GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Décollage réussi pour Orion, première étape de la conquête vers Mars

    media La capsule américaine Orion, conçue pour transporter des astronautes jusqu'à la planète Mars, a décollé vendredi pour un vol d'essai non habité autour de la Terre. REUTERS/Scott Audette

    Avec 24 heures de retard, la Nasa a fini par envoyer sa capsule Orion dans l'espace. Un premier vol test au cours duquel elle doit faire deux fois le tour de la Terre, pour venir ensuite amerrir ensuite dans l'Océan Pacifique, freinée par trois parachutes. Quarante ans après les missions Apollo, dont celle qui a amené le premier homme sur la Lune, les Américains redécouvrent cette technologie et avec elle, l'espoir d'envoyer des hommes loin, très loin dans l'espace.

    Orion a bravé aujourd'hui des conditions météorologiques encore moins favorables qu'hier, mais il n'était plus question de reculer une nouvelle fois pour les Américains. Ce ne sont pas seulement les 370 millions de dollars que coûtent ce vol qui sont en jeu, mais aussi l'avenir de ce nouveau programme spatial de la Nasa.

    Pour l'instant, Orion va se borner à faire deux fois le tour de notre planète. Mais, à terme, cette capsule spatiale de 5 mètres de diamètre doit accueillir 4 astronautes à son bord, pour des missions de 21 jours maximum. Orion est en partie conçue par les Européens d'Airbus. Ils ont fourni le module de service de la capsule, qui contient notamment tous les réservoirs de carburant. Et avec ce vol test non habité, la Nasa espère pouvoir recommencer à envoyer des astronautes au delà de l'orbite terrestre.

    Du coup, si ces 4h30 de vol se passent bien, notamment si le bouclier thermique résiste bien aux températures d'entrée dans l'atmosphère, au retour, la Nasa va mettre en marche l'étape suivante: un vol habité de quelques semaines vers un astéroïde qui aura été préalablement amené en orbite stable autour de la Lune. Ce sera dans les années 2020. Mais pour les Américains, le but ultime, c'est un voyage de plusieurs années, vers la planète Mars. But fixé à l'horizon 2035.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.