GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    L'Europe a perdu 421 millions d'oiseaux en 30 ans

    media L’étourneau fait partie des oiseaux qui disparaissent le plus en Europe. Frédéric Jiguet

    L'Europe abrite 421 millions d'oiseaux de moins qu'il y a 30 ans, selon une étude publiée par un journal scientifique. Et la gestion actuelle de l'environnement apparaît incapable d'enrayer l'hécatombe de nombreuses espèces récemment encore communes.

     

    C'est une véritable hécatombe. Elle touche principalement les petits oiseaux et les espèces les plus communes comme l'alouette et l'étourneau. Le moineau domestique, celui de nos villes, aussi : il y en a 60 % de moins qu'il y a 30 ans et ce chiffre monte à 80 % pour la tourterelle. Au total, il y a 420 millions d'oiseaux de moins en Europe que dans les années 80.

    Cette disparition des oiseaux est liée à deux phénomènes principaux : les méthodes modernes d'agriculture tout d'abord. L'usage intensif de pesticide tue en effet les insectes dont se nourrissent les oiseaux, qui meurent alors de faim. C'est ensuite la disparition de leur habitat qui participe de cette hécatombe.

    Pour le coauteur de l'étude Richard Gregory, ce constat est alarmant, et les conséquences graves. Les espèces concernées sont les plus importantes pour notre écosystème. Elles maintiennent les grands équilibres. Ce sont ces oiseaux-là qui pollinisent, dispersent les graines, luttent contre la prolifération des insectes ou encore nettoient les charognes.

    Les scientifiques sont pessimistes pour les années à venir et ne voient pas la tendance s'inverser. Et c'est tout l'environnement qui risque d'y laisser des plumes.

    → A (RE) LIRE : «Hécatombe» ornithologique sur les plages de l'ouest de la France

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.