GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Station spatiale internationale: un an à tourner autour des étoiles

    media Les deux astronautes nord-américain Scott Kelly (G) et Mikhaïl Kornienko (D) -avec leur collègue russe Gennady Padalka (C)- partent ce vendredi 27 mars pour une mission exceptionnellement longue. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Scott Kelly et Mikhail Kornienko, deux astronautes américain et russe embarquent ce vendredi 27 mars pour un voyage d'un an à bord de l'ISS, la Station spatiale internationale. Une durée inhabituelle car les missions à bord de l'ISS durent généralement six mois. Mais il est important de tester le comportement du corps humain en apesanteur pendant une longue période, pour envisager à terme des voyages vers d'autres planètes.

    Mikhaïl Kornienko et Scott Kelly le confessent : il n'a pas été facile d'annoncer à leurs familles qu'ils allaient partir un an dans l'espace... Pourtant la mission est importante : étudier les effets d'un séjour aussi long est essentiel pour le futur de l'exploration spatiale et pour envisager des voyages au long cours vers de lointaines planètes.

    « Les vols de longue durée dans l'espace sont très éprouvants pour le corps humain, explique Scott Kelly à RFI. Les muscles, les os s'affaiblissent ... On s'est aussi aperçu que la vue pouvait être affectée, tout comme le système immunitaire et il y a également l'effet des radiations sur notre corps».

    C'est la première fois qu'un Nord-Américain va rester aussi longtemps dans l'espace. Mais ce n'est pas inédit pour autant rappelle l’astronaute russe Mikhaïl Kornienko. « Le dernier vol dans l’espace d'une aussi longue durée c'était à bord de Mir, la station soviétique... Depuis, la médecine et les méthodes de recherche ont beaucoup progressé notamment pour savoir comment le corps humain peut réagir après un aussi long voyage dans l’espace. J’espère que notre vol servira de banc d'essai, et sera utile pour les astronautes qui prendront la suite et qui effectueront peut être un jour des voyages vers d'autres planètes. »

    Et c'est Mars qui vient tout de suite à l’esprit pour de tels voyages mais ce n'est pour demain : la Nasa évoque 2030 au plus tôt.

    ► pour suivre les évolutions de la Station spatiale internationale

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.