GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Comète «Chury»: le robot Philæ envoie ses premières images

    media La première image de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko prise par Philae, diffusée le jeudi 13 novembre 2014. ESA

    Philæ, le module robotisé largué par la sonde Rosetta, s'est bien posé, mercredi 12 novembre, sur la comète « Chury ». Mais après sept heures d’attente et de suspense, la nouvelle tombe : tout ne s'est pas passé exactement comme prévu. Philæ a néanmoins pu envoyer ses premiers clichés.

    Philæ a réussi à se poser sur le noyau de la comète. C'est la première bonne nouvelle. La deuxième, c'est que le robot reçoit de l'énergie grâce à ses panneaux solaires qui sont opérationnels. Enfin, Philæ est en contact permanent avec la Terre, par l'intermédiaire de la sonde Rosetta, ce qui lui a permis notamment d'envoyer les premiers clichés de la comète, en fin de matinée, ce jeudi 13 novembre.

    Le fait que le petit module ait réussi à communiquer dès son arrivée avec Rosetta est la preuve qu’il s’est posé sur le sol de la comète dans le bon sens, et non pas sur le dos, par exemple, ce qui l’aurait empêché d’émettre vers la sonde. Tant que ce lien existe, il reste l’espoir de terminer la mission Rosetta, celle de la quête des origines du système solaire et de l’apparition de la vie sur Terre.

    Doutes

    Comment Philæ a-t-il atterri ? Là est le mystère que les responsables de la mission cherchent encore à élucider. Il semblerait que Philæ ait rebondi une fois avant de s’immobiliser sur le sol, dans la très faible gravité de la comète. Un rebond qui aurait duré plusieurs dizaines de minutes, peut-être deux heures, selon les spécialistes de l’Agence spatiale européenne.

    Par ailleurs, l'un des trois systèmes d’ancrage, en particulier les deux harpons devant ancrer le module sur le sol de la comète ne se sont pas activés pour une raison inconnue.

    Le robot Philæ se trouve « sans doute sur une pente fortement inclinée », a indiqué Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au Centre national d'études spatiales (CNES) à Toulouse. Mais pas de quoi compromettre la mission. Pour l'instant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.