GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Un rapport de Greenpeace prône l'abandon total des pesticides

    media Un agriculteur pulvérise des pesticides sur son champ, à Vimy, près de Lens, en France. AFP PHOTO / DENIS CHARLET

    L'ONG Greenpeace a publié ce mardi 12 mai un rapport sur les liens entre pesticides et santé. L'organisation a compilé et analysé plus de 150 études publiées dans des revues scientifiques de référence. Elle en tire une conclusion sans concession : pour la santé de tous, il faut se passer totalement des pesticides, et pas seulement les réduire.

    Greenpeace considère que les agriculteurs, leurs familles, les nourrissons, les jeunes enfants, et même les fœtus, sont les populations les plus vulnérables aux pesticides utilisés dans l'agriculture.

    Parmi les pesticides concernés : le glyphosate, l'abamectine, le dinitrol et beaucoup d'autres, dont la plupart sont autorisés dans l'Union européenne, ou sinon ailleurs dans le monde.

    S'appuyant sur une littérature scientifique conséquente, l'organisation en tire le constat que certains de ces produits ont un effet néfaste sur la santé, pouvant provoquer différentes formes de cancer, la maladie de Parkinson ou encore un affaiblissement du système immunitaire.

    Le retour à une agriculture écologique

    Si cela était déjà connu, Greenpeace va plus loin que les recommandations habituelles. Plutôt que de prôner une diminution de l'emploi de pesticides, l'ONG préconise tout simplement leur abandon et un retour à ce qu'elle appelle une agriculture écologique. Une agriculture où la lutte contre les animaux nuisibles et les parasites se ferait grâce à leurs prédateurs naturels et non plus avec des produits chimiques.

    Greenpeace précise que cette méthode a déjà été testée à une échelle locale - avec succès, puisque la production y a augmenté. Mais, et c'est peut-être là le biais de ce rapport, elle ne propose aucun moyen concret pour généraliser globalement cette pratique.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.