'un satellite est aujourd'hui de 5% : trop élevé aux yeux des agences spatiales.

    Reste que faire le ménage dans l'espace n'est pas une tâche aisée. Pour les plus petits, il est possible d'envisager la destruction par laser depuis la Terre. Pour les autres, l'hypothèse de travail la plus avancée est celle d'un câble électrodynamique installé sur une navette ou une capsule. En donnant une décharge aux débris, il infléchirait leur trajectoire accélérant leur retour dans l'atmosphère et donc leur désintégration.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.